Le vin, pas la guerre ! la vigne pas le cannabis ! Serait-ce la promesse d’un Liban qui pourrait un jour, en paix, profiter de son immense potentiel viticole. Le pays du cèdre qui fête en 2020 ses 100 ans d’existence, est devenu aujourd’hui « le nouveau monde viticole ». Pourtant sa viticulture a plus de 6000 ans. Si quelques grands domaines : Kefraya, Ksara, Musar, Wardy, Marsyas, Khoury, Ixsir, Saint-Thomas sont connus internationalement, tant d’autres, plus petits sont à découvrir pour l’exceptionnelle qualité de leur production. Presque tous ont fait de la plaine de la Békaa, pourtant zone de conflit, le long de la frontière syrienne, l’un des plus beaux vignobles du monde.

Liban, comment ne pas être admiratif ?

Le sommaire :

  • I/Le vin au Liban : 6000 ans d’Histoire
  • II/Le vignoble dans un état en guerre larvée
  • III/Les incroyables atouts du vignoble libanais
  • IV/La révolution des petits producteurs
  • V/Quand le Liban redécouvre ses cépages oubliés
  • VI/Ces grands domaines qui font le prestige du vignoble libanais
  • VII/Les 3 grands : châteaux Musar, Kefraya et Ksara
  • VIII/Liste des principaux producteurs de vins libanais

Liban, des vins à la réputation mondiale

Le Liban a connu 15 ans de guerre civile (1975-1990) faisant plus de 200 000 victimes civiles. Aujourd’hui, otage du Hezbollah* (parti de dieu et bras armé de l’Iran), il fait face, en marge des révolutions arabes, à la crise syrienne et son afflux massif de réfugiés (peu enclin à rentrer chez eux dans un pays dévasté et divisé). Ils sont plus d’1 million pour une population de 6,4 millions dont 3 millions vivent à Beyrouth. Impossible aussi d’oublier cette guerre et son lot de morts et de destructions qui l’opposa à son voisin du sud, Israël en 2006 visant à entamer les capacités militaires du Hezbollah. Quelle alchimie fallut-il alors à ce pays pour survivre, confronté depuis sa création (il y a près d’un siècle en 1920), à une cohabitation entre maronites (chrétiens), musulmans, sunnites, chiites, alaouites et druzes ? Eh bien ce pays-là, qui est en train de se développer à marche forcée, produit des vins qui ont la réputation d’être parmi les meilleurs du monde. Normal, dans un pays qui dit-on est aussi riche en confessions religieuses qu’en terroirs !

* Baalbek, au centre de la plaine de la Békaa (région viticole la plus réputée du Liban) avec son temple romain construit au milieu du IIe siècle après J.-C dédié à Bacchus (dieu de la vigne et du vin), est le siège du Hezbollah, le deuxième employeur à l’échelle nationale, après l’armée, et le premier pourvoyeur d’aide sociale du pays. Par ailleurs, le Hezbollah est partenaire de la coalition au pouvoir à Beyrouth.

Carte du Liban. Si aujourd’hui, près de 60 % du vignoble libanais se trouve dans la Békaa, (essentiellement dans sa partie occidentale et les collines au-dessus de Zahlé), sa situation géopolitique entre la Syrie et Israël en fait le cœur d’une zone de conflit.
Carte du Liban et l’emplacement des principaux vignobles. Si aujourd’hui, près de 60 % du vignoble libanais se trouve dans la Békaa, (essentiellement dans sa partie occidentale et les collines au-dessus de Zahlé), sa situation géopolitique entre la Syrie et Israël en fait le cœur d’une zone de conflit (Carte Quentin Sadler)

Le Liban sait fêter le vin depuis des millénaires

La vigne est sans doute aujourd’hui un facteur pour une certaine résilience dans un pays si souvent meurtri par les guerres. Et quel meilleur antidote à tous les conflits que ces Soirées du vin comme celle de Dhour el Choueir (Mont Liban), les nombreux festivals autour du vin, le souvenir également des grandes fêtes (les Dionysalies) de la vigne et du vin qu’organisait avant sa disparition, Michel de Bustros dans le parc de son Château Kefraya. Chaque année se tient le festival du vin Vinifest, grand salon du vin libanais. La dernière édition, la onzième, eut lieu en octobre 2018 à l’hippodrome de Beyrouth avec la Suisse en invité d’honneur. Beau pied de nez à l’histoire quand on sait que le Liban fut longtemps décrit comme la Suisse du Moyen Orient !

I/ Le vin au Liban : 6000 ans d’Histoire

Aux chrétiens, le soin de la vigne et du vin

Sur cette rive orientale de la Méditerranée, le Liban, de djebel Liban, la montagne blanche est l’héritier de la célèbre Phénicie, 4500 ans avant J.-C. Cette région fut en effet l’une des premières à produire du vin, une tradition qui remonte à 6000 ans : les fameux vins d’Helbon, et notamment le chalybon (sans doute un vin blanc cuit), le vin préféré des rois de Perse. Il était alors expédié par les Phéniciens à partir des ports de Tyr, de Sidon et de Byblos jusqu’à Cadix à bord de solides bateaux à la coque de cèdre (l’alphabet qu’ils inventèrent permit de retrouver la trace de leurs diverses transactions). La conquête de cette région par les musulmans dès le VIe siècle (d’abord arabes, puis les ottomans), mit fin à la production de vin pendant plus de mille ans à l’exception de quelques îlots de vignes entretenues par des moines maronites et orthodoxes pour les besoins du culte. La production de raisins servait alors essentiellement à la distillation du breuvage national, l’arak*. A la chute de l’Empire ottoman en 1917 qui coïncide avec le début des conflits au Moyen-Orient, le Liban se redécouvre une vocation viticole. Cette période suit les accords Sykes-Picot qui dépecèrent l’Empire Ottoman et le Proche-Orient en plusieurs zones d’influence. Ils mirent le Liban (et la Syrie) sous protectorat français ce qui aida au développement de la viticulture dans ces 2 pays.

*L’arak (nommé également lait des braves) est l’alcool typique du Liban. Il est élaboré avec du vin à partir du cépage obeideh (obeidi) distillé puis coupé avec de l’anis vert frais (ou des graines d’anis) de Syrie. Après une seconde distillation, il est ensuite vieilli dans des jarres en argile. L’arak se rapproche de l’ouzo grec. Il accompagne les mezzés. L’arak est considéré aujourd’hui comme la boisson nationale du Liban, une boisson ethnique. S’il est fait maison (par des particuliers), on l’appelle l’arak baladi. L’arak libanais est devenu le premier alcool en termes de production depuis le déclenchement de la guerre en Syrie malgré qu’il soit peu à peu remplacé par les alcools occidentaux. On estime sa production annuelle à 2 millions de bouteilles (de 0,70 l). Mais attention !  Environ 80 % de l’arak sur le marché est produit à partir de betterave ou d’essence d’anis. Il n’existe en effet pas de législation claire et surtout pas de contrôle sur la qualité de l’arak produit au Liban.

Temple de Bacchus* à Baalbeck (cité phénicienne nommée Héliopolis à la période hellénistique). La cité est située au pied du versant sud occidental de l'Anti-Liban, en bordure de la plaine de la Bekaa (à 1150 m d’altitude). Le temple est impressionnant par son ampleur avec ses dix-neuf mètres de long avec son portail monumental de treize m de haut et six mètres et demi de large. Il a été construit au deuxième siècle de notre ère. Les travaux de conservation et de restauration du temple de Bacchus ont été achevés en 2016, notamment à l'occasion de la nouvelle édition du Festival international de Baalbeck. *Dionysos chez les grecs est avant tout le dieu de la vigne et du vin.
Temple de Bacchus* à Baalbeck (cité phénicienne nommée Héliopolis à la période hellénistique). La cité est située au pied du versant sud occidental de l’Anti-Liban, en bordure de la plaine de la Bekaa à 1150 m d’altitude. Le temple est impressionnant par son ampleur : 17 m de long avec son portail monumental de 13 m de haut et plus de 6 m de large. Il a été construit au deuxième siècle de notre ère. Sa restauration s’est achevée en 2016 à l’occasion de la nouvelle édition du Festival international de Baalbeck.*Bacchus chez les romains, Dionysos chez les grecs, dieu de la vigne et du vin.

Ces 3 châteaux historiques qui firent la réputation des vins libanais

Il faut attendre le XIXe siècle et les missionnaires venus d’Algérie pour jeter les bases au Liban d’une viticulture moderne. A leur actif, la fondation du château Ksara en 1857 par les Pères Jésuites. Doit-on rappeler qu’ils reçurent 25 ha pour leur vignoble, accordés par les Ottomans ! Puis vint la création du domaine des Tourelles en 1868 par Pierre Eugène Le Brun, un Français établi au Liban. Ce domaine situé dans la Békaa à Chtoura qui fut le premier au Liban à vinifier du vin rosé dès 1964, est également connu pour ses vieilles vignes de cinsault (de plus de 70 ans) qu’il fait revivre dans un 100 % cinsault étonnant ! Le domaine Wardy (longtemps connu pour son arak) bien que fondé en 1891, n’a planté ses premières vignes qu’en 1989. Son premier millésime date de 1997. Il possède aujourd’hui 65 ha situés dans la plaine de Békaa : Zahlé (dont la famille Wardy est issue), Kfarzabad, Bhoucha. A sa tête depuis 2009, Aziz Wardy, copropriétaire et gérant qui quitta la Finance en Australie pour reprendre le vignoble de ses ancêtres.

Ksara est le plus ancien domaine viticole du Liban.. Il a été créé en 1857 par les jésuites et son nom serait une traduction approximative de château franc. A droite, premier observatoire du Moyen-Orient installé en 1902
Ksara est le plus ancien domaine viticole du Liban. Il a été créé en 1857 par les jésuites et son nom serait une traduction approximative de château franc. A droite, on aperçoit la coupole, du premier observatoire installé en 1902 au Moyen-Orient.

1857, fondation du château Ksara par les jésuites

Ksara est le plus ancien domaine viticole. Il a été créé en 1857 par les jésuites et son nom serait une traduction approximative de château franc. Sait-on qu’en 1902, deux événements se produisirent. Ce fut l’année de la création du premier observatoire du Moyen-Orient à Ksara afin que les jésuites puissent enregistrer les précipitations et l’activité sismique. Un vin commémore cette installation, Le Blanc de l’Observatoire (Millésime 2017 : obeideh 30 %, muscat 20 %, clairette 40 %, sauvignon 10 %). Le second événement fut plus tragique. C’est l’assassinat de dix jésuites entre Beyrouth et Zahlé ce qui entraîna la troisième République (à la demande de la Compagnie de Jésus), à intervenir en assurant un protectorat sur les 250 ha du domaine. Cette terre, finalement la France l’offrit à la communauté chrétienne du Liban. Ses 2 km de caves qui servirent de refuge aux réfractaires à la conscription ottomane en 1914 furent, elles aussi cédées par les jésuites lorsqu’ils sont obligés de vendre leur domaine en 1973 (à la demande du pape). Les vins des pères que l’on buvait avec révérence, ont été repris par Charles Ghostine et ses associés. Il engagea James Palgé, maître de chais du Château Prieuré-Lichine à Margaux qui osa l’impensable : faire cohabiter dans un même assemblage cabernet sauvignon et merlot, et treize cépages méridionaux, dont la syrah. Aujourd’hui, château Ksara a pour PDG Zafer Chaoui (voir plus bas).

1930, Château Musar, l’oeuvre d’un jeune homme de 20 ans

Si Gaston Hochar âgé de 20 ans fonde en 1930 château Musar après ses séjours à Bordeaux, l’incroyable qualité des vins qu’il produit est en partie due aux relations d’amitié qu’il lie avec le Major Ronald Barton du château bordelais Langoa-Barton alors en poste au Liban durant la Seconde guerre mondiale. Mais c’est Serge, fils aîné de Gaston, ayant étudié l’oenologie à Bordeaux (il fut l’élève d’Emile Peynaud) qui peaufina pendant 18 ans le vin rouge de Château Musar. Il obtint une reconnaissance internationale lors de la foire aux vins de Bristol en Angleterre en 1979, où la presse du vin et des critiques renommés, dont Michael Broadbent, le compara aux vins de Pomerol. En 1984, malgré la guerre, Serge Hochar était élu Homme de l’année par le magazine Decanter. Après son brusque décès, les rênes du château sont depuis 2015 aux mains de Ronald Hochar (le cadet) entouré de Gaston et Marc (les 2 fils de Serge) et de Ralph, le fils de Ronald (en charge du sud-est asiatique).

Ronald Hochar a repris les rênes du Château Musar en 2015, après le brusque décès de son frère aîné, Serge Hochar entouré de Gaston et Marc, les deux fils de Serge. Ici, à Paris en septembre 2018 chez Philippe Faure-Brac (Photo FC)
Ronald Hochar a repris les rênes du Château Musar en 2015, après le brusque décès de son frère aîné, Serge Hochar. Il est secondé de Gaston et Marc, les deux fils de Serge. Ici, à Paris en septembre 2018 chez Philippe Faure-Brac (Photo FC)

1950, Château Kefraya par Michel de Bustros, écrivain, amateur d’art et féru d’opéra

Michel de Bustros qui s’est éteint en 2016, à 87 ans, était à la tête du deuxième domaine viticole du pays. En 1946, il débutait la construction du château établi sur un tell, colline artificielle érigée par les romains des siècles auparavant afin de surveiller les mouvements de troupes. Les premières vignes (dans la plaine de la Bekaa-ouest) apparaissent en 1951. Mais il faut attendre 1979 et dans des conditions d’extrême difficulté en pleine guerre du Liban (1975-1990) pour que Château Kefraya commence à produire son propre vin, avec les raisins issus de son propre vignoble et vinifiés dans sa propre cave (Les Coteaux de Kefraya) ; des vins qui seront élaborés selon ses propres règles : le respect de l’environnement, des vignes non irriguée et refus de l’assemblage. Féru d’opéra, il va donner à certaines de ses bouteilles le nom de grands héroïnes de l’art lyrique, Aida, Madame Butterfly, Carmen et Dinorah. Très vite, premières médailles et reconnaissance internationale saluent son travail mais la consécration viendra en 1997. La prestigieuse revue The Wine Advocate lui attribue une notation de 91/100 à sa cuvée Comte de M 1996* avec une critique de Robert Parker intitulée : an amazing accomplishment in Lebanon. Il est vrai que La devise du domaine n’est autre que Sempre Ultra (toujours plus haut) en latin. Château Kefraya est aujourd’hui la propriété de trois familles, celle de  Michel de Bustros, celle de Walid Joumblatt, chef historique de la communauté druze, et la famille Fattal.

*Comte de M 2012, dernier millésime (élevé en fûts de chêne français jusqu’à 24 mois) est noté 93 par Parker. Il est issu d’une sélection de parcelles de cabernet sauvignon (2/3) et de syrah (1/3) sur 9 ha culminant à 1100 m.

Michel de Bustros, décédé en 2016 devant ses vignes : on a choisi de planter en dit Fabrice Guiberteau œnologue du château depuis 2006, 300 ha de vignes sur un seul et même village reproduisant ainsi, en partie, la notion de terroir à la française alors qu’il n’existe pas non plus de principe d’appellation d’origine contrôlée dans le pays du Cèdre » et seulement à quelques kilomètres de la frontière syrienne. (Photo L’Orient-Le Jour).
Michel de Bustros, décédé en 2016 devant ses vignes : on a choisi de planter en dit Fabrice Guiberteau oenologue du château depuis 2006, 300 ha de vignes sur un seul et même village reproduisant ainsi, en partie, la notion de terroir à la française alors qu’il n’existe pas non plus de principe d’appellation d’origine contrôlée dans le pays du Cèdre. Un vignoble à seulement quelques kilomètres de la frontière syrienne. (Photo L’Orient-Le Jour).

Après la guerre civile (1990), le renouveau du vignoble libanais

L’industrie vinicole locale, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a vraiment explosé (!) au début des années 1990, après la guerre civile. Cinq domaines, Château Kefraya, Château Ksara, Château Musar, Château Nakad et le Domaine des Tourelles, rejoints par une demi-douzaine de nouveaux producteurs ont su imposer leurs vins sur le plan international. Parmi ces 50 ou 60 producteurs d’aujourd’hui, on assiste à une extraordinaire montée en qualité (redécouverte des cépages indigènes, généralisation de la culture en bio, innovation dans les techniques de vinification…). Ainsi nous viennent de la Békaa (Latourba et Batroun), les tous premiers vins effervescents du Liban. Ils sont produits notamment par le domaine viticole de Latourba* (avec sa cuvée Unique) ; également ce Frizzante en blanc (assemblage de 7 cépages) et rosé (cabernet sauvignon et syrah) du domaine Batroun Mountains de la famille Hark (Batroun, ville côtière à cinquante km au nord de Beyrouth et à 29 km au sud de Tripoli). L’innovation marque ces dernières années le vignoble libanais. Ainsi Château Kefraya prépare le premier vin libanais vinifié et élevé dans des amphores (comme jadis). On joue aussi sur le succès du cinsault, qui fait désormais partie du patrimoine du Liban au point que le Cinsault vieille vigne du Domaine des Tourelles a été sélectionnée parmi les 14 meilleurs cinsault du monde par le magazine Decanter. Si les vins libanais sont considérés comme chers, ne pas oublier que le Liban ne produit pas de bouteilles ni de bouchon, de sorte que tout doit être importé, ce qui entraîne une augmentation des coûts. En plus, les taxes sur les alcools sont ici, particulièrement élevées. Aujourd’hui, les visiteurs de plus en plus nombreux de la Békaa peuvent sans crainte explorer la beauté des vignobles et profiter de l’hospitalité viticole dans des salles de dégustation et des restaurants servant une cuisine libanaise moderne et traditionnelle.

* Le domaine viticole de Latourba s’étend sur plus de 45 ha de vignes nichées au bord du fleuve Litani (irriguant le centre de la Bekaa et le sud du Liban sur 140 km) à Saghbine, surplombant le barrage de Qaraoun. Il a été créé par Elie Chehwan. Son premier millésime date de 2014.

Latourba s'étend sur plus de 45 ha de vignes nichées au bord du fleuve Litani, à Saghbine, surplombant le barrage de Qaraoun. Il a été créé par Elie Chehwan.
Latourba s’étend sur plus de 45 ha de vignes nichées au bord du fleuve Litani, à Saghbine, surplombant le barrage de Qaraoun. Le domaine a été créé par Elie Chehwan (Photo DR)

II/ Le vignoble dans un état en guerre larvée

La vigne plutôt que le cannabis et le pavot

Enfin, la page semble s’être tournée. Le succès des vins libanais à l’international fait que la grande majorité des cultivateurs notamment ceux de la région de Deir Al-Ahmar (nord de la plaine de la Bekaa, un secteur particulièrement déshérité), comme nombre de villageois de la Békaa ont choisi la vigne (syrah, tempranillo, cabernet sauvignon, sauvignon blanc, viognier…) plutôt que la culture du cannabis (une industrie qui faisait pourtant gagner des millions de dollars aux trafiquants mais très peu aux paysans). Aujourd’hui, la vigne rapporte plus et surtout évite de vivre dans l’illégalité et la peur. 250 cultivateurs se sont ainsi regroupés au sein de la coopérative des Coteaux d’Héliopolis (créée en 1999) faisant vivre 430 familles dans 11 villages et travailler ensemble musulmans et chrétiens. Elle exploite 250 ha, ayant fait le choix de l’alignement horizontal, pour améliorer la productivité des pieds de vigne. Fair Trade Lebanon et Terroirs du Liban achètent, une partie de la récolte pour produire Coteaux Les Cèdres le premier vin certifié à la fois Bio et Fairtrade au Liban et Moyen-Orient ; un vin qui est largement exporté à l’international.

Vendanges dans la Békaa. Aujourd’hui, la vigne rapporte plus que la culture du cannabis et surtout elle évite de vivre dans l’illégalité et la peur (Photo DR)
Vendanges dans la Békaa. Aujourd’hui, la vigne rapporte plus que la culture du cannabis et surtout elle évite de vivre dans l’illégalité et la peur (Photo DR)

Le plus beau vignoble du Moyen Orient au coeur des conflits

Mais faire du vin dans un pays dont la guerre semble endémique est un défi que le Liban relève chaque année, millésime après millésime. En 1996, les chars israéliens prenaient position dans les vignes du très réputé château Kefraya (une opération intitulée Les raisins de la colère !). Michel de Bustros, son propriétaire, écrivain, amateur d’art et féru d’opéra relate l’événement dans son livre Du haut d’une Bretèche : « occupé par la soldatesque israélienne Kefraya n’était plus Kefraya. Partout l’état de désolation était impressionnant. Ils incendièrent les vergers et les vignobles et pillèrent le château (…), détruisant sans aucun scrupule trente-deux ans de travail ». Aujourd’hui encore, que font les frères Saadé, Sandro et Karim (les fils de Johnny R. Saadé), au Château Marsyas, un domaine créé au milieu des années 2000 (avec l’aide du consultant Stéphane Derenoncourt) près du village de Kefraya, quand on est à 60 km de Beyrouth dans la plaine de la Békaa à la frontière de la Syrie. Combien de check-points sont à franchir lorsqu’il s’agit d’aller sur ses vignes ? Pour cela, il faut emprunter à ses risques la fameuse route Beyrouth-Damas qui par Zahlé, traverse en son milieu, la Békaa ou bien celle qui descend vers le sud, en direction plateau du Golan et d’Israël. Pourtant, cette année encore ils viennent de lancer les deux nouveaux millésimes B-Qā de Marsyas dont le nom est en l’honneur de la célèbre vallée (le Rouge 2015, un assemblage de cabernet sauvignon et de mourvèdre et le Blanc 2017, un chardonnay 100 %).

Karim et Sandro Saadé, propriétaires de Château Marsyas, 65 ha de vignes à Kefraya (sud de la vallée de la Békaa). Ils sont les fils de Johny R. Saade (entreprise de transports terrestres et maritimes). Les deux frères sont également détenteurs du domaine Bargylus (12 ha de vignes) au nord-ouest de la Syrie, près de la ville de Lattaquié (Photo Château Marsyas)
Karim et Sandro Saadé, propriétaires de Château Marsyas, 65 ha de vignes à Kefraya (sud de la vallée de la Békaa). Ils sont les fils de Johny R. Saadé (entreprise de transports terrestres et maritimes). Les deux frères sont également détenteurs du domaine Bargylus (12 ha de vignes) au nord-ouest de la Syrie, près de la ville de Lattaquié (Photo Château Marsyas)
B-Qà de Marsyas est le second vin du Château Marsyas créé en 2007 son premier millésime voit le jour en 2013. B-Qā de Marsyas est composé à 70% de cabernet sauvignon, 20% de syrah et 10% de mourvèdre avec un vieillissement de 8 à 10 mois en fûts français.
B-Qà de Marsyas est le second vin du Château Marsyas créé en 2007. Son premier millésime voit le jour en 2013. B-Qā de Marsyas Rouge 2015 est un assemblage de cabernet sauvignon et de mourvèdre vieilli de 8 à 10 mois en fûts français (le Blanc 2017 est un chardonnay 100 %).

III/Les incroyables atouts du vignoble libanais

La plaine de la Békaa, près de 60 % du vignoble libanais

Le Liban, carrefour entre pays méditerranéens et pays de l’Orient arabe est un petit pays de 10 230 km2 à majorité montagneux possédant 210 km de côtes donnant sur la Méditerranée. Sa grande plaine d’altitude (on parle aussi de vallée), la Békaa qui jouit d’un climat continental sec, s’étend du nord au sud du pays, le long de la frontière syrienne. Elle débute à 900 m au-dessus du niveau de la mer avec de la vigne jusqu’à 1800 m d’altitude. Cette vaste cuvette prise entre deux montagnes, le mont Liban et l’Anti-Liban est depuis l’antiquité un grenier à céréales : à l’est, l’Anti-Liban (frontière naturelle avec la Syrie) et à l’ouest, le Mont Liban avec des vignes plantées sur la face ouest qui domine la zone côtière. Le Mont Liban est constitué des montagnes du Chouf dans sa partie sud et dans sa partie nord, des régions de Kfifan et Batroun, face à la mer. Après la plaine de la Békaa, cette partie nord est l’autre grand secteur viticole du Liban.

Chateau Khoury en hiver. Ce domaine familial de 17 ha a été créé par Raymond et Brigitte El Khoury à 1300 m d’altitude sur les contreforts est du Mont Liban, surplombant Zahlé (l’un des domaines les plus élevés du Liban). Les premières vignes ont été plantées en 1995, sur les terres en friches laissées à l'abandon après la guerre civile. Les bâtiments sont édifiés en pierre de taille dans le style traditionnel libanais.
Chateau Khoury en hiver. Ce domaine familial de 17 ha a été créé par Raymond et Brigitte El Khoury à 1300 m d’altitude sur les contreforts est du Mont Liban, surplombant Zahlé. C’est l’un des domaines les plus élevés du Liban. Les premières vignes ont été plantées en 1995, sur les terres en friches laissées à l’abandon après la guerre civile. Les bâtiments sont édifiés en pierre de taille dans le style traditionnel libanais.

Des hivers froids et des étés caniculaires

Si aujourd’hui, près de 60 % du vignoble libanais se trouve dans la Békaa, (essentiellement dans sa partie occidentale et les collines au-dessus de Zahlé), sa situation géopolitique entre la Syrie et Israël en fait le cœur d’une zone de conflit. Et pourtant, la Békaa est un grand terroir pour la vigne. Son centre est bien plus au sud que n’importe quelle partie de l’Espagne ou de l’Italie mais jouit de conditions climatiques plutôt favorables avec des hivers froids et des étés chauds. Les alluvions accumulées précise-t-on au château Marsyas ont engendré un sous-sol calcaire compact, une roche-mère couverte par une pellicule de terre de 40 à 50 cm. Ce sol rouge (présence de fer) et des pierres blanches forment un sol argilo-calcaire favorable à la vigne dont les racines doivent puiser en profondeur à la recherche d’eau et d’éléments nutritifs. Autre avantage, la Békaa a sa propre nappe phréatique naturelle alimentée par la fonte des neiges sur les pentes des chaînes de montagnes (Mont Liban et Anti-Liban), de sorte que certains raisins mûrissent rarement avant le milieu et même la fin du mois de septembre.

a Békaa jouit d’un climat continental sec. Elle s’étend du nord au sud du pays, le long de la frontière syrienne. Elle débute à 900 m au-dessus du niveau de la mer avec de la vigne jusqu’à 1800 m d’altitude (Photo DR)
la Békaa jouit d’un climat continental sec. Elle s’étend du nord au sud du pays, le long de la frontière syrienne. Elle débute à 900 m au-dessus du niveau de la mer avec de la vigne jusqu’à 1800 m d’altitude (Photo DR)

La liberté de faire du vin à sa guise

Au Liban, pas de cahier des charges à respecter, totale liberté dans le choix des cépages. Nombre de producteurs ne produisent pas leur raisin. Ils l’achètent sans pour autant le mentionner sur l’étiquette. L’irrigation est généralisée (mais il faut forer de plus en plus profond pour trouver l’eau). Pas de système d’appellation et pourtant tous l’attendent. Il est donc possible au Liban aujourd’hui d’expérimenter, d’innover sans contrainte en donnant une véritable identité à ses vins. Le tout est alors de savoir gérer au mieux le stress hydrique, éviter les blocages de maturité et agir pour avoir un équilibre acidité/sucre satisfaisant. Dans cette région, il est courant qu’il pleuve et neige de mi-novembre à début avril suivi de 6 longs mois de sécheresse. S’attendre également à un climat extrême. Ainsi, en 2017, les températures sont descendues en hiver à -17 ° suivi d’un été caniculaire dépassant les 37 °. Aujourd’hui, si la production est petite à l’échelle mondiale, le Liban a pour lui d’avoir une très longue tradition viticole, de nombreux cépages autochtones et des terroirs incontestablement excellents allant de Batroun au Metn en passant par Zahlé dans la plaine de la Békaa.

Aujourd’hui, près d’une soixantaine de producteurs sur 3000 ha

Le Liban regroupe un vignoble d’environ 3000 ha (150 ha supplémentaires sont plantés chaque année) concentré à 60 % dans la plaine de la Békaa pour une production annuelle de 10 millions de bouteilles* (dont 50 % est exportée), à comparer avec Chypre qui produit 27 millions de bouteilles. Un rappel, en 2000, le vignoble libanais ne recensait qu’une poignée de producteurs pour près de 60 aujourd’hui (dont 70 % de petits producteurs) selon le dernier décompte de l’Union vinicole du Liban (Association des établissements vinicoles du Liban). L’équilibre est pourtant loin du compte puisque les deux plus importants producteurs du Liban (les châteaux Ksara et Kefraya) pèsent à eux seuls plus de la moitié de la production annuelle (2,5 millions de bouteilles pour Ksara et 1,5 million pour Kéfraya). Derrière viennent château Musar et le domaine Ixsir (600 000 bouteilles chacun). A noter que la plupart des producteurs s’ils possèdent des vignes doivent également acheter leur raisin pour suppléer à leur production (essentiellement dans la vallée de Békaa).

* La production libanaise se répartit  à 68 % Rouge, 17 % Blanc, 14 % Rosé (+1 % moelleux et mousseux). Le Liban est aussi un producteur de raisins de table avec près de 25 000 ha de vignes.

Les montagnes, un atout pour la viticulture libanaise

Si pour la production de vin, le Liban se positionnerait trop au sud, les montagnes sont là pour compenser et apporter la fraîcheur nécessaire à la vigne. Donc, la préoccupation majeure est de chercher en altitude les bons terroirs sachant que le vignoble se concentre dans la partie centrale du pays à 900 m en moyenne d’altitude (dans la plaine de la Békaa, entre la chaine du Mont Liban et l’Anti-Liban). Ainsi, le domaine Ixsir, 120 ha dont 66 ha en production a un atout majeur, l’altitude de ses vignes sur des sols argilo-calcaires et calcaire Elles se répartissent de Batroun au nord de Beyrouth à 400 m d’altitude (là où se situe la winery du domaine) jusqu’à Jessine au sud (950 m), en passant par les montagnes de la Békaa avec Ainata (1700 m), Deir el Ahmar (1000 m), Niha (1200 m), Kab Elias (1000 m) ce qui en fait l’un des vignobles les plus élevés de l’hémisphère nord.

Ixir fut créé en 2007 par Carlos Ghosn (fondateur déchu de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi), Etienne Debbanné et Hady Kahalé avec comme oenologue, l’espagnol Gabriel Rivero et en tant que consultant, Hubert de Boüard copropriétaire du célèbre château Angélus. Le domaine pratique la culture raisonnée, sans irrigation, en terroir aride avec des rendements plus faibles. Chaque parcelle est vinifiée séparément en petites cuves afin de conserver l’expression authentique des terroirs. Sans doute, l’une des plus belles réussites du domaine est sa cuvée El Ixsir Rouge 2013 (55 % syrah, 35 % cabernet sauvignon, 10 % merlot). Il provient des parcelles d’Ainata, Yamoune et Kab Elias sur des argiles ferriques avec plaques de calcaire. C’est un vin qui est vieilli en fûts de chêne français 24 mois. (Voir aussi l’EL Ixsir Blanc 2016 : 70 % viognier et 30 % chardonnay).

*Ixsir, du mot arabe Elixir ou Al-Iksir, forme la plus pure de toute substance mais également potion secrète garantissant jeunesse et amour éternels.

Ixsir dont Patrick Antonia a pris la tête en avril 2018 est le quatrième plus important domaine du Liban avec 120 ha pour une production de 600 000 bouteilles. Les vignes, de Batroun* au nord à Jezzine au sud, passent par les plus beaux coteaux de la Békaa. La cave sur les hauteurs de Batroun (l’un des bâtiments les plus écologiques du monde) propose 3 gammes de vins : Altitudes, Grande Réserve et EL, la grande cuvée (en Rouge et Blanc) * Batroun vient du grec ancien signifiant grappe. La région était au temps des Phéniciens une terre de vignobles.
Ixsir dont Patrick Antonia a pris la tête en avril 2018 est le troisième plus important domaine du Liban avec 120 ha pour une production de 600 000 bouteilles. Les vignes, de Batroun* au nord à Jezzine au sud, passent par les plus beaux coteaux de la Békaa. La cave sur les hauteurs de Batroun (l’un des bâtiments les plus écologiques du monde) propose 3 gammes de vins : Altitudes, Grande Réserve et EL, la grande cuvée (en Rouge et Blanc) * Batroun vient du grec ancien signifiant grappe. La région était déjà au temps des Phéniciens une terre de vignobles.
Devant un paysage de vignes du Mont Liban, rien de mieux que déguster cet Ixsir Grande Réserve Rosé 2017 (mourvèdre 40 %, cinsault 40 % et syrah 20 %) !
Devant un tel paysage de vignes (Mont Liban), comment ne pas apprécier cet Ixsir Grande Réserve Rosé 2017 (mourvèdre 40 %, cinsault 40 % et syrah 20 %) ?

IV/La révolution des petits producteurs

Ils ont pour nom Atibaia, Baal, Belle-Vue, Sept, Vertical 33…

Il y a encore peu, à l’exception des châteaux Musar, Kefraya et consorts, on reprochait aux vins libanais de manquer d’élégance et surtout de légèreté. De toute façon les vins se vendaient ne serait-ce qu’au sein de la diaspora. L’arrivée des petits producteurs (libanais de souche ou tous ceux de retour au pays) a été une chance pour le Liban. Leur ambition, faire du vin artisanal et cultiver en bio. La qualité qu’ils ont apportée (car en général, l’équipement était à la hauteur de leur ambition) a commencé à primer, les terroirs ont été mieux gérés et les vins mieux vinifiés. Ainsi, Atibaia (nom d’une ville brésilienne pas très loin São Paulo) de Jean Massoud (dans les montagnes de Smar Jbeil, près de Batroun). En 2006, il plantait 4 ha de vignes sur des terres où ne poussaient alors que les chênes-lièges et quelques oliviers, plus 30 ha indexés à l’avenir. L’investissement fut considérable : cuves inox tronçoniques fabriquées sur mesure, processus de fermentation thermorégulé, vinification parcellaire, vieillissement en fûts de chêne de 12 à 18 mois dans des salles climatisées… Autre exemple, le domaine de Baal de Sébastien Khoury revenu au Liban en 2006 (après plusieurs années à Saint-Emilion). Ses 12 ha dont 5 ha de vignes cultivées en terrasse, sont situés sur les contreforts du Mont-Liban surplombant la plaine de la Békaa. Ici, cueillette manuelle, travail en culture biologique, de faibles rendements et 3 vins bio (fermentation en grappes entières pour le vin rouge, avec des levures indigènes, élevage en fûts de chêne français de 16 à 18 mois ; pas de collage, pas de filtration). Et que dire du château de Belle-Vue propriété de Naji et Jill Boutros ? Ils ont quitté Londres et la finance en 1999 pour s’installer à 25 minutes du centre de Beyrouth. Belle-Vue était à l’origine l’hôtel de son grand -père, dominant la montagne face à la mer Méditerranée et les montagnes enneigées au nord. La guerre en 1983 ravagea l’hôtel ainsi que les vignes. Le vignoble fut replanté en 2000 : 24 ha en terrasses (de 950 à 1200 m d’altitude), cultivé en bio sous le village de Bhamdoun (cépages : cabernet sauvignon et merlot pour la cuvée La Renaissance ; cabernet franc, syrah, merlot et cabernet sauvignon pour la cuvée Le Château).

Domaine de Baal sur les contreforts du Mont-Liban. Il surplombe la plaine de la Bekaa à 1200 m d’altitude. Premières plantations en 1994. Ici, respect de la terre et de l'environnement avec une agriculture biologique et des vins qui ne sont ni collés, ni filtrés. Le chai à barriques, entièrement voûté et construit à moitié sous terre, garantit une température moyenne de 13 à 16°toute l’année et un taux d’humidité de 70 à 75%.
Domaine de Baal sur les contreforts du Mont-Liban. Il surplombe la plaine de la Békaa à 1200 m d’altitude. Premières plantations en 1994. Ici, respect de la terre et de l’environnement avec une agriculture biologique et des vins qui ne sont ni collés, ni filtrés. Le chai à barriques, entièrement voûté et construit à moitié sous terre, garantit une température moyenne de 13 à 16°toute l’année et un taux d’humidité de 70 à 75 %.

Tout l’art de Maher Harb à Sept Winery

Mais c’est le vignoble de Maher Harb, 36 ans, qui en est la réussite la plus accomplie. Sept Winery (chiffre qu’il a d’ailleurs tatoué sur le bras) est un vignoble hérité de son père, Raymond à Nehla (Batroun). Il lui fallu terrasser la parcelle familiale de 6000 mbénéficiant donc de l’air marin remontant la nuit, qui protège du gel au printemps et  de la grêle en été. Cet ex-informaticien à Paris a engrangé son premier millésime 2016 (une cuvée 100 % syrah soit 600 bouteilles). S’il travaille la syrah, le grenache, le cabernet sauvignon, sa grande passion, à côté de l’obeideh (voir plus bas), est de replanter des cépages autochtones, ceux qu’on trouve encore sur d’anciennes terrasses, francs de pied et résistants au phylloxéra. Mais Maher Harb ne se contente pas de cultiver, il achète aussi des raisins à des viticulteurs pour élaborer d’autres vins. Ainsi, chaque vin a son indication d’origine : Deir el-Ahmar, Rayak et Chouf. L’obeideh vient de Zahlé* et le viognier de Rayak*. Le respect de l’équilibre qui se trouve dans la nature est pour moi le plus important dit-il. Il revendique le bio dans la cave et la biodynamie dans le vignoble : aucun produit chimique n’est utilisé dans mon vignoble, je laboure la terre à cheval deux fois par an. J’aime beaucoup la nature et je suis persuadé qu’il faut la respecter si on veut produire un vin d’exception.

*Zahlé et Rayak sont deux villes proches (gouvernorat de la Békaa). Cette dernière est à majorité chrétienne grecque catholique.

V/Quand le Liban redécouvre ses cépages oubliés

La montée en puissance de l’obeideh et du merwah

Après l’anéantissement à 80 % du vignoble libanais par le phylloxéra à la fin du XIXe siècle (la dernière attaque remonte à 1986), on replanta en privilégiant les cépages internationaux tels l’ugni blanc et le cinsault*. Il est aujourd’hui encore le deuxième cépage le plus planté au Liban (après l’obeideh cépage local, voir plus bas) sur plus de 450 ha. A la fin de la guerre, à partir de 1990, cette fois ci, le choix des producteurs se porta majoritairement sur le cabernet sauvignon et la syrah pour les rouges, le chardonnay et le sauvignon pour les blancs. Aujourd’hui, grosso modo, merlot, syrah et cabernet constituent l’assemblage standard pour les vins rouges avec la présence également de petit verdot, de malbec, de sangiovese ou de tempranillo. Un grand domaine comme château Ksara (437 ha sur un plateau d’altitude où les vignes sont plantées entre 900 et 1400 m) se targue de cultiver 32 cépages dont 2 hybrides : le cabernet volos et le sauvignon rytos sur 3 ha, cépages choisis pour être résistants au mildiou et à l’oïdium (plutôt rares au Liban) mais surtout au gel. Situé au pied du mont Barouk, à plus de 1000 m d’altitude, Kefraya cultive cabernet sauvignon, syrah, chardonnay et viognier, mais aussi des variétés plus atypiques comme le carmenère, le marselan, le muscat à petits grains et des cépages autochtones comme le obeideh.

* Le cinsault est le principal cépage rouge de la Békaa planté depuis 150 ans. Diana Salameh Khalil, oenologue depuis 2002 du domaine Wardy en a fait un rosé exceptionnel. Wardy fut aussi le premier à introduire au Liban, le carmenère.

Château Saint-Thomas, Obeidy, 2016 (13°) : ce vin issu à 100 % de Obeidy (ou obeideh), cépage autochtone libanais vinifié en fermentation contrôlée à basse température et élevé quelques mois en cuves inox (sans fermentation malolatique) était auparavant distillé pour l’arak. Il a été remis au goût du jour par Joe Assaad Touma à la tête de ce domaine dès 2013. C’est un cépage sensible à la sécheresse (il est planté à 1000 m d’altitude) qui s’oxyde rapidement ce qui impose beaucoup de précautions comme vendanger très tôt le matin avant le lever du soleil dit-il. Une fois cueillis, les raisins jaune clair virent en effet au brun sous le soleil.
Château Saint-Thomas, Obeidy, 2016 (13°) : ce vin issu à 100 % de Obeidy (ou obeideh), cépage autochtone libanais vinifié en fermentation contrôlée à basse température et élevé quelques mois en cuves inox (sans fermentation malolatique) était auparavant distillé pour l’arak. Il a été remis au goût du jour par Joe Assaad Touma à la tête de ce domaine dès 2013 : c’est dit-il, un cépage sensible à la sécheresse (il est planté à 1000 m d’altitude) qui s’oxyde rapidement ce qui impose beaucoup de précautions comme vendanger très tôt le matin avant le lever du soleil. Une fois cueillis, les raisins jaune clair virent en effet au brun sous le soleil.

22 cépages indigènes oubliés

Aujourd’hui on assiste en effet à la redécouverte des vignobles autochtones dont l’obeideh (ou obeidi) et le merwah. A noter cependant que château Musar fut la première cave à avoir assemblé obeideh et merwah dès les années 1950. Ces deux cépages aiment la hauteur puisqu’ils s’épanouissent à plus de 1000 m au-dessus de la mer sur les pentes de l’Anti-Liban, une chaîne montagneuse à l’ouest du pays, parallèle au Mont Liban, ainsi que sur le Mont Liban.

Mais attention ! La viticulture libanaise pourrait nous offrir à l’avenir d’autres surprises puisque l’INRA-Montpellier (Domaine de Vassal) compte 22 cépages en provenance du Liban (des cépages endémiques ou indigènes) plus, 26 de Syrie, et une quinzaine d’Israël. Sur cette lancée, Château Kefraya qui s’est constitué sa propre pépinière de cépages indigènes* devrait sortir (de l’oubli) en 2019, un cépage blanc indigène, un vin issu à 100 % du meksessé (totalement inconnu !).

* Kefraya aurait identifié une quarantaine de cépages libanais potentiels.

Obeideh et merwah, le bon assemblage

L’obeideh qui sert aussi à la fabrication de l’arak (avec des rendements de 50 à 60 hl/h) est un cépage purement libanais n’étant comme on l’a cru ni parent du chardonnay ni cousin du chasselas malgré une certaine similitudes morphologiques. Tarek Sakr*, l’oenologue du Château Musar aime à dire que son acidité et sa capacité de vieillissement font merveille avec le Merwah, cépage qualifié de très nerveux : une étonnante complexité va ainsi ressortir de ce mariage explosif qui se laisse magnifier au bout de dix ans d’âge.

* Tarek Sakr, oenologue du château Musar depuis 1991 est diplômé de l’ENSAM de Montpellier. Il a fait ses premiers pas sous la tutelle de Serge Hochar, après un stage au Château Lafite Rothschild. Il travaille désormais au côté de Ronald Hochar.

Incroyable obeideh des domaines Wardy, Saint-Thomas, Vertical 33… !

Mais l’obeideh peut aussi être vinifié en mono-cépage. Le domaine Wardy (à Zahlé), fut le premier à lancer un 100 % obeideh produit au Liban, un Obeideh 2012 vieilli en fût de chêne pendant douze mois ; un nouveau vin décrit comme fruité, aux accords d’abricot, de melon blanc et d’iode. Château Saint-Thomas à son tour commercialisaient un 100 % obeideh produit à 3200 bouteilles (millésime 2013). Le domaine s’étend aujourd’hui sur 65 ha. Il a été créé en 1990 par Saïd Touma et sa famille sur une colline surplombant la vallée de la Bekaa. Il fut le premier en 2012 à produire un pinot noir au Liban (millésime 2008).

Imposer au Liban le vin naturel

Autre producteur à mettre en avant pour la qualité exceptionnelle de sa cuvée 100 % obeideh, n’est autre que Vertical 33. Le domaine de 3,5 ha a été fondé en 2013 par 3 amis, Azar Aïd, Georges Cortas et Joseph Ghossein (deux médecins spécialisés et un ingénieur). Ils ont choisi d’installer leur vignoble, sur les flancs arides de Jabal Knaissé, au-dessus de Zahlé, dans la Békaa avec un objectif : imposer au Liban le vin naturel, un vin non seulement bio, mais sans intrants ni levures ajoutées. Premier millésime, leur Obeideh 2015 issu de vieilles vignes d’altitude (1100 m). Ce vin aux tonalités de citrons confits a été noté 19/20 par la Revue des Vins de France (RVF). Pour eux, c’est le plus grand blanc dégusté par la RVF en provenance du Liban. En attente : un pinot noir (Millésime 2017) issus de parcelles situées dans le village de Ramtaniyé, entre 1 650 et 1 800 mètres d’altitude), après deux très beaux cinsaults 2015 (issus d’une sélection parcellaire) :

  • Vertical 33 Cinsault du soir 2015 issus de vignes cultivées à mi-pente à l’est de Kefraya et de Barouk, à une altitude de 970 m sur un sol d’argile et de calcaire.
  • Vertical 33 Cinsault brutal 2015 venu de la parcelle la plus haute de Barouk, à 1030 m d’altitude, sur les versants est de Kefraya, au sol argilo-calcaire bien drainé.
Vertical 33 à Chtaura, c’est 3,5 ha de vignes sur les flancs arides de Jabal Knaissé, au-dessus de Zahlé. Le but des 3 associés est de promouvoir au Liban le vin naturel, vins bio, souvent en mono-cépages, sans intrants ni levures ajoutées : nous ne les faisons même pas vieillir en fûts de bois, car nous recherchons l’expression du terroir.
Vertical 33 à Chtaura, c’est 3,5 ha de vignes sur les flancs arides de Jabal Knaissé, au-dessus de Zahlé. Le but des 3 associés est de promouvoir au Liban le vin naturel, vins bio, souvent en mono-cépages, sans intrants ni levures ajoutées : nous ne les faisons même pas vieillir en fûts de bois, car nous recherchons l’expression du terroir.

Un 100 % merwah chez Ksara

Voici un cépage oublié, le merwah qui ne se trouve plus qu’en petite quantité dans la région de Douma à 80 km au nord-est de Beyrouth. Il donne un vin sec, aromatique élaboré au château Ksara (le plus ancien domaine viticole du Liban fondé par les pères jésuites en 1857). Ce merwah mono-cépage n’est produit qu’à 20 000 bouteilles dans des conditions de culture particulières (sélection massale) à une altitude d’environ 1200 m sur des sols argilo-sableux, riches en fer ce qui lui apporte minéralité et fruité. James Palgé oenologue du château Ksara le rapproche avec ses saveurs exotiques et son goût de melon, au Muscadet. Il suggère de le déguster avec des fruits de mer. De son côté, dès 2016, Kefraya sortait 300 bouteilles d’un 100 % merwah dans sa collection de bouteilles rares, Les Exceptions (vendues exclusivement au château).

Le merwah du château Ksara (le plus grand producteur de vin du Liban). Ksara a lancé un vin blanc 100 % merwah (cépage autochtone) cultivé en terrasses sur un seul vignoble (des vignes de 60 ans d’âge) au nord de la vallée de la Bekaa, à une altitude de 1600 m. Au moment des vendanges, c’est le dernier cépage à atteindre la bonne maturité. Il est récolté en octobre, six semaines après la plupart des autres vins blancs libanais. Le merwah vient de commencer une carrière internationale. Ainsi explique George Khalil Sara, copropriétaire du Château Ksara, au Royaume-Uni, a-t-il été classé par le journal The Independent dans les 12 meilleurs vins à moins de 20 £.
Le merwah du château Ksara (le plus grand producteur de vin du Liban). Ksara a lancé un vin blanc 100 % merwah (cépage autochtone) cultivé en terrasses sur un seul vignoble (des vignes de 60 ans d’âge) au nord de la vallée de la Bekaa, à une altitude de 1600 m. Au moment des vendanges, c’est le dernier cépage à atteindre la bonne maturité. Il est récolté en octobre, six semaines après la plupart des autres vins blancs libanais. Le merwah vient de commencer une carrière internationale. Ainsi explique George Khalil Sara, copropriétaire du Château Ksara, au Royaume-Uni, a-t-il été classé par le journal The Independent dans les 12 meilleurs vins à moins de 20 £.

VI/ Ces grands domaines qui font le prestige du vignoble libanais

Le vin des moines (Coopérative Adyar)

Parmi cet incroyable renouveau de la viticulture libanaise, nombre de producteurs étonnent par l’exceptionnelle qualité des vins, la plupart bio. A côté des grands, pourquoi ne pas évoquer dans le district du Metn (gouvernorat du Mont Liban), la Cave du Monastère Saint-Jean de Khenchara avec sa chapelle du XIIe siècle, son musée de l’imprimerie (là où fut imprimé le premier livre en arabe du Liban) cernée par les vignes et géré par le père Charbel Hajjar. Il faut dire qu’au Liban, la production du vin a toujours été une spécialité des moines. Autre exemple mais à plus grande échelle, la coopérative Adyar (monastères en arabe) qui a été créée par l’Ordre Libanais Maronite en 2003. Huit monastères sur 72 établis au Liban répartis dans trois régions ont accepté de la rejoindre sous l’expertise de l’œnologue français Frédéric Cacchia :

  • Kfifane, Annaya et Maad (région de Jbeil-Batroun),
  • Beit Chabad, Mar Moussa et Gobay (dans le Metn),
  • Rechmaya (Baabda-Aley),
  • Sir (Chouf).

Leur méthode sans engrais chimiques, sans pesticides ni désherbants est certifiée bio par l’institut méditerranéen de certification (IMC). Ce sont des vins de terroir et chaque vin porte le nom du monastère qui le produit à partir essentiellement du sangiovese, du tempranillo et du cabernet franc. Vin emblématique de la coopérative : Expression monastique est l’unique vin rouge signé Adyar. Il est issu d’un assemblage de différents cépages provenant de régions différentes. Pour le millésime 2013, son origine est la région de Batroun-Chouf-Metn. C’est le fruit d’un assemblage de 30 % grenache, 30 % mourvèdre, 30 % syrah et 10 % Sangiovese. Enfin, les vins de la coopérative Adyar sont les seuls au Liban à avoir une double certification bio, pour son vignoble et pour son vin (une certification européenne avec des étiquettes portant la mention Vin bio issu de raisins de l’agriculture biologique)*.

*Un vin bio est un vin issu d’un vignoble cultivé sans engrais chimique, sans herbicide, ni pesticide de synthèse. Au niveau de la vinification, le vin est élaboré et élevé sans l’emploi d’additifs (levures industrielles, enzymes, sucres).

Au milieu des vignes, le monastère de Mar Moussa dans le Metn (Mont-Liban) à l’est de Beyrouth. Y vit une communauté de 7 moines maronites cultivant la vigne à 1200 m d’altitude sur un sol argilo ferreux. L'humidité il est forte, en raison notamment d'importants écarts de température entre le jour et la nuit. On y produit un vin de terroir bio issu à 50 % de cabernet sauvignon, 35 % de syrah et 15 % de petit verdot et vieilli 24 mois en barriques bordelaises sous l’égide d’Adyar, la coopérative monastique.
Au milieu des vignes, le monastère de Mar Moussa dans le Metn (Mont-Liban) à l’est de Beyrouth. Y vit une communauté de 7 moines maronites cultivant la vigne à 1200 m d’altitude sur un sol argilo ferreux. L’humidité il est forte, en raison notamment d’importants écarts de température entre le jour et la nuit. On y produit un vin de terroir bio (sous l’égide d’Adyar) issu à 50 % de cabernet sauvignon, 35 % de syrah et 15 % de petit verdot et vieilli 24 mois en barriques bordelaises.

VII/Les 3 grands : châteaux Musar, Kefraya et Ksara

1/Château Musar (à Ghazir), 7 ans de réflexion ! 

Château Musar a été fondé en 1930. 180 ha. Production : 1,5 million de bouteilleswww.chateaumusar.com

Mémorable dégustation à Paris en septembre 2018 des vins du Château Musar dont cette cuvée spéciale1989, 100 % carignan issu de la plaine de la Békaa. Assurément un vin mythique, l’un des plus beaux vins que ce cépage est porté dans le monde ! Honneur donc au plus grand, au plus connu à l’international, le château Musar, figure iconique du vignoble libanais et premier producteur du Liban à finaliser une certification bio en 2006. Ses vignes sont plantées entre 1000 et 1500 m d’altitude dans un pays ensoleillé 300 jours par an avec une moyenne annuelle de température autour de 25°. Des cépages qui outre le cabernet sauvignon, sont plutôt Rhône méridional (carignan, cinsault, grenache, syrah)* ; des terroirs d’exception près des villages d’Aana et de Kéfraya dans la plaine de la Békaa ; des rendements très bas (30/35 hl/ha) ; des vendanges manuelles (autrefois aux bons soins des bédouins) entre août et octobre dès les premières heures de la matinée pour arriver au pressoir de Ghazir (à une trentaine de km au nord de Beyrouth) dans un parfait état de fraîcheur ; fermentation (levures naturelles) et repos dans des cuves en ciment comme à Pétrus pendant 6 mois avant de passer dans des barriques de chêne français ; des millésimes qui vont vieillir ensuite en bouteilles (des vins non collés et non filtrés) 7 ans environ avant d’être commercialisés. Un seul mot, exceptionnel !

*Pour les Blancs Musar privilégie viognier, vermentino, chardonnay et surtout, 2 cépages indigènes, l’obeidi (obaideh) et le merwah.

Château Musar, sélection de grands millésimes dont Château Musar Rouge 74, 2003 et 2011 (cabernet sauvignon, carignan, cinsault), issus de terroirs près des villages d'Aana et de Kefraya (Békaa) sur des sols graveleux et calcaire, fermentation par cépage en cuve béton, élevage 1 ans en fûts de chêne français ; assemblage 2 ans après la récolte et de nouveau un an en cuve béton avant la mise en bouteille puis ce château Musar Rouge seraélevé 4 ans en bouteilles et mis sur le marcé 7 ans après la récolte (Photo FC)
Château Musar, sélection de grands millésimes dont Château Musar Rouge 74, 2003 et 2011 (cabernet sauvignon, carignan, cinsault) issus de terroirs près des villages d’Aana et de Kefraya (vallée de la Békaa) sur des sols graveleux et calcaire : fermentation par cépage en cuve béton, élevage 1 ans en fûts de chêne français ; assemblage 2 ans après la récolte et de nouveau un an en cuve béton avant la mise en bouteille puis élevé 4 ans en bouteilles (commercialisation 7 ans après la récolte). Ici à Paris en septembre 2018 chez Philippe Faure-Brac (Photo FC)
Gaston Hochar (fils de Serge Hochar) qui a rejoint Château Musar en 2015, a pris en charge la gestion de la cave de Ghazir. Entre ses mains, un trésor venu des caves du château, ce Château Musar Rouge 1989, Cuvée Spéciale, 100 % Carignan (Photo FC)
Gaston Hochar (fils de Serge Hochar) qui a rejoint Château Musar en 2015, a pris en charge la gestion de la cave de Ghazir. Entre ses mains, un trésor venu des caves du château, ce Château Musar Rouge 1989, Cuvée Spéciale, 100 % Carignan (Photo FC)
Ralph Hochar, le fils de Ronald (en charge du développement dans le sud-est asiatique) présente le Musar Jeune Rouge 2016 (cinsault, cabernet sauvignon, syrah), issus de jeunes vignes de la vallée de la Békaa, plantées à 100 m d'altitude en 2000. Egalement ce Hochar Père et Fils Rouge 2015 (cabernet sauvignon, cinsault, grenache) issu d'un vignoble unique, près du village d'Aana (Békaa) ; des sols profond de calcaire ; des vignes âgées d'environ 30 ans et des rendements faibles (20-30 hl/ha). Un vin commercialisé 4 ans après la récolte (Photo FC)
Ralph Hochar, le fils de Ronald (en charge du développement dans le sud-est asiatique) présente le Musar Jeune Rouge 2016 (cinsault, cabernet sauvignon, syrah), issus de jeunes vignes de la vallée de la Békaa, plantées à 1000 m d’altitude en 2000. Egalement ce Hochar Père et Fils Rouge 2015 (cabernet sauvignon, cinsault, grenache) issu d’un vignoble unique, près du village d’Aana (Békaa) ; des sols profond de calcaire ; des vignes âgées d’environ 30 ans et des rendements faibles (20-30 hl/ha). Un vin commercialisé 4 ans après la récolte (Photo FC)
Dégustation des vins rosés du Château Musar dont ce Château Musar Rosé 2016 qui est le fruit d'un assemblage de cinsault et de 2 cépages autochtones, spécifiques au Liban, l'obeideh et le merwah plantés entre 1920 et 1947 pour l'obeideh au pied de la montagne Anti-Liban ; des vignes franches de pied à 1400 m d'altitude, au rendement de 10 à 20 hl/ha. Fermentation et élevage de 6 à 9 mois en fûts de chêne français. Ce rosé d'exception n'est vinifié que les meilleures années (Photo FC)
Dégustation des vins rosés du Château Musar dont ce Château Musar Rosé 2016 fruit d’un assemblage de cinsault et de 2 cépages autochtones, spécifiques au Liban, l’obeideh et le merwah plantés entre 1920 et 1947 pour l’obeideh au pied de la montagne Anti-Liban ; des vignes franches de pied à 1400 m d’altitude, au rendement de 10 à 20 hl/ha. Fermentation et élevage de 6 à 9 mois en fûts de chêne français. Ce rosé d’exception n’est vinifié que les meilleures années (Photo FC)

2/Château Kefraya (à Kefraya)l’un des plus beaux terroirs de la Békaa

Château Kefraya a été fondé en 1979 : 320 ha. Production : 1,5 millions de bouteilles. www.chateaukefraya.com

Kefraya possède sans doute dans la plaine de la Bekaa à plus de 1000 m d’altitude, l’un des plus beaux terroirs du pays. Le vignoble s’étale sur près de 300 ha de coteaux en terrasses, au pied du Mont Barouk qui culmine dans la chaîne du Mont Liban, à 1943 m. C’est aussi une réserve naturelle connue pour ses cèdres. Le terroir est une véritable mosaïque argilo-calcaire, caillouteux, argilo-limoneux et sableux. Les vignes bien exposées sont majoritairement palissées et plantées à 4000 pieds/ha avec une sélection de cépages faite pour les assemblages : cabernet sauvignon, carmenère, marselan, muscat à petits grains, chardonnay, viognier. Pas d’irrigation et un rendement moyen de 35 hl/ha ; vendanges et sélection manuelles des raisins à la vigne puis une deuxième sélection par tri optique sur table. On pratique au château une vinifications parcellaires. L’élevage des vins se fait en fûts de chêne français dans un chai d’une capacité d’un millier de barriques sous le contrôle du directeur technique du château, l’œnologue français Fabrice Guiberteau. A noter que le célèbre vin qui fit la réputation de Kefraya, Château Kefraya Rouge, dont les étiquettes mirent en avant les œuvres d’artistes-peintres libanaises, se donne maintenant une allure plus bordelaise avec un cabernet sauvignon assemblé au mourvèdre et à la syrah. Château Kefraya élevé entre 18 et 24 mois en fûts de chêne provient de 22 ha de vignes de plus de 30 ans, vendangées à la main.

Château Kefraya propriété de la famille Bustros depuis 1979, est un domaine de près de 450 ha créé dans la vallée de la Békaa occidentale pendant la guerre civile au Liban. Le vignoble situé à 1000 m d'altitude, sur les contreforts du mont Barouk, est une mosaïque de terroirs : argilo-calcaire, caillouteux, argilo-limoneux, sableux et galets roulés.
Château Kefraya propriété de la famille Bustros depuis 1979, est un domaine de près de 450 ha créé dans la vallée de la Békaa occidentale pendant la guerre civile au Liban. Le vignoble situé à 1000 m d’altitude, sur les contreforts du mont Barouk, est une mosaïque de terroirs : argilo-calcaire, caillouteux, argilo-limoneux, sableux et galets roulés.
Ce Comte de M Rouge, le nec plus ultra du Château provient d’une sélection de parcelles de syrah et de cabernet sauvignon limitées à 9 ha et culminant à 1100 m. Il est élevé en fûts de chêne français jusqu’à 24 mois. Le Comte de M Blanc est issu d’une parcelle de quelques 3 ha de vignes de chardonnay et viognier vinifiés et élevés jusqu’à 24 mois en fûts de chêne français neufs. Ces 2 très grandes cuvées ont été élaborées sous le contrôle d’Édouard Kosremelli, directeur général de Château Kefraya depuis 2013 et de l’oenologue Français Fabrice Guiberteau, arrivé à Kefraya en 2006 alors qu’Israël bombardait les infrastructures libanaises et le château.
Ce Comte de M Rouge, le nec plus ultra du Château provient d’une sélection de parcelles de syrah et de cabernet sauvignon limitées à 9 ha et culminant à 1100 m. Il est élevé en fûts de chêne français jusqu’à 24 mois. Le Comte de M Blanc est issu d’une parcelle de quelques 3 ha de vignes de chardonnay et viognier vinifiés et élevés jusqu’à 24 mois en fûts de chêne français neufs. Ces 2 très grandes cuvées ont été élaborées sous le contrôle d’Édouard Kosremelli, directeur général de Château Kefraya depuis 2013 et de l’oenologue Français Fabrice Guiberteau, arrivé à Kefraya en 2006 alors qu’Israël bombardait les infrastructures libanaises et le château : les démineurs étaient dans la parcelle juste au-dessous du chai. 

3/Château Ksara (Békaa), le château aux sept vignobles

Château Ksara a été fondé en 1857 : 450 ha. Production : 2,5 millions de bouteilles. www.chateauksara.com

Le vignoble s’étend sur 437 ha sur un plateau d’altitude où les vignes sont plantées entre 900 et 1400 m. C’est un vignoble de montagne en zone méditerranéenne. Il pleut et neige de mi-novembre à début avril, puis ensuite plus aucune précipitation pendant 6 mois. L’un des leviers mis en place au château est l’irrigation. Presque toutes les vignes sont irriguées : goutte-à-goutte ou aspersion. Des sondes mesurent l’humidité du sol à 60, 90 et 120 cm pour mieux gérer les apports et éviter l’enracinement superficiel. 6 zones de plantation fournissent le château. Mais cela ne suffit pas. Il faut s’approvisionner à l’extérieur, acheter du raisin à partir d’une vingtaine de cépages pour alimenter l’imposante machine qu’est Ksara (1 200 barriques, 150 cuves en Inox…). Le domaine est dirigé par Zafer Chaoui, aussi président depuis 2013 de l’Union vinicole du Liban. Il est secondé par George Khalil Sara, copropriétaire du Château Ksara.

Célèbres dans tout le pays, les caves datant de la période romaine du château Ksara furent découvertes en 1898. C’est en voulant enfumer un renard qui terrorisait les poules que de jeunes garçons les découvrirent (l’un d’eux devint moine ; il mourut en 1976). Elles s’étendent aujourd'hui sur 2 km et s’articulent autour de 6 tunnels. Elles représentent un atout considérable pour le château car jouissant d'une faible variation de température et d'une hygrométrie constante tout au long de l'année, elles permettent un vieillissement idéal pour le vin (entre 13 et 15°). Les caves de Zsara contiennent environ 900 000 bouteilles allant du dernier millésime à quelques très rares flacons de 1918
Célèbres dans tout le pays, les caves datant de la période romaine du château Ksara furent découvertes en 1898. C’est en voulant enfumer un renard qui terrorisait les poules que de jeunes garçons les découvrirent (l’un d’eux devint moine ; il mourut en 1976). Elles s’étendent aujourd’hui sur 2 km et s’articulent autour de 6 tunnels. Elles représentent un atout considérable pour le château car jouissant d’une faible variation de température et d’une hygrométrie constante tout au long de l’année, elles permettent un vieillissement idéal pour le vin (entre 13 et 15°). Les caves de Zsara contiennent environ 900 000 bouteilles allant du dernier millésime à quelques très rares flacons de 1918. Mais les plus vieilles que l’on peut encore consommer sont des années 1960 précise James Palgé, oenologue de la maison. A noter qu’y sont entreposées quelques 3 000 bouteilles de Vin D’Or (assemblage de macabeu, malvoisie et grenache blanc) élaborées par les pères  jésuites, dont une bouteille, millésime 1942 qui fut  adjugée 1500 £ à Londres fin 2017. (Photo du château)
Château Kasa, quelques vieux millésimes qui font de ces caves et du domaine, le troisième site le plus visité du Liban (près de 80 000 personnes en 2017).
Château Kasa, quelques vieux millésimes qui font de ces caves et du domaine, le troisième site le plus visité du Liban (près de 80 000 personnes en 2017).
Le rosé emblématique de Château Ksara, lancé pour la première fois il y a 40 ans, élaboré à partir du cabernet franc et de la syrah ; un vin vif, presque rose fluo. Dernier né ce Château Ksara, Sunset 2016 : cabernet franc 60 %, syrah 40 %. Il est obtenu par saignée. Après 10 à 12 heures de macération, la fermentation est effectuée à 18 °. Médaille d'Or au Mondial du Rosé 2017 à Cannes.
Le rosé emblématique de Château Ksara, lancé pour la première fois il y a 40 ans, élaboré à partir du cabernet franc et de la syrah ; un vin vif, presque rose fluo. Dernier né ce Château Ksara, Sunset 2016 : cabernet franc 60 %, syrah 40 %. Il est obtenu par saignée. Après 10 à 12 heures de macération, la fermentation est effectuée à 18 °. Médaille d’Or au Mondial du Rosé 2017 à Cannes (Photo du château)

Les 7 vignobles du Château Ksara

  • Tal el Deir : 76 ha (craie et argile) : cabernet sauvignon, syrah, cabernet franc, petit verdot, gamay, mourvèdre, marselan, merlot, malbec, chardonnay, verdejo et vermentino
  • Tanail : 63 ha (sol argile) : cabernet sauvignon, caladoc, cinsault, carignan, marselan, chardonnay, sauvignon, grenache, gros grain de muscat, petit grain de muscat, ugni blanc et viognier
  • Mansoura : 52 ha (argile et craie rouge brique) : cabernet sauvignon, syrah, cabernet franc, caladoc et marselan
  • Tal Dnoub : 71 ha (argile et calcaire sur substrat rocheux) : syrah, merlot, cabernet franc, petit verdot, caladoc et arinarnoa, chardonnay, sauvignon et sémillon
  • Kefraya : 43 ha (argile et calcaire) : syrah, petit verdot, mourvèdre, caladoc, cinsault, carignan, chardonnay, sauvignon, sémillon, ugni blanc et clairette
  • Ksara : 21 ha (argile et craie) : cabernet sauvignon, syrah, caladoc, chardonnay, sauvignon, sémillon, clairette, gewurztraminer et viognier
  • Chlifa : 25 ha (sol argile et calcaire) : cabernet sauvignon, syrah, cabernet franc, marselan et sauvignon
  • Massa : 27 ha (argile et craie) : syrah, carignan et sauvignon
  • Saghbine : 21 ha (rouge brique) : cabernet sauvignon, syrah, merlot, petit verdot, gamay, sangiovese et mourvèdre
Les vendanges dans les vignobles du château Ksara. Au total, Château Ksara produit : 7 vins rouges, 3 vins rosés, 3 vins blancs et 1 vin doux.
Les vendanges dans les vignobles du château Ksara. Au total, Château Ksara produit : 7 vins rouges, 3 vins rosés, 3 vins blancs et 1 vin doux (Photo du château Ksara)

VII/Liste des principaux producteurs de vins libanais

(Liste non exhaustive)

  • Ixsir (à Batroun) fondé en 2008 : 120 ha pour une production de 300 000 bouteilles. ixsir.com.lb
  • Aurora (à Batroun) fondé en 2002 : 2,5 ha, production : 10 000 bouteilles. aurorawinery.co
  • Château Wadih (à Akoura) fondé en 2010 : 1,2 ha, production : 8000 bouteilles. chateauwadih.net
  • Riachi (à Khenchara) fondé en 1839 : 20 ha, production : 90 000 bouteilles. riachi.me
  • Nabisse (à Rechmaya) fondé en 1999 : 2 ha, production : 15 000 bouteilles. nabise.com
  • Château Belle-Vue (à Bhamdoun) fondé en 2000 : 24 ha, production : 20 000 bouteilles. chateaubelle-vue.com
  • Coteaux du Liban (plaine de la Békaa): 15 ha, production : 100 000 bouteilles. facebook.com/coteauxduliban/
  • Terre Joie (à Qanafar) fondé en 2008 : 10 ha, production : 15 000 bouteilles. terrejoie.com
  • Latourba (plaine de la Békaa) fondé en 2006 : 45 ha, production : 60 000 bouteilles. latourba.com
  • Château Khoury (à Dhour Zahle) fondé en 1995 : 15 ha, production : 50 000 bouteilles. chateaukhoury.com
  • Château K (à Chtaura) fondé en 1974 : 70 ha, production : 300 000 bouteilles. chateauka.com
  • Domaine de Baal (Békaa, contre-forts du Mont Liban) fondé en 1994 : 8,4 ha, production : 12 000 bouteilles. domainedebaal.com
  • Château Isaac (à Deir El Ahmar) fondé en 2010 : 4 ha, production : 15 000 bouteilles. chateauisaac.com
  • Domaine Wardy (à Zahlé) fondé en 1891 : 55 ha, production : 350 000 bouteilles. domainewardy.com
  • Château Marsyas (à Kefraya) fondé en 2007: 65 ha, production : 60 000 bouteilles. chateaumarsyas.com
  • Château Héritage (à Kab-Elias) fondé en 1888 : 100 ha, production : 300 000 bouteilles. chateauheritage.com
  • Domaine des Tourelles (à Jdita-Chtaura) fondé en 1868 : 50 ha, production 250 000 bouteilles. domainedestourelles.com
  • Clos Saint-Thomas (à Kab-Elias) fondé en 1990 : 65 ha, production : 450 000 bouteilles. closstthomas.com
  • Atibaila (à Smar Jbeil Batroun), fondé en 2007 : 5 ha http://atibaiawine.com
  • Château Fakra (à Kfardebian, Mont Liban) fondé en 2011 : 40 ha, production : 250 000 bouteilles. faqra.com
  • Batroun Mountains Winery (à Batroun) domaine fondé en 2003 : 11 ha, production : 60 000 bouteilles. batrounmountains.com
  • Coteau de Botrys (à Batroun villages de Eddé, Kfifane et Jnar) fondé en 1998 par Joseph G. Bitar : 16,5 ha, production : 60 000 bouteilles. coteauxdebotrys.com
  • Massaya (nord de la vallée de la Békaa, près de Chtaura et Zahlé, à 38 km de Baalbek et à Faqra, Mont Liban ; à Tanaïl pour la cave) fondé en 1992 par Sami et Ramzi Ghosn : 30 ha http://www.massaya.com
  • Château Qanafar (Khirbet Qanafar, Békaa ouest). 17 ha planté à 1200m d’altitude www.chateauqanafar.com

Les journées du vin libanais

L’UVL (Union vinicole du Liban) a été fondée en 1997, un an après l’adhésion du Liban à l’Office international de la vigne et du vin (OIV). Si aujourd’hui, 42 établissements vinicoles sont enregistrés auprès du ministère de l’Agriculture, sur ce nombre, 23 appartiennent à l’Union vinicole du Liban (UVL) et représentent 95 % de la production totale de vin du Liban soit 10 millions de bouteilles par an, selon Zafer Chaoui, actuellement à la tête de l’UVL et PDG du Château Ksara. C’est le rôle de l’UVL notamment d’organiser les Journées du Vin Libanais à l’étranger grâce à l’aide du ministère de l’Agriculture (Elles eurent lieu à New York, Washington, la Californie, la Russie, Londres…). Quant à l’Institut national de la vigne et du vin (INVV), encore très inefficace, il fut créé en 2013.

Jour de vendanges dans la plaine de la Békaa (Photo DR)
Jour de vendanges dans la plaine de la Békaa (Photo DR)