Corbières (AOC Corbières) Languedoc

L’AOC Corbières, 1e AOC du Languedoc* ! Les Corbières, dont la capitale est Lézignan-Corbières dans le département de l’Aude, ne se contentent pas de leur massif montagneux aride mais offrent à l’appellation une incroyable biodiversité de terroirs. L’appellation forment un vaste quadrilatère délimité par les villes de Carcassonne, Narbonne, Perpignan et Béziers, partant des murailles de Carcassonne aux étangs de Leucate jusqu’aux contreforts de Pyrénées, au pied de la Montagne Noire. Bref, comme le résume son nouveau positionnement, l’appellation Corbières est le fruit de 1300 créateurs, dans un esprit décomplexé avec un chantier bien engagé, celui de la hiérarchisation de certains terroirs. Ici, on vise 3 niveaux : Corbières-Durban en appellation communale (à venir), Corbières-Villages et Corbières. Autre chantier (voir plus bas), l’introduction à côté du carignan (cépage de prédilection des Corbières), de la syrah, du grenache et du mourvèdre, de 2 cépages, le marselan pour les rouges et le grenache gris pour les rosés

*1e appellation du Languedoc en volume avec une moyenne annuelle de 400 000 hl  (l’équivalent de 53 millions de bouteilles).

Carte des Corbières

Carte des Corbières

Corbières, 4e appellation française

Les chiffres  sont éloquents : 15 000 ha de vignes (soit le tiers de l’appellation Languedoc) dont 10 000 ha revendiqués en AOC ce qui en fait en superficie, la 4e appellation française.  On y recense 1250 producteurs, 23 caves coopératives, 223 caves particulières et une production de 400 000 hl (dont 6045 hl en AOC Corbières-Boutenac) pour un rendement moyen de 37 hl/ha. L’appellation est rouge à 86 % (rosé : 11 % et blanc : 3 %) et 33 % des volumes est vendu à l’exportation.

Quatre zones de production

En tout, l’appellation couvre 87 communes sur un territoire de collines rocheuses et de garrigues, inondées de soleil et battues par les vents, des vents du nord-ouest, secs et sains, très présents tout au long de l’année (ce qui fait quon traite a minima). Pour les zones cultivables, les sols argilo-calcaires dominent avec cependant quelques variantes : grès rouges à Boutenac, terrasses caillouteuses dans les Corbières centrales, argilo-calcaires dans les Corbières d’Alaric et les Hautes Corbières, calcaires  coralliens en Corbières Méditerranée. Une diversité qui divise les Corbières en quatre zones de production

  • Corbières maritimes, en bord de mer,
  • Hautes-Corbières montagneuses,
  • Corbières d’Alaric, au nord-ouest avec un climat plus doux,
  • Corbières centrales, au sud de la vallée de l’Aude.

    Dans les Corbières, le terroir de Lagrasse

    Dans les Corbières, le terroir de Lagrasse et ses sols rouges (Photo M. Crivellaro)

Plus d’un siècle de lutte

Si la présence de la vigne date des grecs et des romains (la Narbonnaise), sa renaissance est due aux abbayes. Mais l’explosion du vignoble a pour origine la percée du canal du midi au XVIIIe siècle, la voie ferrée au XIXe siècle  et la destruction des oliveraies, victimes d’hivers trop rudes. Très vite le marché fut miné par les fraudes et la surproduction obligea en 1908  les vignerons des Corbières à s’organiser en syndicat de défense. En 1923, l’aire de production fut délimitée, et en 1951, les vins obtinrent le label AOVDQS récompensant pour la première fois les efforts accomplis. En 1985, les Corbières décrochent leur reconnaissance en AOC et en 2013, le syndicat faisait une demande officielle de hiérarchisation d’une partie de la production auprès de l’INAO.

Création d’un Premier Cru, Corbières-Boutenac

Cette hiérarchie avait débutée en 2005 par la création d’un premier cru dans les Corbières, l’AOC Corbières-Boutenac. Cette nouvelle appellation exclusivement rouge rassemble 180 ha travaillés par 26 producteurs dont 4 caves coopératives. L’air d’appellation s’étend sur 10 communes de l’Aude

  • Boutenac,
  • Montséret

Et une partie des communes de

  • Fabrezan,
  • Lezignan-les-Corbières
  • Ferrals-les-Corbières,
  • Luc-sur-Orbieu,
  • Ornaisons,
  • Saint-André-de-Roquelongue,
  • Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse,
  • Thézan-des-Corbières.

Son âme a-t-on pu dire est le carignan. Il entre par décret entre 30 % et 50 % dans l’élaboration des Corbières-Boutenac avec des vignes âgées d’au moins 9 ans.

Le carignan, l’âme des corbières

Le carignan, cépage de référence de l'AOC Corbières-Boutenac

Le carignan, cépage de référence de l’AOC Corbières-Boutenac

Les corbières produisent comme on l’a vu 86 % de vins rouges d’une belle fraîcheur, des vins sur le fruit avec des notes de garrigue ; des vins friands et dynamiques grâce notamment aux nouvelles techniques de vinification. La gamme très étendue de cépages autorisés fait la part belle au carignan (60 % maximum) qualifié de chameau des Corbières. Il s’est parfaitement adapté depuis près de deux cents ans à cette terre de chaleur et de vent. Il représente aujourd’hui 3230 ha. On le replante encore sur les terroirs à faible réserve hydrique, peu profond, et sur les coteaux très chauds. D’origine espagnole, introduit en France au XIIe siècle, surnommé bois dur, en raison de ses rameaux très lignifiés, le carignan aime les coteaux arides. Lorsqu’il est cultivé à faibles rendements, il fait merveille. Cueilli à maturité et bien vinifié, il élabore les meilleurs corbières dont il est la colonne vertébrale apportant corps et charpente.

Une appellation qui autorise une multitude de cépages

Xavier de Volontat, 64 ans, président de l'AOC Corbières

Xavier de Volontat, 64 ans, président de l’AOC Corbières et nouveau président du CIVL (Conseil interprofesionnel des vins du Languedoc et des IGP Sud de France). Il a succédé en 2015 à Frédéric Jeanjean. Xavier de Volontat est aussi un vigneron indépendant dans les Corbières centrales (terroir de Lagrasse), château Les Palais qui s’étend sur 110 ha en appellation Corbières. Ici à Paris en mai 2016 (Photo FC)

Pour ses rouges et ses rosés, l’appellation autorise une multitude d’autres cépages : syrah, grenache noir, lladoner pelut, mourvèdre, picpoul noir, cinsault, terret noir, grenache gris. La démarche de réencépagement qui a commencé en 1985 a pour objectif de parvenir à un équilibre entre carignan, cinsault, picpoul, terret noir et grenache gris d’une part, syrah, grenache noir, lladoner pelut et mourvèdre d’autre part ; le cinsault étant toujours limité à 20 % pour les rouges et à 75 % pour les rosés. Cet encépagement permet de garder une typicité «Corbières». Pour les blancs : bourboulenc (appelé ici malvoisie), grenache blanc, macabeu, clairette, (muscat, picpoul, terret blanc 10 %), marsanne, roussanne, rolle ou vermentino.

A la syrah, les terroirs océaniques, au grenache et au mourvèdre, les zones chaudes  

La syrah occupe un peu plus de 3000 ha principalement centrée sur les terroirs océaniques. C’est un excellent cépage de complément  en vinification traditionnelle mais il a à son actif de très belles réussites en macération carbonique. Le grenache, largement implanté ces dernières années compte également 3000 ha. C’est un cépage sensible aux maladies et plus précoce que le carignan et comme lui, il est très résistant à la sécheresse, se contentant des terroirs les plus pauvres et caillouteux. Le mourvèdre sur 800 ha est garant d’un bon potentiel aromatique et tannique au pouvoir antioxydant. Il apporte en assemblage sa complexité et son aptitude à la garde.

Des vins rouges aux parfums de garrigue

Corbières La Croix Sainte-Anne 2013 élevé en fût du Chai des Vignerons à Lézignan

Corbières La Croix Sainte-Anne 2013 élevé en fûts. Une cuvée, médaillée d’or du concours des Corbières 2016, élaborée par le Chai des Vignerons à Lézignan.

médaillé d’or du concours des Corbières 2016

médaillé d’or du concours des Corbières 2016

Ainsi, le cinsault apporte-t-il la finesse, le grenache, l’onctuosité et le gras tandis que le mourvèdre et la syrah, cépages aromatiques typent les vins et les personnalisent. Les vins rouges de couleur pourpre, violine très sombres, souvent fermés au départ,  sont puissants et corsés. Ils développent des arômes de cassis et de mûre, puis évoluent vers le fruit cuit, les épices, le poivre et des parfums de garrigue. Ils sont à boire  après cinq ou six années de vieillissement.

Beaucoup plus rares, les blancs à base essentiellement de bourboulenc, de maccabéo et de grenache sont secs et aromatiques, mariant fleurs blanches et fruits exotiques. Les rosés frais et fruités expriment une très belle puissance aromatique. Ils montent en puissance.

De nouveaux cépages autorisés, le marselan et le grenache gris

Les vignerons des Corbières pourraient utiliser le marselan à hauteur de 10 % maximum pour les vins rouges, ainsi que le grenache gris à hauteur de 50 % pour les vins rosés. Le marselan est un cépage noir, originaire de France, résultat du croisement entre le cabernet sauvignon et le grenache noir. Il a été créé en 1961, près de Marseillan par les chercheurs de l’INRA et de l’ENSAM. Introduit dans le Languedoc depuis 1997, et en Californie, il est autorisé dans certaines appellations des Côtes du Rhône depuis 2009. Surtout, il  pourrait pallier la mortalité excessive de la syrah et les conséquences du réchauffement climatique. Quant au grenache gris, il apportera à l’appellation la possibilité d’élaborer des rosés fins et fruités tout en augmentant les volumes sans pour cela déshabiller les rouges précise Xavier de Volontat, président de l’appellation Corbières.

En route vers la norme ISO 26000

Le syndicat de l’AOC Corbières depuis 2012 s’est engagé dans une démarche ambitieuse avec la norme ISO 26000. C’est d’ailleurs l’une des seules appellations du Languedoc à s’être lancé un tel défi en inscrivant les Corbières dans une démarche de développement durable. 90 vignerons aujourd’hui se sont engagés dans la norme ISO 26000 exploitant 2151 ha pour une production de 6500 hl. L’objectif étant de passer à plus de 50 % des surfaces d’ici à 3 ans.

Une hiérarchie de dix terroirs

Entre les Pyrénées, le Massif Central et les bords de la Méditerranée, le relief des Corbières est très accidenté. Il est fait de bassins et de versants avec un territoire marqué par trois massifs qui le délimitent. La vigne est ainsi cultivée à plus de 400 mètres d’altitude au pied du Mont Tauch, entre Tuchan et Villeneuve des Corbières. La diversité des sols comme on l’a vu (schiste dans les Hautes-Corbières, calcaire corallien en bordure de la Méditerranée, grès rouge à Boutenac, marnes à Quéribus ou à Serviès, terrasses caillouteuses à Lézignan) constitue une richesse pour l’appellation. Aussi, fut-il établi une hiérarchie autour de dix terroirs dont la qualité ne cesse de s’améliorer.

Carte des terroirs des Cobières

Carte des terroirs des Corbières

Durban

Durban est une future appellation communale. Ceinturé par une barrière rocheuse culminant à 600 m d’altitude, Durban éparpille ses vignes en de multitudes parcelles taillées dans la garrigue. Sur un terroir calcaire, ces fameuses marnes du trias, l’appellation bénéficie très peu de l’influence maritime. On y fait des vins rouges de bonne tenue aptes à l’élevage et au vieillissement à partir du carignan, du cinsault, du mourvèdre et de la syrah. Son vignoble rassemble 1759 ha sur les communes de :

  • Cascastel-des-Corbières,
  • Durban-Corbières,
  • Embres-et-Castelmaure,
  • Feuilla,
  • Fraissé-des-Corbières,
  • Paziols,
  • Saint-Jean-de-Barrou,
  • Tuchan,
  • Villeneuve-des-Corbières,
  • Villesèque-des-Corbières.

Fontfroide 

Le terroir de Fontfroide au relief torturé est celui de l’abbaye cistercienne de Fontfroide. Ce terroir orienté nord-ouest sur les contreforts du massif de Fontfroide, dernier rempart avant la Méditerranée, culmine à 256 m. Le vignoble sur un sol de grès est planté à la lisière de la garrigue où règnent les pins, les cistes et la bruyère. Il jouit d’une bienfaisante fraîcheur nocturne, contraste à la chaleur du jour qui favorise la bonne maturité du raisin. Le terroir englobe les communes de :

  • Bizanet,
  • Montredon-des-Corbières,
  • Narbonne,
  • Névian,
  • Saint-André-de-Roquelongue,
  • Ornaisons (une partie de la commune).

    Domaine de La Bouysse à Saint-André de Roquelongue

    Domaine de La Bouysse à Saint-André-de-Roquelongue sur le terroir de Fontfroide ( 5 km de l’abbaye) et de Boutenac. Le vignoble s’étend sur une quarantaine d’hectares cultivés en agriculture biologique depuis 2010 (Label AB en 2013).

Lagrasse

Ce terroir situé entre le massif du Mouthoumet, aux altitudes plus fortes et la Montagne d’Alaric qui le protège des influences océaniques, offre des climats et des terrains très variés : au sud, des plateaux et des collines de terrains tertiaires (calcaires marins, marnes, molasses, poudingues), terroir relativement frais aux altitudes décroissantes vers le nord. Il est entaillé par l’étroite vallée de l’Orbieu ; au nord, une large dépression oblique qu’emprunte l’Orbieu, entre Ribaute et Fabrezan dont le sol, constitué de marnes grises et d’alluvions, est à la fois plus riche et plus chaud. Le terroir de Lagrasse comprend les communes de :

  • Camplong-d’Aude,
  • Lagrasse,

Et une partie des communes de :

  • Ribaute,
  • Caunettes-en-Val,
  • Fabrezan,
  • Rieux-en-Val,
  • Saint-Pierre-des-Champs,
  • Serviès-en-Val.

Lézignan

Ce terroir, le moins accidenté des Corbières, couvre à lui seul le quart du vignoble en appellation Corbières sur des terrasses caillouteuses. Terroir idéal pour le mourvèdre, qui apprécie les arrière-saisons ensoleillées. Le terroir de Lézignan s’étend sur les communes de :

  • Conilhac-Corbières,
  • Cruscades,
  • Lézignan-Corbières,
  • Montbrun-des-Corbières

Et sur une partie des communes de :

  • Canet,
  • Escales,
  • Ferrals-les-Corbières,
  • Luc-sur-Orbieu.

    Sur le terroir de Lézignan, château du Grand Caumont.

    Sur le terroir de Lézignan, le vignoble du château du Grand Caumont. C’est l’un des plus vastes domaines de l’appellation Corbières avec 100 ha de vignes sur 140 ha de terres et de garrigue.

Montagne d’Alaric

Le terroir de la montagne d’Alaric petit massif qui culmine à 600 m d’altitude, est la zone la plus fraîche de l’appellation et la plus occidentale des Corbières. Protégée des excès du climat méditerranéen par la montagne d’Alaric, syrah et grenache se plaisent, ici. Les raisins y arrivent à maturité lentement mais sûrement, profitant d’un climat chaud, même si l’influence continentale est nette. La montagne d’Alaric domine la vallée de l’Aude entre Carcassonne et Narbonne. Terre sauvage, elle offre des panoramas d’une beauté saisissante et recèle 53 caves et domaines. Le terroir de la montagne d’Alaric s’étend sur les communes de :

  • Barbaira,
  • Capendu,
  • Comigne,
  • Douzens,
  • Floure,
  • Fontcouverte.

    Le Château Vaugelas

    Corbières. Le Château de Vaugelas étend ses 150 ha de vignes sur la commune de Camplong d’Aude, entre le Mont Alaric et la Montagne Noire.

Quéribus

Ce terroir de 317 ha répartis sur trois communes du département de l’Aude  (Cucugnan, Duilhac-sous-Peyrepertuse et Padern), à la frontière des Pyrénées-Orientales a pour emblème le célèbre château de Quéribus, dernier bastion de la résistance cathare. D’ailleurs de la terrasse de son donjon, perchée à 728 m, un paysage grandiose attend le visiteur qui découvre l’ensemble du massif des Corbières. Le vignoble est planté sur les versants caillouteux d’une profonde vallée entre 250 et 400 m d’altitude tempérant la sécheresse des étés. Pour l’élaboration de  ses rouges (et rosés), l’appellation utilise essentiellement 3 cépages : syrah, grenache noir et carignan, des vins à la robe pourpre et aux reflets rubis avec des tannins riches et fondus évoluant vers des notes florales. Ils sont marqués en bouche par des notes de réglisse et de pruneaux avec une finale poivrée. Pour les blancs, le choix est plus large : bourboulenc (dit malvoisie), grenache, maccabeu, marsanne, muscat et piquepoul.

Le château de Quéribus

Perché sur un étroit piton rocheux et dominant l’ensemble du massif des Corbières, le château de Quéribus (XI-XIVe) fut le dernier bastion de la résistance Cathare.

Saint-Victor

Ce terroir niché au coeur des Corbières se situe au sud-ouest dans la région des Hautes-Corbières, à 23 km de Narbonne. Pour atteindre le plateau du juste milieu, du terroir Saint Victor, faut-il encore franchir un col ou glisser le long d’un défilé. Mais c’est de l’ermitage Saint Victor, à 400 m d’altitude qu’on apprécie le mieux ce terroir d’exception en découvrant un panorama qui embrasse les étangs littoraux en bordure de la Méditerranée, la chaîne des Pyrénées et toutes ces crêtes couronnées de châteaux construits par les Cathares. Le vignoble est implanté sur des plateaux et collines de schistes et calcaires durs. Pour l’élaboration des rouges et des rosés : carignan, grenache et syrah et pour les blancs : grenache, maccabeu, marsanne et roussanne. Le terroir de Saint-Victor s’étend sur les communes de :

  • Albas,
  • Coustouge,
  • Fontjoncouse,
  • Jonquières,
  • Quintillan,
  • Talairan,
  • Tournissan

Et sur une partie des communes de :

  • Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse,
  • Saint-Pierre-des-Champs,
  • Thézan-des-Corbières.

Serviès

Un beau terroir en terrasses argilo-calcaires et calcaires gréseux, très prometteur où la syrah s’exprime parfaitement. Il s’étend sur les communes de :

  • Arquettes-en-Val,
  • Fontiès d’Aude,
  • Labastide-en-Val,
  • Mayronnes,
  • Montirat,
  • Montlaur,
  • Monze,
  • Pradelles-en-Val,
  • Taurize,
  • Villar-en-Val.

Et sur une partie des communes de

  • Caunettes-en-Val,
  • Rieux-en-Val,
  • Serviès-en-Val.

    Corbières, le terrir de Servies

    Corbières, le terroir de Serviès et son village.

Sigean

Sigean, cité méditerranéenne par excellence, entre garrigues et étangs, est située à 20 km au sud de Narbonne et à 40 km au nord de Perpignan. Pour l’élaboration des rouges et des rosés le terroir de Sigean utilise le carignan, le cinsault, le grenache, le mourvèdre et la syrah et pour les blancs, le bourboulenc (dit malvoisie), le grenache et le maccabeu. Il existe bien des similitudes avec les cousins de l’appellation Fitou (issu majoritairement du mourvèdre et du merlot). Ces deux appellations ont en commun la proximité du rivage qui tempère les fortes chaleurs de l’été grâce à la fraîcheur des embruns gagnant les premiers contreforts du massif des Corbières, là où se situent les vignes. Ce terroir vallonné des Corbières Maritimes regroupe les communes de :

  • Bages,
  • Caves,
  • Fitou,
  • Gruissan,
  • Leucate,
  • Palme (La),
  • Peyriac-de-Mer,
  • Portel-des-Corbières,
  • Port-la-Nouvelle,
  • Roquefort-des-Corbières,
  • Sigean.

Termenès

Termenès est situé dans les hautes Corbières au pied du Mont Tauch, à 33 km au sud-est de Carcassonne. Le terroir de Termenès dont le nom vient du latin terminus, zone qui marquait alors la limite des terres cultivées à l’époque romaine Le mont Tauch est la plus haute montagne des Corbières culminant à 916 m au pech de Fraysse. Elle protège le vignoble de la plupart des entrées maritimes et confère à Termenès un climat continental (fraicheur des vins). Cette altitude assure au vignoble un micro climat sous influence atlantique et des conditions idéales avec une maturation du raisin plus lente que dans le reste de l’appellation. Le vignoble s’accroche à des pentes situées entre 300 et 450 m, sur des sols composés d’arènes gréseuses de nature argilo-calcaire ou de schiste. Ce terroir englobe les communes de :

  • Davejean,
  • Dernacueillette,
  • Félines-Termenès,
  • Laroque-de-Fa,
  • Maisons,
  • Montgaillard,
  • Palairac,
  • Rouffiac-des-Corbières,
  • Termes,
  • Vignevieille,
  • Villerouge-Termenès.

Les médaillés d’or 2016 du concours AOC Corbières

La 31 édition du concours interprofessionnel des Grands vins de Corbières primait en 2016, 36 médailles d’or, 29 médailles d’argent et 21 médailles de bronze.

Médaillés d’or 2016 des Corbières rouges

 Le Hameau des Ollieux 2015

Médaille d’or du concours 2016 des Corbières, Le Hameau des Ollieux 2015 du château Ollieux Romanis sur le terroir de Boutenac.

  • Château la Bastide L’Optimée 2012*
  • Château Aiguilloux Trois Seigneurs 2012*
  • Les Celliers d’Orfée Ayraud 2012*
  • Le Chai des Vignerons La Croix de Saint Hanne 2013*
  • Domaine de Longueroehe Aurélien 2013*
  • Domaine de Longueroche Réservée 2013*
  • Château Saint-Estève Château Villerouge -Terres-d’Argiles 2013*
  • Château Saint-Estève Château Villerouge la Crémade 2014*
  • SPH Gérard Bertrand Domaine Georges Bertrand 2014*
  • Château de Vaugelas Le Prieuré 2014 *
  • Domaine Roque Sestière A l’orée des Pins 2014
  • Domaine la Combe Grande Rubis 2014
  • Château Fabre Cordon Parfums d’été 2014
  • SCAV Terre d’Expression Château Serviès 2014
  • Château de Lastours Arnaud de Berre 2014
  • Château du Vieux Pare L’air de rien 2014
  • Domaine du Cingle Saint Victor 2015
  • Château Ollieux Romanis Le hameau des Ollieux 2015
  • Château la Condamine Tradition 2015
  • Abbaye de Fontfroide Laudamus 2015
  • Domaine du Cingle Cuvée de l’Ermitage 2015
  • Domaine de Fontenelles Notre Dame 2015

*Rouges élevés en fûts

Médaillés d’or 2016 des Corbières blancs

  • Les Caves Roebère Rocbère 2015
  • Château du Vieux Parc L’air de rien 2015
  • Château Cambriel Blanc 2015
  • Les Terroirs du Vertige Fraîcheur de Padern 2015
  • Domaine la Bouysse Cyprius 2015
  • Cave de Gruissan Réserve 2015

Médaillés d’or 2016 des Corbières rosés

  • Les Domaines Auriol Châtelaine Saint Auriol 2015
  • Domaine Py Jules 2015
  • Vignobles Cap Leucate Tresmoulis 2015
  • Domaine Serres Mazard L’Origine 2015
  • Château de Vaugelas Prestige rosé 2015
  • Les Vignerons de Camplong Peyres Nobles 2015
  • Château Fabre Cordon Printemps d’Amandine 2015
  • Château Maylandie Lo Solelh 2015
Share
Share
Share