Irouléguy, AOC (sud-ouest), appellation du Pays basque,  vins rouges, rosés, blancs : cette appellation de Basse-Navarre (l’une des sept provinces du Pays basque) est l’un des quatre vignobles basques mais le seul sur le sol français. Son origine remonte aux moines de Roncevaux qui l’implantèrent pour abreuver les pèlerins sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Aujourd’hui entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Étienne-de-Baïgorry, à moins de 40 km de l’océan Atlantique, le petit vignoble montagnard d’Irouléguy est à nouveau en pleine expansion après un long demi-sommeil. Cette  résurrection est en partie due à la coopérative de Saint-Étienne-de-Baïgorry qui vinifie aujourd’hui encore la quasi-totalité de la production. Il a obtenu son AOC en 1970 pour ses blancs, ses rouges et ses rosés, et a vu tripler sa superficie, passant de 95 ha à 300 ha.

Si les blancs (12 % de la production) sont très semblables aux proches Jurançon et les rosés agréables, les rouges sont plus typés. Ils sont issus du difficile tannat, un cépage robuste, à la solide charpente qui apporte ses arômes de framboise et sa longévité. Jeune, il est redoutable par sa richesse en alcool et son taux de tannins. Une petite décennie n’est souvent pas trop long pour pouvoir l’amadouer. Il faut aussi le tempérer en l’associant à d’autres cépages, les cabernets entre autres qui prospèrent sur des sols de grès rouge, entre les communes d’Irouléguy, de Saint-Étienne-de-Baïgorry et d’Anhaux. L’Irouléguy offre alors des crus tanniques et goûteux, au caractère original, qui s’accorde avec les saveurs relevées de la cuisine basque.