Château Rieussec, Sauternes (Bordeaux) Premier Cru (classement 1855) : c’est l’une des propriétés les plus importantes de Sauternes rachetée par les Domaines Baron de Rothschild en 1984. Le vignoble couvrent 93 ha d’un seul tenant, au sol argilo-graveleux ou argilo-sableux. Il est à la jonction de Fargues et de Sauternes sur une croupe de graves voisine d’Yquem*. Ici, le cépage emblématique du Sauternes, le sémillon domine à 90 %, complété par le sauvignon à 7 % et la muscadelle à 3 %.

Un verre de vin par pied de vigne

Les techniques utilisées sont traditionnelles au Sauternais. Les vendanges se font en plusieurs tris successifs selon l’état de maturation des raisins et de l’évolution du Botrytis cinerea (pourriture noble). Elles s’échelonnent sur 6 à 8 semaines, de septembre à novembre. Les fermentations sont réalisées en barriques. Chaque tri provenant d’une parcelle bien identifiée est isolé dans un lot de barriques pour apprécier sa capacité à entrer ou non dans le grand vin. La durée du vieillissement en fûts de chêne est de 18 à 26 mois suivant les millésimes dont 50 à 55% de fûts neufs.

La production annuelle moyenne est évidemment variable suivant les millésimes. On l’estime à environ 6000 caisses par an. N’oublions pas qu’ici, le rendement moyen est bien inférieur à 15hl/ha ce qui correspond approximativement à un verre par pied de vigne.

Les autres vin du domaine

  • Second vin : Carmes de Rieussec. Issu du sémillon 80 à 90%, sauvignon et muscadelle de 10 à 20%, ce second vin est sélectionné à partir des mêmes bases que le grand vin. Le nom fait référence aux moines des Carmes de Langon, propriétaires du domaine de Rieussec au XVIIIe siècle. Son élevage est de 18 mois en barriques. La production est de 6000 caisses annuelles.
  • Second vin : Château de Cosse. Il présente des caractéristiques proches du grand vin avec un élevage en barriques plus court. Il peut être consommé plus jeune que son aîné. L’origine du nom Château de Cosse provient d’une parcelle de vigne dénommée Cosse  (80 à 90% sémillon, 10 à 20% muscadelle et sauvignon ; vieillissement de16 à 18 mois en barriques de deux ans ; production  de 1000 à 5000 caisses par an).
  • Le « R » de Rieussec est produit sur le domaine de Château Rieussec. Il est issu, en partie, des mêmes vignes qui vont donner le Sauternes. La fermentation se fait pour 20% en barriques neuves. Cette technique confère au vin un bon potentiel de vieillissement tout en préservant au maximum la fraîcheur et le fruit du raisin. La production est entre 2 000 à 3 000 caisses par an.

*L’anglais Charles Cocks qui avait édité un guide à l’usage de ses compatriotes publié d’abord à Londres : Bordeaux: its wines and the claret country notait en 1868 que Rieussec produit des vins qui possèdent beaucoup d’analogie avec ceux d’Yquem.

Jouxtant Yquem

Son histoire remonte au XVIIIe siècle. Le Domaine de Rieussec appartient alors aux moines des Carmes de Langon. La confiscation du Domaine à la révolution conduit vers 1790 à sa vente comme Bien National à un certain Marheilhac, propriétaire à l’époque du Château La Louvière à Léognan. Jusqu’en 1984, date de son acquisition par les Domaines Barons de Rothschild (Lafite), le château ne cessa de changer de propriétaires. Il comprenait alors 110 ha dont 68 ha de vignes.

Pas de grand vin en 1993

Pour mieux exprimer le potentiel du Rieussec, des mesures rigoureuses sont mises en place avec entre autres des tris de grains plus méticuleux et la fermentation en barriques qui permet une sélection beaucoup plus fine lors de l’assemblage du grand vin. De gros efforts d’investissement sont entrepris avec un nouveau chai pour allonger la période d’élevage en barriques (à partir du millésime 1989). La quantité de grand vin est considérablement réduite dans les années 90 par une sélection plus rigoureuse, l’année 1993 voit même l’absence de grand vin faute de qualité.

Puis ce fut à partir de 2000, la rénovation des chais de vieillissement, la construction d’un chai de fermentation et l’évolution technologique de la salle de réception et de pressurage.

Aujourd’hui, le vignoble est géré par Charles Chevallier, directeur technique des Domaines, assisté d’un maître de chai, Serge Lagardère et d’un responsable vignoble, Jean de Roquefeuil.