Le domaine des Hospices de Beaune est un domaine mythique dont les vins sont vendus chaque année, le troisième dimanche de novembre lors de la plus célèbre et la plus ancienne vente de charité au monde. Cette vente vinicole annuelle de charité des Hospices de Beaune connues dans le monde entier fut créée il y a plus de 550 ans, avec pour vocation de soigner les malades, d’aider les plus démunis et aujourd’hui, financer la modernisation et l’extension de l’hôpital. Elle est, depuis 2005, orchestrée par Chritie’s société de vente aux enchères de renommée mondiale fondée en 1766 et basée à Londres. Depuis 1998, Christie’s est la propriété de François Pinault.

Domaine des Hospices de Beaune
Le Domaine des Hospices de Beaune est constitué de 160 parcelles sur 62 ha sous 45 appellations

A l’initiative de Philippe le Bon, Duc de Bourgogne

Nicolas Rolin
Nicolas Rolin, chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Il fonde en 1443 le célèbre Hôtel-Dieu de Beaune

Cette extraordinaire entreprise de charité commence en 1443. Cette année là, dans un contexte de misère et de famine, Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne Philippe le Bon, et son épouse Guigone de Salins fondent l’Hôtel-Dieu de Beaune pour venir en aide aux pauvres malades. Depuis sa création, cet hôpital est financé par des donations en espèces, en terres, en immeubles et, tout naturellement en vignes. En 1457 Guillemette Leverrier fait le premier don aux Hospices pour dix ouvrées de vignes finage de Beaune lieudit en Beaumont-le-Franc. En 1459, Jean Plampays et son épouse font également don d’une parcelle de vignoble à Beaune.

Les dernières donations

Ils seront suivis de bien d’autres au fil des siècles jusqu’à nos jours. Ainsi, le domaine des Hospices de Beaune s’est vu attribué récemment à titre de donation :

  • 2007 : Corton Clos du Roi Grand Cru (Baronne du Baÿ), 0,84 ha sur les hauteurs de la Montagne de Corton, exposé à l’est.
  • 2008 : Pommard-Les Epenots Premier Cru (cuvée Dom Goblet)
  • 2009 : Saint-Romain (cuvée Joseph Menault)
  • 2010 : Santenay (cuvée Christine Friedberg)
  • 2012 : Échézeaux Grand Cru Les Rouges du Bas (Cuvée Jean-Luc Bissey). Ce climat de 43 ares est situé au cœur de l’appellation, sur la dalle de calcaires de Premeaux. Il donne des vins charnus mais aussi d’une grande élégance. C’est une parcelle qui n’a pas été grêlée pendant l’été 2013. Il est devenu le troisième Grand Cru de la Côte de Nuits dont les vins sont offerts à la vente par les Hospices (après le Mazis-Chambertin depuis 1976 et le Clos de la Roche depuis 1991).

Que recouvre le domaine des Hospices de Beaune ?

Légataires de nombreuses parcelles réparties sur les différents terroirs de Bourgogne, les Hospices de Beaune proposent à la vente 46 vins appelés Cuvées. lls sont présentés en fûts et vendus en primeur, c’est-à-dire issus de la vendange de l’année en cours. Les vins devront ensuite évidemment être élevés* puis mis en bouteilles.

85% des vignes du domaine des Hospices de Beaune sont constituées de Premiers et Grands Crus. Elles se trouvent pour la plupart autour de Beaune proche donc de l’hôpital (Auxey-Duresses, Beaune, Meursault, Monthélie, Pommard, Pernand-Vergelesses, Chassagne-Montrachet, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Saint Romain et maintenant Santenay). Mais les Hospices sont également propriétaires de vignes en Côte de Nuits, avec deux Grands Crus Mazis-Chambertin et Clos de la Roche, et en Mâconnais avec des parcelles de Pouilly-Fuissé. L’âge des vignes est en moyenne d’environ 35 ans.

*Après la vente, le vin peut être confié à un négociant-éleveur bourguignon qui en suivra l’évolution jusqu’au moment choisi pour la mise en bouteille (entre 12 et 24 mois après la vente).

Un domaine travaillé par 23 vignerons

Roland Masse
Roland Masse, régisseur du domaine vinicole des Hospices de Beaune jusqu’à fin 2014

L’exploitation du domaine viticole est confiée à 23 vignerons, salariés des Hospices. Ils  travaillèrent sous la direction de Roland Masse, régisseur général du Domaine jusqu’à la fin 2014. Il a entrepris, à près de 61 ans, ses dernières vendanges aux Hospices après 15 ans passés à la tête du domaine.

Chaque vigneron se voit confier la responsabilité d’un vigneronnage d’environ 2,5 ha. Depuis 1995, le domaine est conduit en culture raisonnée selon les principes de la viticulture biologique : pas d’herbicides ; plus de produits de synthèse (depuis 2008) ; lutte contre les vers de la grappe en déposant des diffuseurs de phéronomes femelles dans les vignes de Meursault, Pommard, Volnay et Corton ; retour aux labours en été comme hiver et traitements qui préservent l’équilibre biologique naturel. Les vendanges se font manuellement et les raisins sont transportés dans des caisses ajourées jusqu’à la nouvelle cuverie.

De nouvelles techniques

Deux innovations techniques ont été apportées en 2013 : le tri sélectif et le traitement de la vendange par gravité ; un tri méticuleux qui commence à la vigne puis à deux reprises en cuverie, avant et après l’éraflage grâce à l’acquisition d’égrappoirs horizontaux et d’une table vibrante. Enfin, l’acheminement des raisins constituant les Cuvées de rouge vers les cuves de fermentation par gravité s’est généralisé à l’ensemble de la récolte en 2013, ce qui a permis d’affiner les décisions relatives au pigeage, au remontage et à la durée de macération des jus.

Quoi de neuf en 2014 ? Grêle  et nouvelle cuvée*

On a tous en mémoire les dégâts causés par la grêle du 28 juin, avec pour conséquence une perte de plus de la moitié de la production sur plusieurs cuvées de Beaune, Pommard ou Volnay. Mais bonne nouvelle ! 2014 voit l’arrivée d’une nouvelle cuvée de Premier Cru de Beaune blanc, baptisée cuvée Suzanne et Raymond. Elle est issue d’une parcelle particulièrement adaptée à la production de vin blanc. Auparavant y étaient plantées des pinots noirs dont les grappes rejoignaient la cuvée de Beaune Cyrot-Chaudron. Cette nouvelle cuvée porte les prénoms de deux généreux donateurs, le couple Cyrot-Chaudron, dont le legs de vignes date de 1979.

*Pour rappel, les cuvées sont le résultat d’un assemblage harmonieux de différents climats, ce qui contribue à créer l’originalité des vins du domaine viticole des Hospices de Beaune. Chaque Cuvée porte le nom d’un bienfaiteur des Hospices ou du donateur historique de la vigne.

Une femme nommée pour la première fois régisseur des Hospices de Beaune : Ludivine Griveau

Ludivine Griveau
Ludivine Griveau, après Rolland Masse, c’est la nouvelle régisseur (régisseuse !) du Domaine des Hospices de Beaune (Photo Le Blog iDealwine)

Elle va remplacer Rolland Masse l’actuel régisseur du domaine des Hospices de Beaune, grande figure bourguignonne qui joua en plus, le rôle d’un formidable promoteur des vins du domaine dans le monde entier. Sa remplaçante, Ludivine Griveau a 36 ans possède une sérieuse expérience. Depuis 2004, c’est elle qui vinifie les grands crus de la Maison Corton André travaillant avec une centaine de vignerons de Pouilly-Fuissé à Chablis sous contrat avec la Maison. Faut-il ajouter qu’elle est Ingénieur agronome et œnologue formée à l’Institut Jules Guyot à Dijon, le tout enveloppé dans un caractère bien trempé forgé à la course à pied : L’an dernier, j’ai participé au raid aventure de l’Arbre vert en Malaisie, qu’on connaît aussi comme le raid Amazones.  Avec les Hospices, elle s’offre un nouveau défi qui semble être à sa hauteur.

Une œuvre de charité unique au monde

Vente aux enchères des Hospices de Beaune
La vente aux enchères des vins du domaine des Hospices de Beaune @ Thierry Gaudillère

Avec le Domaine des Hospices de Beaune (61 ha), qui s’est constitué au fil des siècles grâce aux donations, on a sans doute l’institution la plus emblématique de Bourgognes. Depuis près de 6 siècles, les fonds récoltés lors de la vente de ces vins financent l’institution hospitalière des Hospices de Beaune ce qui en fait l’œuvre de charité la plus ancienne au monde.