Vins rosé, demi-sec ou moelleux.

L’aire d’appellation Cabernet d’Anjou (2600 ha) se confond avec celle de l’AOC Anjou localisée essentiellement dans le département du Maine-et-Loire.

Ces vins à la robe pourpre légèrement grenadine trouvent leur plus belle expression sur les sols schisteux et sur les faluns (ancienne mer des faluns ayant laissé des roches constituées de coquilles) des rives du Layon.
Aujourd’hui, les cabernets d’Anjou renaissent dans les communes de Tigné et de Martigné-Briand à travers des vins vinifiés à l’ancienne que certains maîtres de chai font macérer quarante-huit heures avant d’être saignés. À la base du cabernet d’Anjou, deux cépages sont autorisés : le cabernet franc et le cabernet sauvignon, vinifiés en demi-secs.

Ces vins peu colorés possèdent une puissance aromatique et une fraîcheur étonnantes. Ils exhalent un nez vif de framboise et de groseille. Ils se boivent jeunes. Ce sont des vins de soif. Cependant, lors des grandes années, ils peuvent être vraiment moelleux. Ils se drapent alors de reflets d’ambre et acquièrent des arômes de fruits confits et d’écorces d’orange. Quelques belles surprises sont à attendre 5, 10 ans plus tard pour les plus patients.