Chenonceau* est sans doute le plus célèbre et le plus visité des châteaux de la Loire. Mais sait-on que ce château à la grâce toute féminine, qui enjambe magnifiquement le Cher, est aussi un remarquable vignoble de Touraine ? Ses possesseurs depuis Diane de Poitiers ont toujours su l’entretenir. Depuis 2011, l’appellation Touraine (l’un des sept vignobles européens inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO) se pare d’une nouvelle dénomination géographique en reconnaissant  l’AOC Touraine Chenonceaux pour ses vins blancs et rouges.

*Chenonceau sans le « x » pour désigner le château.

Le château de Chanonceaux qui enjambe le Cher
Le château de Chenonceau qui enjambe le Cher est aussi appelé le Château des Dames. Son vignoble fut planté par Diane de Poitiers en 1547 puis entretenu par Catherine de Médicis. Face au midi, sur les coteaux nord de la vallée du Cher, il bénéficie d’un microclimat dû à la présence proche des deux massifs forestiers qui le bordent (Photo FC)

Sur les deux rives du Cher

Le vignoble de Chenonceaux borde le parc du Château
Le vignoble de Chenonceaux borde le parc du Château (Photo FC)

27 communes sont actuellement englobées dans cette aire d’appellation qui s’étire sur les coteaux des deux rives du Cher. Depuis quelques années, un travail d’identification avait été conduit pour désigner les parcelles situées en coteaux, présentant de la pente, favorable au drainage naturel. Ce sont surtout des sols de calcaires, d’argiles à silex et notamment de perruches, ces pierres siliceuses typiques des terroirs ligériens. On recensait en 2019, près de 110 ha travaillés par 55 producteurs dont 40 % de femmes.

Le cot, cépage emblématique de l’appellation

Les blancs sont issus du sauvignon blanc et gris avec un rendement autorisé de 60 hl/ha.  Ils  doivent être élevés sur lies fines au minimum jusqu’au 30 avril suivant la récolte. Ils sont marqués par des arômes de fruits blancs bien mûrs, de fleurs blanches (aubépine, acacia) avec des notes fumées. Mais sans conteste possible, l’appellation Touraine Chenonceaux est placée sous le signe du cot, son cépage historique avant l’arrivée du phylloxéra. D’ailleurs, de vieilles sélections massales assurent encore aujourd’hui sa présence sur de nombreuses parcelles. D’après le décret d’application, il doit représenter  50 % minimum de l’assemblage et le cabernet-franc, 35 % minimum. Son rendement est fixé à 55 hl/ha maximum. Ce sont des vins portés sur la suavité avec des arômes de fruits rouges et noirs et des tanins soyeux et ronds. La production annuelle est d’environ 5100 hl dont en blanc : 3800 hl (500 000 bouteilles) et 1300 hl en rouge (173 000  bouteilles).

Carte de l’appellation Touraine Chenonceaux.

Liste des communes de l’appellation

Communes rive gauche du Cher

  • Meusnes,
  • Saint-Aignan,
  • Athée-sur-Cher,
  • Bléré,
  • Francueil,
  • Saint-Georges-sur-Cher,
  • Faverolles-sur-Cher,
  • Saint-Julien-de-Chédon,
  • Angé,
  • Pouillé,
  • Mareuil-sur-Cher,
  • Seigy,
  • Châteauvieux,
  • Couffy.
Château de Chenonceau, près de l’Orangerie, Adrien Godeau (Caves du Père Auguste à Civray-de-Touraine) : dégustation du sauvignon du Château en appellation Touraine Chenonceaux (Photo FC)

Communes rive droite du Cher

  • Dierre,
  • La Croix-en-Touraine,
  • Civray-de-Touraine,
  • Chenonceaux,
  • Chisseaux,
  • Chissay-en-Touraine,
  • Montrichard,
  • Bourré,
  • Monthou-sur-Cher,
  • Thésée,
  • Saint-Romain (partie),
  • Noyers-sur-Cher,
  • Châtillon-sur-Cher.

    Pour Chenonceaux, arrêt gare de Chenonceaux sur la ligne Tours-Vierzon ou Bourges. On descend du train (TER Centre) au milieu des vignes
    Pour le château de Chenonceau, arrêt gare de Chenonceaux sur la ligne Tours-Vierzon ou Bourges. On descend du train (TER Centre) au milieu des vignes, à deux pas du château (Photo FC)

Liste non exhaustive des producteurs

  • Domaine Patrick Gibault (Meusnes)
  • Domaine Philippe Augis (Meusnes)
  • Domaine Olivier Sinson (Meusnes)
  • Domaine Franck Janvier (Thésée)
  • Caves du Père Auguste (Civray-de-Touraine)
  • Cellier du Beaujardin (Bléré)
  • Domaine Beauséjour (Noyers-sur-Cher)
  • Domaine Thierry Pillault (Saint-Georges-sur-Cher)
  • Domaine Desroches (Saint-Georges-sur-Cher)
  • Domaine Michaud (Noyers-sur-Cher)
  • EARL Domaine Jacky Marteau (Pouillé)
  • Domaine du Vieil Orme (Saint-Julien-de-Chédon)
  • Domaine des Caillots (Noyers-sur-Cher)
  • Domaine de La Chaise (Saint-Georges-sur-Cher)
  • Arnault Ponlevoy (Bléré)
  • Domaine des Tabourelles (Bourré)
  • Domaine des Echardières (Pouillé)
  • Domaine de La Renaudie (Mareuil-sur-Cher)
  • Domaine du Chapitre (Saint-Romain-sur-Cher)
  • Domaine J-Christophe Mandard (Mareuil-sur-Cher)
  • Domaine du Bien-Vivre (Saint-Romain-sur-Cher).
Chenonceaux, vignoble vu du coteau nord. En contre-bas, la voie de chemin de fer et le Château. Sur l’autre rive du Cher, Franceuil (Photo FC)