Léoville Barton (château), AOC Saint-Julien (Médoc, Bordeaux), Deuxième Cru (classement de 1855), vin rouge : ce domaine de 45 ha, le plus petit des Léoville (avec Léoville Las Cases et Léoville Poyferré) n’a ni château, ni bâtiments de vinification. La vendange est transportée à Langoa-Barton où sont élaborés les vins.

Léoville Barton est considéré comme un des meilleurs Saint-Julien. Il bénéficie d’un terroir unique de graves sur sous-sol argileux en plein cœur de l’appellation Saint-Julien. Le vignoble est à 72 % composé de cabernet sauvignon, 20 % de merlot et  8% de cabernet franc.

La production annuelle est estimée à 250 000 bouteilles.

Second vin : La Réserve Léoville Barton.

Le château est né de la division en 1826 du domaine Léoville, propriété au XVIIIe siècle d’Alexandre de Gasq. Alors que l’essentiel du domaine était repris par Jean de Las Cases, un quart fut acheté par un irlandais, Hugh Barton, également propriétaire du Château Langoa  Barton. Depuis, Léoville Barton n’a plus quitté le giron familial. C’est d’ailleurs le seul patronyme avec celui des Rothschild inscrit depuis l’origine au classement de 1855.

En 1929, Ronald Barton hérita du cru dont la réputation était déjà bien établie. Il confia en 1983 le domaine à son neveu Anthony Barton qui depuis a apporté à Léoville Barton, une dimension supplémentaire. Il a fait de ce vin l’un des plus élégants du Médoc.