Bonnezeaux AOC (Loire), appellation d’Anjou, vin blanc, moelleux ou liquoreux : située au sud d’Angers, cette appellation, dont le nom d’origine celte évoquerait d’anciennes sources ferrugineuses se classe parmi les terroirs d’exception. Ses 120 ha se regroupent autour de la commune de Thouarcé sur la rive droite du Layon. La vigne occupe les pentes abruptes de trois coteaux sur des sols marneux et caillouteux d’où effleure le schiste. Tout ici semble fait pour donner au chenin blanc, l’unique cépage de l’appellation, les meilleures conditions  de son expression : une exposition idéale du vignoble, sud, sud-ouest, ainsi que des brumes matinales qui s’élèvent du Layon favorisant la surmaturation du raisin et l’apparition de la pourriture noble. Les grappes sont ensuite récoltées à la main par tries successives.

Après une lente fermentation, va naître un vin moelleux ou liquoreux d’une qualité exceptionnelle à la robe d’or tendre qui avec le temps se dotera de reflets cuivrés. Jeune, un Bonnezeaux exprime le parfum du raisin puis évolue vers des notes d’acacia, de verveine et d’écorce d’orange. Bien plus tard encore, se révéleront des arômes complexes de coing très mûr, d’abricot « compoté », de caramel et de fruits exotiques.

C’est un vin de très longue garde, un vin quasi immortel qui en 2004 au concours mondial des vins de Bruxelles, devant les Sauternes, reçut le trophée  Best Wine pour un 1996, suivi en 2006 d’une médaille d’or pour un 2003.

La mention particulière sélection de grains nobles peut être ajoutée si le titrage en sucre est supérieur à 294 g  par litre de moût.