Bandol AOC (Provence), vins rouges, rosés, blancs : appellation concentrée sur huit communes du département du Var :

  • Bandol,
  • Le Beausset,
  • La Cadière-d’Azur,
  • Le Castellet,
  • Evenos,
  • Ollioules,
  • Sanary-sur-Mer,
  • Saint-Cyr-sur-Mer.

Les 1520 ha du vignoble, au nord-ouest de Toulon, s’abritent sur les pans d’un vaste amphithéâtre de collines boisées d’où culmine à 1 147 m, le massif de la Sainte-Baume. Spectacle impressionnant ! La vigne semble dégringoler de gradin en gradin vers la mer par de longues terrasses bordées de pierres sèches appelées « restanques ». La terre a presque disparue. Elle a coulé vers la plaine laissant à la vigne l’aridité d’un sol calcaire et marneux propice à un grand vin. Ici, l’air de la Méditerranée vient tempérer les fortes chaleurs et les brises d’est et de sud-est apportent leur juste ration de pluie.

Il ne restait que la sélection d’un grand cépage, le mourvèdre, pour faire du Bandol ce qu’il est aujourd’hui, un grand seigneur. Il en tire sa typicité, sa force et sa richesse tannique. La loi l’impose dans les Bandol rouges à hauteur de 50 %, mais des vignerons à Bandol montent sa proportion jusqu’à 80 % voire 95%, laissant aux autres cépages (grenache et cinsault) la portion congrue. C’est d’ailleurs l’unique appellation dans le monde où le mourvèdre est majoritaire.

Un Bandol rouge à la lente et belle maturité se conserve au moins dix-huit mois dans des foudres de chêne. Il possède une extraordinaire aptitude à la garde. En bouteille, il lui faudra patienter cinq ans, dix ans, et sans doute plus pour magnifier ses accents de griotte, de cannelle, d’épices et de cuir. Si les rouges représentent aujourd’hui 27 % de la production, les rosés à partir du même type d’assemblage sont encore largement majoritaires avec 69% de la production. Ils offrent des vins jeunes et frais qui par rapport aux autres rosés de la région ont une capacité de garde étonnante. Les blancs, des vins vifs et nerveux, n’ont encore qu’une production confidentielle.