Costières de Nîmes AOC (Languedoc), vins rouges, rosés, blancs : C’est le plus méridional des vignobles de la Vallée du Rhône. Il s’étend du sud-est de Nîmes célèbre pour ses monuments romains jusqu’a berges du Rhône, au nord de la Camargue  constituant un véritable trait d’union entre les vignoble des Côtes du Rhône (limitrophe des appellations Tavel et Lirac) et du Languedoc.

Cette vaste zone située à l’extrême sud-ouest de la vallée du Rhône, juste au dessus de la Camargue est formée de collines et de plateaux, situés entre 20 et 130 m d’altitude. L’aire de production potentielle représente 25 000 hectares à l’intérieur d’un quadrilatère délimité par Meynes, Vauvert, Saint-Gilles et Beaucaire. On peut y produire, comme partout dans les vignobles méridionaux, des AOC et des vins de pays. Actuellement, 12 000 hectares plantés en vignes, dont 4 500 hectares revendiqués en AOC Costières de Nîmes, sont répartis sur le territoire des 24 communes.

Dominant les vallées du Gard et du Rhône, la vigne établie sur des pentes ensoleillées s’enracine dans des sols composés d’alluvions caillouteuses. Il faut imaginer un sous-sol constitué de galets enveloppés sur une épaisseur de 5 à 15 mètres dans un sable jaune clair ou rouge foncé. On trouve également de l’argile rouge ainsi qu’une sorte de ciment calcaire liant les galets entre eux. C’est de cette diversité géologique que naît la grande diversité de ces vins. Le climat de type méditerranéen aux inflexions maritimes constitue un autre atout exceptionnel pour produire des vins qui bénéficient du vent. Le mistral assainit le vignoble avec un régime des pluies concentré sur un nombre réduit de jours et un ensoleillement très important.

La production est constituée de vins rouges à 70 % (pour 25 % de rosés)  issus des 5 grands cépages du Languedoc : carignan, grenache, mourvèdre, syrah et  cinsault (grenache blanc, roussanne, marsanne et viognier pour les blancs). Les Costières sont des vins qui s’expriment par des arômes de fruits rouges et noirs, d’épices douces, avec de légères notes torréfiées. Ils sont en général plus puissants et plus charpentés sur les versants tournés vers la mer, plus souples et fruités sur ceux exposés au nord, vers les garrigues de Nîmes. Ne pas attendre, les boire entre 2 et 6 ans.