Gaffelière (château la Gaffelière) Saint-Emilion (Bordeaux) Premier Grand Cru classé B

(La) Gaffelière (château), AOC Saint-Émilion (Bordeaux), Premier Grand Cru Classé B, vin rouge : le domaine est situé à 300 m de la porte sud de Saint-Émilion en descendant vers la Dordogne. Il est constitué d’un vignoble de 22 ha  d’un seul tenant dont le centre est occupé par le château. Le sol est argilo-calcaire micacé dans la partie « côte » et argilo-calcaire d’origine lacustre dans le « pied de côte ». L’ensemble est orienté au sud. La Gaffelière a pour voisin toute l’aristocratie des Saint-Emilion : Ausone, Belair, Magdelaine, Pavie. L’encépagement est dominé à 75 % par le merlot. Cabernet franc et cabernet sauvignon occupent les 25 % restant.

La production annuelle est estimée à 100 000 bouteilles.

Second vin : Clos La Gaffelière.

Le château occupe l’emplacement d’une ancienne maladrerie médiévale. D’ailleurs le nom Gaffelière est tiré de cet hôpital pour lépreux ou  gaffet à l’époque.

Mais, la présence de la vigne sur les terres de La Gaffelière est encore plus ancienne. Elle remonte à l’époque gallo-romaine. En témoignent les vestiges mis à jour en 1969* par le comte Léo de Malet- Roquefort, dont la famille, l’une des plus anciennes de Saint-Émilion, occupe les lieux depuis le XVIe siècle. Cette hérédité exceptionnelle confère au propriétaire actuel une responsabilité particulière qu’il met à profit pour rénover  mais aussi perpétuer les traditions grâce auxquelles le renom du château a franchi les frontières. Il a ainsi récemment réintroduit le cheval entre les rangs de vignes de ses deux grands crus classés (La Gaffelière et Tertre Daugay, un déclassé de 2006 qui vient d’être cédé en juin 2011 à Haut Brion du domaine Clarence Dillon). Le Comte est aujourd’hui entouré de son fils Alexandre, de l’oenologue Stéphane Derenoncourt et d’ingénieur viticole (notamment de Pétrus) Philippe Gard. Alexandre a fondé  en 1995  la Maison Malet-Roquefort, une maison de négoce qui est devenue une référence à Bordeaux. En 1999, il a fait l’acquisition du château Armens, Saint-Emilion Grand Cru. En 2000, avec son épouse Aliénor de Malet Roquefort, ils ont eu un véritable coup de cœur pour le château Chapelle Maracan (devenu depuis château Chapelle d’Aliénor) , en appellation Bordeaux Supérieur.

*Ces fouilles ont permis de mettre à jour des salles mosaïquées de l’époque gallo-romaine. Dans l’une d’elles était représenté un cep de vigne en fruits confirmant ainsi l’activité viti-vinicole de ce Palais du IVe siècle.

Share

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.

Share
Share