Torrontés cépage blanc argentin : à vous estomaquer !

Torrontés, ce cépage blanc, si argentin, si estomaquant ! En Argentine, question cépages, peu de chance de se tromper ! Pour les vins rouges, c’est le malbec. L’Argentine est le sixième vignoble mondial avec 225 000 ha. Le malbec à lui seul occupe 20 % des surfaces. Ce sont des vignes à 92 % situées dans le centre-ouest (Mendoza et San Juan). Quant aux cépages blancs, un seul domine les autres, y compris le chardonnay ou le sauvignon. C’est le surprenant, le populaire torrontés* typiquement argentin. Il est reconnaissable immédiatement à cette fausse impression de vin doux mais doté d’une pointe délicatement acidulée. Ce cépage, qui rappellerait un peu le gewurztraminer, possède des saveurs muscatées, florales, aux fruits tropicaux comme le litchi. Il se décline en 3 versions dont la plus aromatique et la plus répandue est le torrontés riojano (en référence à la province Argentine de la Rioja). Avec 8500 ha, le torrontés s’octroie près de 4 % du vignoble argentin. Il n’est dépassé en blanc que par un autre cépage lui aussi créole, le pedro Ximénez mais en déclin.





Torrontés Altas Cumbres 2019 de Cafayate, région de Salta à 1300 m d’altitude. Fermentation en cuve inox avec levures sélectionnées, à température inférieure à 16°. Pas de fermentation malolactique. Arômes très intenses de raisins frais, de fleurs et des pêches mûres.

N.B. Cépage créole est le terme qui désigne les cépages initialement plantés lors de la conquête de l’Amérique. Il s’agissait de cépages productifs et peu qualitatifs, issus de raisins secs.

* Ne pas confondre ! Il existe également un cépage blanc appelé torrontés en Espagne, mais celui-ci n’a rien à voir avec le torrontés argentin. Il est considéré comme l’un des cépages blancs les meilleurs et les plus polyvalents de Ribeiro en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne (province d’Orense).

Le seul cépage autochtone d’Argentine

Le torrontés est le seul cépage autochtone d’Argentine. Si on le trouve jusqu’au Rio Negro en Patagonie, son territoire d’excellence se situe au nord-ouest du pays, essentiellement dans la région de Salta (à plus de 1000 km de Mendoza), à la frontière avec le Chili, la Bolivie et le Paraguay.  L’origine du torrontés est encore très incertaine. On ne l’identifiera vraiment qu’au XIXe siècle. Alors, aurait-il été apporté par le jésuites espagnols depuis la Galice jusque dans la région de Mendoza. ? Il est le fruit d’un croisement entre le muscat d’Alexandrie et le listan prieto, un cépage disparu d’Espagne mais qu’on retrouve ici, en Argentine sous le nom de criolla chica (ou pais au Chili ou mission en Californie). Au Chili, le torrontés très peu présent porte le nom de Chili muscat d’Autriche. Il est produit à haut rendement pour élaborer le pisco, cette eau de vie de raisins à partir de divers cépages de muscats. Mais attention ! Seul, le Pisco du Pérou peut se prévaloir de l’IGP européenne.

Torrontés, ses trois déclinaisons : à Rioja, San Juan et Rio Negro

Le meilleur, le plus aromatique des 3 torrontés est le Torrontès Riojano, en référence à la province de la Rioja (rien à voir évidemment avec la Rioja espagnole). D’ailleurs à l’export, pour ne pas les confondre on ajoute sur les étiquettes la mention Famatina, le nom du département de la Rioja argentine où est produit le meilleur torronés (notamment dans la vallée de Chilecito, à 700 km au sud-est de Salta). Moins qualitatif et moins planté, le torrontés sanjuanino est originaire de la province de San Juan (au sud de Mendoza). Ici, le climat est très chaud et plus aride entrainant un risque de lourdeur pour les Torrontès. La vigne est plantée entre 600 et 800 m et malgré cela le manque de fraîcheur est criant. C’est sans doute pourquoi, le choix aujourd’hui se porte plutôt sur le viognier. Enfin, le torrontés mendocino le moins aromatique des trois. Il est planté dans les provinces de Rio Negro et de Neuquén, au nord de la Patagonie. Là, le torrontés est plus décevant, plus terne et de moindre qualité.

Cafayate (province de Salta), des vignes les plus hautes du monde

C’est là, dans cette province de Salta, au pied de la Cordillère des Andes (spectacle incroyable !) qu’on produit le meilleur torrontés d’Argentine. Faudrait-il mentionner la petite ville de Cafayate (au nord de la ville de Salta) dans les vallées de Calchaquíes*, sur les rives du río Chuscha et qui a fait du torronés, sa réputation. Le paysage est spectaculaire, des vignes au milieu des cactus et des oliviers qui vont se percher jusqu’à 3000 m d’altitude. Voici sans doute le vignoble le plus haut du monde. Ajoutez des vents frais, un sol très aride, un climat sec et ensoleillé (340 jours de soleil par an), des écarts thermiques importants entre le jour et la nuit. C’est en gros, toutes les conditions que demande le torrontés pour se sentir bien. Ajoutons qu’il s’agit d’un cépage extrêmement vigoureux et productif et qu’à ces altitudes, il est préservé du mildiou et de la pourriture grise. La conduite en parras (en pergola) lui assure une bonne protection contre le soleil tout en facilitant des vendanges à hauteur d’homme. Même si aujourd’hui, on le décline en effervescent et en doux, nulle part ailleurs en Argentine, il est meilleur.

*Touchant par le sud, les vallées de Calchaquíes, la province de Catamarca est aussi un très grand terroir pour le torrontés.

Au nord-est de l’Argentine, la région de Salta est considérée comme le paradis du torrontés (ici, vignoble de torrontés dans le secteur de Cafayate (Photo Chris Ford)
Cette vallée de Cafayate (Salta), le cœur du torrontés 
Au nez, le torrontés a des éléments d’un vin d’Alsace épicé tel que le Gewürztraminer, reconnaissable à ses arômes de pétales de rose et de litchis quoique moins pulpeux et moins gras. Peut-on dire que son caractère floral le rapprocherait du viognier mais avec une touche plus exotique et parfois des notes de fleur d’oranger, de jasmin et de géraniums tout en ayant un goût plus sec ? C’est une vigne vigoureuse capable de produire d’énormes grappes de raisin. En contrôlant strictement son rendement et en faisant tout pour préserver la fraîcheur et l’acidité naturelles du vin, les meilleurs producteurs du pays font de meilleurs Torrontés à chaque millésime.

Ces 4 torrontés dégustés à l’Ambassade d’Argentine lors du Malbec Day

Quatre grands torrontés : Crios, Hereda, Altosur et Terrezas de los Andes

1/Crios Torrontés issus de raisins cultivés à Cafayate (Salta) et dans la vallée d’Uco (Mendoza) à une altitude moyenne de 1 700 m : vert-jaune pâle, un nez floral. En bouche, une belle structure et une grande minéralité avec une acidité acidulée et des notes de raisin frais. Susana Balbo a fondé Crios en hommage à ses enfants, Jose et Ana.

2/Torrontés Hereda* de la Bodega Raffy ; des raisins issus des Vallées Calchaquis, Cafayate, Province de Salta sur un terroir de sable et cailloux sur une sous couche de sédiments calcaires. Cette structure alluvionnaire très favorable au drainage s’est formée par l’érosion des Andes durant l’ère quaternaire. Le vignoble est situé à plus de 2000 m d’altitude, sur la pente ouest–est de la barrière des Andes, ce qui le met à l’abri de tous les nuages en provenance du Pacifique. L’amplitude thermique propre à cette altitude assure à la fois un ensoleillement maximal et une fraicheur nocturne préservant la vivacité des arômes primaires très particuliers de ce cépage. Par la protection naturelle qu’elle offre contre les divers parasites, cette situation géographique permet en outre de pratiquer naturellement une agriculture raisonnée respectueuse du terroir. (* Hedera : lierre en latin).

3/Torrontés Altosur de la Finca Sophenia (Gualtallary, Tupungato, Mendoza), un domaine de 130 ha. Ce torrontés provient de la vallée d’Uco, vigoble (irrigué) à 1200 m d’altitude. Vendanges manuelles fin février, début mars.

4/ Terrazas de los Andes (LVMH),  Torrontes provenant de Cafayate  (vallées de Calchaqui à Salta) : arômes de fleurs blanches, fleur d’oranger et rose qui se combinent avec ses notes fruitées intenses de poire, mangue et de fruit de la passion. L’acidité s’exprime dans une fraîcheur exceptionnelle. Sa grande persistance aromatique et gustative est caractéristique de ce cépage.

Vallée de Calchaqui, un torrontés rosé
El Esteco, pionnier dans l’art de la vinification est l’une des bodegas les plus récompensées d’Argentine. Elle se situe dans la vallée de Calchaqui, au nord-ouest de l’Argentine, à 1000 km au nord de Mendoza. Ce vignoble de haute altitude à 3 h de route de la ville de Salta est parmi l’un des plus hauts du monde (entre 1700 à 3000 m d’altitude). Entourée par les Andes et la chaîne de montagnes d’Aconquija, il est protégé des vents humides venus du Pacifique. La vallée de Calchaqui produit moins de 2,5 % des vins argentins. Elle a pour vignoble emblématique El Estéco produisant de remarquables malbecs , cabernets sauvignons et surtout des torrontés dont un rosé unique en son genre.

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2000 – The Flammarion Guide to World Wines
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

consequat. justo ut porta. venenatis ut