Cour-Cheverny AOC (Loire), appellation du Loir-et-Cher, vin blanc : l’appellation se déclinait autrefois en deux noms : Mont-près-Chambord et Cour-Cheverny.

Seuls en bénéficiaient les vins blancs fait à partir d’un cépage local, le mystérieux romorantin. Il aurait été rapporté de Bourgogne par François 1er en 1519 pour son fastueux château de Chambord tout proche qu’il n’habita d’ailleurs pratiquement jamais.

Cette AOC couvre un petit vignoble d’à peine 60 ha qui forme une poche à l’intérieur de l’appellation Cheverny à une quinzaine de kilomètre au sud-est de Blois, en limite de Sologne. Il est planté sur un terroir de calcaire recouvert de sable et sillonnée par les vallées du Beuvron, du Cosson et de la Bièvre.

Le Cour-Cheverny issu exclusivement du romorantin est aujourd’hui un vin sec sous-tendu par une belle acidité et beaucoup de minéralité. C’est un vin acide et coupant dans sa jeunesse, un vin vif à la robe vert pâle que trois années suffisent à peine à adoucir. Elles  lui apportent des arômes de miel, de coing, de tilleul et de seringa. Si toutefois on lui reproche son acidité, la maîtrise des rendements et la récolte à une maturation optimale lui confèrent un côté élégant et charmeur de plus en plus recherché. C’est le vin à la mode que l’on trouve en bonne place sur bien des cartes de restaurants chic de Paris.