Château Malescot-Saint-Exupéry, AOC Margaux (Médoc, Bordeaux), Troisième Grand Cru Classé (classement de 1855), vin rouge : Malescot-Saint-Exupéry est implanté sur une croupe de graves épaisse de deux à dix mètres, à l’est du village de Margaux à proximité du château Durfort-Vivens et du château Ferrière. Le vignoble de 30 ha (dont 6,5 h en appellation Bordeaux supérieur) sur un domaine de 45 ha, repose sur un socle calcaire ou argilo-marneux. Il est constitué en partie de fragments d’alios ferrugineux formés à l’ère tertiaire. La vigne est légèrement inclinée vers la Gironde, favorisant un drainage naturel ainsi qu’un enracinement profond. Les graves épaisses agissent également sur la vigueur et la maturation du fruit par un effet thermique à la surface du sol.

Malescot est un vin d’assemblage constitué de 4 cépages complémentaires donnant la part belle au cabernet sauvignon (50 %) et au merlot (35 %) avec 10 % de cabernet franc et 5 % de petit verdot. La moyenne d’âge de la vigne est de 35 ans avec quelques parcelles de plus de 50 ans.

La production est estimée à 200 000 bouteilles par an.

Second vin :  la Dame de Malescot
Marques rattachées : Ch. Loyac

En 1616, la propriété est créée à Margaux. Elle restera entre les mains de la famille Escoussès jusqu’au 1er août 1697. Elle sera vendue à Simon Malescot, consul du roi Louis XIV auprès du parlement de Bordeaux. Il faut savoir qu’à cette époque, le domaine produisait déjà quelques 30 à 40 barriques de vin sur les parcelles de Curton, Puch, Sam Peyre, Ourmatan et Lacoste. Celui-ci va développer le domaine en ajoutant une chartreuse et de nombreux bâtiments. Il va donner son nom à la propriété. Ses héritiers en resteront propriétaires jusqu’à la Révolution française. Le domaine est acheté en 1827 par le Comte Jean-Baptiste de Saint-Exupéry (1791-1843), grand-père de l’écrivain (disparu en 1944), pour la somme de 90000 francs. Celui-ci réunifie le domaine, ajoute son nom à la propriété qui devient Château Malescot Saint-Exupéry et lui donne sa devise : Semper ad Altum (Toujours plus haut). Il augmente considérablement la superficie du vignoble en ajoutant les vignes du domaine La Colonie qui appartient à la famille de sa femme et une parcelle de vigne appelée Loyac.

Quand en 1955, le domaine est racheté par Paul Zuger et son fil Roger, il ne reste plus que 7 hectares de vignes. Ils se porteront également acquéreurs du château Marquis d’Alesme Becker. Ils vont s’attacher à remettre le vignoble en production, rénover le château et refaire les chais. Au rachat en 1972 du chai du château Desmirail, les deux propriétés vont alors partager le même chai. En 1979, deux ans avant le décès de Paul Zuger, Roger, le fils prendra la direction du domaine et Claude Zuger, son frère, celle du château Marquis d’Alesme. Ainsi, avec Jean-Luc aujourd’hui, le représentant de la famille, c’est trois générations de Zuger originaires du canton Suisse de Zug qui se sont succédées à Malescot.