Canon (château Canon) Saint-Emilion Premier Grand Cru classé B (2012) Bordeaux, vin rouge : conforté dans le nouveau classement rendu public en septembre 2012 comme Premier Grand Cru classé, château Canon englobe dorénavant château Matras (Grand Cru classé) racheté 8 millions d’€ par la famille Wertheimer en 2011. Faut-il préciser que Matras situé en contre-bas est voisin et qu’avec ses 12 ha, il alimente en partie le second vin de Canon (le Clos Canon).

Apport des châteaux Curé Bon et Matras

Situé à l’ouest de Saint-Emilion, voisin d’Ausone, de Canon La Gaffelière et de Belair-Monange, ce magnifique  domaine de 22 ha s’est déjà agrandi en 2000 par la reprise des 4 ha du Château Curé Bon. Il occupe une terrasse calcaire orientée sud-ouest qui constitue l’essentiel de sa superficie. Un quart du domaine est situé sur la pente de ce coteau plongeant en pente douce vers la Dordogne. Le terroir culminant à 87 m bénéficie d’une bonne ventilation et d’un périmètre clos de murs protégeant ainsi les vignes des gelées de printemps. Le vignoble est planté à 70 % de merlot et 30 % de cabernet franc sur des sols de calcaire à astéries recouverts d’une fine couche d’argile.

La gestion de John Kolasa

Depuis plus de 16 ans, Canon sous la gestion de John Kolasa est en pleine restructuration. A terme, les 22 ha de vignes du domaine devraient fournir exclusivement du premier grand cru classé. On comprend mieux alors l’intérêt pour Canon d’englober les 12 ha supplémentaires de Matras. Le château a pour œnologue conseil Gilles Pauquet. La vinification comprend une macération entre 28° et 32 ° durant 3 semaines dans des cuves inox thermorégulées. La fermentation malolactique se fait principalement en cuves, et l’élevage de 18 mois, en barriques neuves de 50 à 70 %.

  • La production annuelle se situe entre 55 000 et 65 000 bouteilles à partir d’un rendement moyen de 35 hl/ha.
  • Second vin : Clos Canon. Avant le rachat, le second vin portait le nom de Château Franc-Grâce Dieu. Il était issu d’un vignoble de 8,5 ha situé hors du clos.

Racheté par un corsaire

Ce vignoble a émergé au XVIIIe siècle grâce à un certain Jean Bies qui planta de la vigne autour de l’Eglise de Saint Martin de Mazerat, entourée d’un mur apportant ainsi le nom  de Clos Saint Martin. En 1760, un corsaire du nom de Jacques Kanon originaire du Blayais fait l’acquisition du domaine  grâce aux bénéfices des courses qu’il effectuait pour le compte du roi Louis XV aux dépens des navires anglais. Les travaux qui sont réalisés alors sur la propriété permettent de révéler au fil des années le potentiel de ce terroir et d’en accroître la notoriété. En 1853, le domaine est rebaptisé château Canon Saint-Emilion.

La griffe d’un écossais

Propriété de la famille Fournier depuis 1919, le château a été acquis en 1996 par la famille Wertheimer, propriétaire de la Maison Chanel et du château Rauzan-Ségla (Margaux, Deuxième Cru), tous les deux mis sous l’énergique direction de John Kolasa. Les frères Wertheimer avait engagé ce transfuge de Latour, dont il était directeur commercial à l’époque où ce Premier Cru de Pauillac leur avait échappé (1993) au profit de François Pinault. John Kolasa, écossais né au nord ouest de Glasgow sur les bords du loch Lomond, formé aux études de broderie créative sera l’homme providentiel des vignes griffées Chanel. Le château avait traversé une période noire dans les années 1990, en raison d’une pollution des chais (graves moisissures dans le bois des charpentes). Il décida alors de reconstruire les bâtiments et de remettre progressivement en état le vignoble, dont la moitié sera arrachée et replantée ces dix dernières années. Canon lui doit une nouvelle table de tri en 2002, un changement des cuves en 2005 et une extension du cuvier  en 2009.