Sable et vin font bon ménage. Les éléments constitutifs du sol ont une importance majeure dans la qualité du raisin et influencent les caractères organoleptiques d’un vin. Un même cépage donnera des vins présentant des différences gustatives selon le type de sol sur lequel il est planté, qu’il soit sableux, argileux, calcaire, argilo-calcaire ou schisteux. Ainsi, un sol à base de roches siliceuses (sables, grès ou silex) donnera aux vins légèreté et finesse. Ce sont en général des terrains de plaine en bordure de mer ou de grands fleuves. Ces sols sableux conviennent d’avantage aux cépages précoces. Ils sont chauds et aérés et retiennent peu l’eau (bon drainage). Ils sont clairs ce qui réfléchit la lumière. En surface, le sol est souvent pauvre en matière organique et en éléments fertilisants, mais plus riche en profondeur.

Des sables presque purs jusqu’aux marnes sablo-limono-argileuses

Il existe des sables presque purs sans matière organique, des sables mêlés à de la matières organique ou des galets, des marnes sablo-limono argileuses. Certains sols sableux s’adaptent mieux aux vins blancs secs qu’aux vins rouges (voir les vignobles du Val de Loire en Sologne notamment, de Champagne, du sud-ouest, du sud-est…). Par contre certains Graves de Bordeaux, certaines appellations de la vallée du Rhône, du Midi ou de la vallée de la Loire présentent des sols moyennement acides, très caillouteux, avec du sable graveleux quartzeux. Ils contiennent peu d’argile et peu de matière organique. Cela entraîne une maturité précoce du raisin, une vigueur plutôt moyenne mais avec un fort risque de stress hydriques. Si la pluviométrie est suffisante, ce type de sol peut produire de grands vins rouges et blancs.

Le vin des sables du Golfe du lion

L’appellation des vins des sables du Golfe du Lion est essentiellement connue pour ses rosés et pour ces gris. Le sol est presque partout constitué de sable reposant sur des marne (anciennement la vase des bords de plage). Les vins des sables sont issus de vendanges provenant de vignes cultivées sur des sables dunaires d’apports rhodaniens, marin et éoliens. Le territoire de l’appellation s’étend sur 12 communes dans 3 départements :

  • les Bouches du Rhône aux Saintes-Marie-de-la-Mer ;
  • le Gard à Aigues-Mortes, Le Grau-du-Roi, Saint-Laurent d’Aigouze, Vauvert ;
  • l’Hérault à Frontignan, Marseillan, Mauguio, Palavas-les-Flots, Sète, Vic-la Gardiole, Villeneuve-lès-Maguelonne.

Ses principaux cépages : les cabernet franc, cabernet sauvignon, grenache noir, grenache gris, merlot, marselan, syrah, petit verdot, carignan noir, carignan gris et cinsault.

Le plus grand domaine viticole d’Europe

Le domaine de plus célèbre de l’appellation est certainement Listel. Dans la zone d’Aigues-Mortes en petite Camargue et du Grau-du-roi, situés entre mer et étangs, le vignoble de Éjarras-Listel est le plus grand domaine viticole d’Europe. Le domaine historique couvre 2 435 hectares dont 1 325 d’espaces naturels qui bordent plus de 1 100 hectares de vignes. Premier vigneron d’Europe, Listel est aujourd’hui la propriété du champenois Vranken Pommery.

Vin des sables de l’Océan

Ce vin de Sables (sables de l’Océan ) était issu d’un vignoble très atypique dans le sud ouest. Il était composé de petites parcelles formant des dunes. Des palissades de brandes et de genêts divisaient leur versant est en tournets et servaient de remparts à la vigne plantée à l’abri des vents dominants porteurs d’embruns destructeurs. Les jeunes sarments n’étaient pas taillés car chaque année, on enfouissait les ceps avec du sable amendé de coquillages. Les grappes reposaient ainsi sur le sable brûlant de l’été, acquéraient une maturité parfaite.

Au Capbreton

Aujourd’hui et depuis 1995, ce vignoble renaît. On le trouve sous le nom de : Le vignoble Les Dunes de La Pointe. Des vignes sur les dunes de Capbreton ! Une belle surprise. Elles sont implantées au sud de la côte landaise, sur les dunes de sable blanc qui bordent le Golfe de Gascogne ; en tout, 5 ha à 800 m de la mer. Elles sont conduites basses, en taille courte. La production est de 20 000 bouteilles de blanc, de rosé et de rouge, à base de chenin, de crouchen, de cabernet franc, de cabernet sauvignon et de tannat. Une petite parcelle patrimoniale en front de mer est réservée à un vin classé IGP Landes (vin de pays).

Le vignoble les Dunes de la Pointe a fait des émules. Charles Fuster va planter un hectare de vigne dans son domaine Decazes à La Teste-de-Buch (au sud du Bassin d’Arcachon, en Gironde). Il pourrait produire jusqu’à 5 000 bouteilles par an à partir de vieux cépages locaux tels l’alicante bouschet, le carmenère, le castet, la folle blanche et le fer servadou. Un clairet venu du sable qui pourrait de nouveau étancher la soif des pèlerins sur la route de Saint Jacques de Compostelle ! Voir aussi le domaine d’Augeron de Jean-Claude Bubola au Frêche, vignoble landais de sables fauves, à la limite du Gers.

Le sable, meilleure protection contre le phylloxera

L’apparition du phylloxéra n’a pas entravé la culture des Vins des Sables. Bien au contraire, l’ensemble des terroirs sableux a résisté à cet insecte ravageur permettant ainsi le développement du vignoble. Ce constat fut établi quand vers 1875, alors que tout le Midi était ravagé par le phylloxéra, les seules à y échapper furent les terrains sablonneux et pauvres. En effet, ces sols sans adhérence et qui se dérobent, empêchent le phylloxéra de se déplacer et l’asphyxie. C’est d’ailleurs à cette époque que les régions côtières vont commencer à planter des vignes en sable et à enrichir le sol avec beaucoup de fumure.

De nos jours, tous les vignobles du monde (à l’exception des vignobles chiliens jusqu’alors épargnés par le phylloxéra et des vignobles plantés dans le sable) sont constitués de plants greffés.

Les derniers survivants

A l’instar d’Henry Marionnet et son coin de vignes de romorantin (cépage blanc) préphylloxérique en Sologne sablonneuse, on vient de découvrir vingt variétés de vignes, uniques au monde (des francs pieds, non greffés d’origine locale). Elles ont résisté au temps et surtout à l’arrachage. Ces vignes sont plantées sur un coteau, à quelques encablures du petit village de Sarragachies dans l’aire de l’appellation Saint-Mont. Ce bout de vignes surplombe la vallée de l’Adour avec comme arrière-plan, les Pyrénées. René Pédebernade, 85 ans, y possède une parcelle avec certains pieds de vignes qui ont 150, voire 200 ans. Elles ont traversé les siècles en résistant aux attaques diverses et variées, dont celle du phylloxéra, à la fin du XIXe siècle. Ici, comme en Sologne, le sol est tellement sablonneux que le phylloxéra n’a pu survivre.