Alicante Bouschet (cépage teinturier) : cet hybride est le fruit d’un croisement en 1886 entre le grenache et le petit bouschet, lui même issu d’aramon x teinturier du Cher, un cépage teinturier très présent alors dans le vignoble de l’orléanais. Son inventeur n’est autre qu’Henri Bouschet, fils de Louis Bouschet (voir plus haut). Ce cépage très vigoureux très résistant à l’oïdium a un double mérite : son grand pouvoir « teinturier » (c’est le père de tous les hybrides teinturiers français) et son rendement qui peut atteindre le chiffre faramineux de 250 hl/ha. Il débourre et mûrit tôt. Dans le midi, c’est le premier cépage à être vendangé. Il s’est répandu dans tout le Midi de la France, en Algérie, en Californie et en Espagne (La Mancha). À faible rendement, il donne des vins très colorés aux arômes de fruits mûrs et d’épices, et à la forte charge alcoolique. Il restait en France 12 000 ha en 1994, mais cette surface est en baisse constante puisqu’il n’a été retenu dans aucune appellation.