Insecticide : substances actives ou préparations de la famille des pesticides destinés à tuer les insectes, leurs larves et leurs oeufs. La France est le pays qui utilise le plus de produit phytosanitaires en Europe qu’ils soient constitués de substances actives minérales comme le sulfate de cuivre, organiques, d’origine naturelle ou issues de la chimie de synthèse.

La vigne, la culture la plus consommatrice de pesticides

La vigne est en France la culture la plus consommatrice en pesticides dont les insecticides et qui se retrouvent le plus dans l’environnement. On a pu constater que sur les vignes traitées, 80 % des produits phytosanitaires appliqués n’atteignent pas leur cible.

Aujourd’hui, le marché des insecticides destinés à la vigne est en pleine évolution. Elle est due à la recrudescence de la cicadelle, de la flavescence dorée, au retrait de certaines substances actives et à la restriction des mélanges autorisés. C’est pourquoi la lutte contre les insectes est devenue de plus en plus raisonnée. Ainsi, les produits de traitement utilisés en agriculture biologique par exemple, sont des produits de contact. Leur efficacité est directement liée à la qualité de l’application pour assurer une dispersion régulière des matières actives sur les organes de la vigne à protéger.

Les insecticides biologiques

Il existe aujourd’hui nombre d’insecticides biologiques comme l’huile de paraffine pour le traitement hivernal des œufs de cochenilles et de mites, de l’érinose, des  acariens etc. Autres catégories, les produits à base de sel de potasse, d’acides gras (savon noir) contre les pucerons ; les produits à base de pyrèthre naturel (insecticide botanique produit à partir de chrysanthème de Dalmatie). Ils agissent contre la plupart des insectes broyeurs et suceurs comme les pucerons, les chenilles, les mouches blanches, les thrips, les hétéroptères et les coléoptères.