Kir (apéritif) Bourgogne

Kir (bourgogne) : apéritif : le Kir traditionnel est composé d’⅓ de crème de cassis de Dijon à 20° et de ⅔ de Bourgogne aligoté (vin blanc). Remplacé par un autre vin, ce mélange est alors appelé blanc-cassis ou plus simplement blanc-cass.

Le kir tire son nom du charismatique chanoine Kir, héro de la Résistance. À la libération, cet ecclésiastique est élu maire de Dijon, conseiller général et député de la Côte-d’Or de 1945 à 1967. Il est doyen d’âge de l’Assemblée Nationale de 1953 à 1967. Il meurt le 26 avril 1968 à 92 ans. Il donna à la société dijonnaise Lejay-Lagoute le droit d’utiliser son nom à des fins commerciales. Elle en a encore aujourd’hui l’appartenance exclusive.

Le kir est en fait la réplique religieuse au communard mélange « vin rouge et cassis » plus ancien. Il est bu en souvenir de la Commune de Paris. Il est aussi appelé « cardinal » ou « rouge-gorge » lorsqu’il est servi aux femmes.

Il existe une variante au kir. La crème de cassis peut-être remplacée par de la liqueur de framboise ou encore de la liqueur de pêche de vigne.

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2000 – The Flammarion Guide to World Wines
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

dapibus libero ut mattis mattis commodo quis amet, dictum Aliquam