La production de vin en 2019 en baisse de 10 %. En haut du classement, même palmarès qu’en 2018, premier producteur mondial, l’Italie, deuxième, la France. Cette baisse est due à des conditions climatiques défavorables. Après un volume de production de vin exceptionnellement élevé en 2018, la production 2019, estimée à 263 millions d’hl, est revenue au niveau moyen de ces dernières années. Des conditions climatiques défavorables ont eu un impact significatif en Italie, en France et en Espagne, ce qui a entraîné des productions inférieures à la moyenne. Le Portugal est le seul pays de l’UE à avoir une production de vin supérieure à celle de l’année dernière.

Pau Roca, directeur de l’OIV lors de la conférence de presse sur les premières estimations de production au 31 octobre 2019 (Photo FC)

2019, des baisses presque partout dans le monde

Sur la base des informations recueillies dans 28 pays, qui représentent 85 % de la production mondiale en 2018, la production mondiale de vin 2019 (hors jus et moûts) est estimée à 262,8 Millions d’hl. Ainsi, on s’attend aussi à une légère baisse de la production de vin aux Etats-Unis. En Amérique du Sud, la production a diminué par rapport à 2018, notamment en Argentine et au Chili. L’Afrique du Sud enregistre un niveau de production inférieur à la moyenne pour la deuxième année consécutive. L’Australie et la Nouvelle-Zélande affichent des niveaux de production légèrement inférieurs à ceux de 2018.

Dans l’hémisphère nord

Dans l’Union européenne (UE), des conditions météorologiques défavorables, du gel à la sécheresse, ont eu un impact significatif sur la production de vin de 2019, inférieure à la moyenne. Le volume de production évalué à 156,0 Millions d’hl (représentant 60 % de la production mondiale) est inférieur d’environ 15 % à celui de l’année précédente. Il s’agit d’une baisse significative de 26,7 Millions d’hl par rapport à 2018 (182,7 Millions d’hl). Par rapport au volume de production exceptionnellement élevé en 2018, il y a une baisse de -1 5% en Italie (46,6 Millions d’hl), -15 % en France (41,9 Millions d’hl) et -24% en Espagne (34,3 Millions d’hl). En dehors de l’UE, la production de vin en 2019 est élevée dans des pays comme la Russie (6,0 Millions d’hl, +7 %/2018) et la Géorgie (1,8 Millions d’hl, +1 %/2018). Bien que plus faible que l’an dernier, le volume de production en Suisse (1,1 Million hl, -6 %/2018) est supérieur de 10 % à la moyenne observée sur la période 2014-2018.

Les Etats-Unis, qui représentent environ 12 % de la production de l’hémisphère nord, avec une estimation préliminaire à 23,6 Millions d’hl de production de vin (-1 %/2018), enregistrent un niveau élevé de production pour la quatrième année consécutive.

Vendanges à Gran Canaria‎ (Grande Canarie)

Dans l’hémisphère sud

Dans l’hémisphère Sud, où les récoltes ont pris fin début 2019 et donc les chiffres préliminaires sur la production de vin ont tendance à être plus précis et fiables à cette période de l’année, le scénario pour 2019 est en quelque sorte similaire à celui de l’hémisphère Nord, avec une production de vin généralement inférieure à l’année précédente, mais globalement en ligne avec la moyenne quinquennale et représentant environ 20 % de la production mondiale.

L’Amérique du Sud est la région de l’hémisphère sud qui enregistre la plus forte baisse par rapport à la production élevée de 2018.

  • En Argentine, la production de vin en 2019 devrait atteindre 13,0 Millions d’hl (-10 %/2018).
  • Le Chili, avec 11,9 Millions d’hl, enregistre une baisse de 7 % par rapport à 2018 et une augmentation de 8 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente.
  • Le Brésil, après deux années consécutives au-dessus de 3 Millions d’hl, a un volume de production de vin estimé à 2,9 Millions d’hl, soit plus de 10 % de plus que sa moyenne quinquennale.

En Afrique du Sud, où la sécheresse a eu un impact significatif sur les récoltes, la production de vin est estimée à 9,7 Millions d’hl. C’est le seul grand pays producteur qui, pour la deuxième année consécutive, enregistre un volume de production inférieur à la moyenne (-9 % par rapport à la moyenne quinquennale).

En Océanie,

  • l’Australie enregistre une légère baisse du volume de production de vin, estimé ici à 12,5 Millions d’hl (-3 % par rapport à 2018 mais globalement en ligne avec sa moyenne quinquennale).
  • En Nouvelle-Zélande, la production de vin enregistre pour la quatrième année consécutive un chiffre proche de 3,0 Millions d’hl en 2019 (-1 %/2018).

Le top 20 des plus grands producteurs mondiaux de vin en 2019

(Estimation OIV production 2019 versus 2018, chiffres en Mio hl : Million d’hectolitres)

  • 1/Italie : 46, 6 (-15 %)
  • 2/France : 41,9 (41,9 %)
  • 3/Espagne : 34 ,3 (-24 %)
  • 4/USA : 23,6 (-1 %)
  • 5/Argentine : 13 (-10 %)
  • 6/Australie : 12,5 (-3 %)
  • 7/Chili : 11,9 (-7 %)
  • 8/Afrique du Sud : 9,7 (3%)
  • 9/Chine* 
  • 10/Allemagne : 9 (-12 %)
  • 11/Portugal : 6,7 (10 %)
  • 12/Russie : 6 (8 %)
  • 13/Roumanie : 4,9 (-4 %)
  • 14/Hongrie : 3,2 (-6 %)
  • 15/Nouvelle-Zélande : 3 (-1 %)
  • 16/Brésil : 2,9 (-5 %)
  • 17/Autriche : 2,6 (-4%)
  • 18/Grèce : 2 (-8 %)
  • 19/Géorgie : 1,8 (1 %)
  • 20/Suisse : 1,1 (-6 %)

* Chiffres non disponibles

Conférence de presse à l’OIV, le 31 octobre 2019 pour une première estimation de la production de 2019 (Photo FC)