Grenache (grenache noir) cépage noir : ce cépage typiquement méditerranéen est d’origine espagnole. Il fut d’ailleurs appelé vin de garnache (Grenade) ou plus tard,  plant espagnol. D’autres disent qu’il pourrait venir de la Catalogne ou de l’Aragon puisque dans la Rioja, il porte le nom de tinta aragonesa. Il est devenu le cépage roi de l’appellation Châteauneuf-du-Pape occupant plus de 60 % des surfaces plantées. D’ailleurs n’a-t-on pas coutume de dire que c’est lui qui façonne l’esprit des vins de Châteauneuf-du-Pape ? Aujourd’hui, il domine largement le Languedoc-Roussillon (Le Roussillon fut espagnol jusqu’en 1659) et la Provence. Pourtant c’est encore un grand inconnu. On ne connait toujours pas son code génétique et peu de gens savent qu’il se décline en trois couleurs : grenache noir, grenache blanc, grenache gris.

Le deuxième cépage le plus planté en France

Rien qu’en France, il s’est adjugé un vaste vignoble de près de  95 000 ha, n’étant supplanté que par le merlot (116 000 ha) et loin devant son grand rival, la syrah (69 000 ha). Depuis 1958, sa progression a été fulgurante (377 %). Pourtant il souffre d’un sérieux handicap face à des vins qui sont aujourd’hui plus frais, plus fruité, plus léger. Son grand problème, c’est en effet l’alcool. Il est partout pénalisé par sa propension à faire de l’alcool (d’où face à lui, l’irrésistible progression de la syrah notamment dans la partie méridionale de la vallée du Rhône). Il donne des vins corsés, capiteux, généreux  pouvant facilement frôler les 15°, des vins peu acides à la couleur mordorée qui s’oxydent vite et tendent vers le rancio. Sensible donc à l’oxydation, il nécessite une bonne maîtrise de sa vinification et de son élevage. Sait-on qu’il servit (à l’instar d’ailleurs de l’alicante bouschet*) aux bourguignons et aux bordelais jusqu’au début des années 1960 à remonter le degré alcoolique de leurs vins tout en rehaussant la couleur.

La star des vins doux naturels

Afin d’en faire un bon vin de garde, il est nécessaire de l’assembler avec d’autres cépages (des cépages améliorateurs) pour le calmer, l’équilibrer en utilisant la syrah ou le mourvèdre pour le fruit, le carignan pour les tannins ou le cinsault pour l’acidité. Il est vrai qu’avec sa texture et son gras, il joue un effet bénéfique dans ces assemblages.  En fait, il n’a jamais été aussi exceptionnel qu’en étant vinifié en vin doux naturel comme le prouve les Maury, Banyuls, Rivesaltes, Rasteau ou Beaumes. Là encore, il s’intègre le plus souvent, dans des assemblages où il tient la vedette (50 % au moins en Banyuls et jusqu’à 75 % en Banyuls Grand Cru). Enfin, il se reconnaît à ses arômes de griotte, de pruneau, de cassis, de framboise ainsi qu’à des notes de fumé, de réglisse, de café, de cacao et de poivre. Beaucoup de ses arômes sont liés au terroir et au soleil que la vinification, notamment par l’apport d’oxygène sera capable de révéler. Les producteurs de vins rosés l’utilise aussi énormément soit seul, soit assemblé au cinsault pour obtenir des rosés pâles.

*l’alicante Bouschet est un croisement  de grenache noir et de petit Bouschet.

Son problème, c’est l’alcool

Le grenache possède de grandes grappes compactes. Ses baies de tailles moyennes, à la pellicule assez épaisse et bleutée (avec un certain rosissement si la maturité n’est pas totale) donnent du jus en abondance. Il est taillé court (taille en gobelet*) pour mieux résister au vent et à la sécheresse mais aussi afin de maîtriser sa vigueur. C’est un cépage plutôt résistant quoique sensible à la coulure, au mildiou et à la pourriture grise, heureusement rare sous climat méditerranéen. Il est de maturité tardive. Il excelle sur des sols pauvres, caillouteux et secs. Là, les rendements sont faibles (moins de 30hl/ha), inversement proportionnels  à l’envolée de son taux d’alcool qui peut monter au-delà de 15°. Des terrains trop fertiles sont contre-nature. Il produit alors trop et mal . Si sa longévité est exceptionnelle, sa résistance l’est aussi au point d’en étonner plus d’un. Ainsi peut-il en cas de stress hydrique, s’autoréguler en attendant des jours meilleurs.

*La mécanisation a cependant entraîné le palissage avec taille guyot ou cordon de royat.

Le grenache en France et dans le monde

C’est le cépage le plus planté dans le monde mais en nette régression puisque sa surface est passée de 240 000 à 200 000 ha en douze ans. Pour son développement, il lui faut le biome du domaine méditerranéen qu’il trouve évidemment en Espagne, sa terre d’origine avec 100 000 ha. Il est présent dans le nord du pays, en Aragon, en Castille, au Pays basque, en Catalogne et en Extrémadure mais également au Portugal, en Italie (en Sardaigne notamment), en Grèce, au Mexique associé au tempranillo, en  Afrique du Sud, en Californie (région de Chaparral), au Chili (sud de Santiago),  en Australie (zone de Perth), etc.