Marne (Champagne) : ce département (51)  fait partie de la région Champagne-Ardenne. Il doit son nom  à la  Marne qui le traverse, du sud-est à l’ouest.  Reims, sa ville principale est la capitale de la Champagne et du Champagne. Ville plus que millénaire, elle  fêtait en 2011, le 800e anniversaire de sa cathédrale ; sans oublier Epernay, l’autre (avec Reims) capitale du Champagne et sa célébrissime avenue de Champagne, Châlon-en-Champagne…

66 % de l’appellation Champagne

A lui seul ce département concentre 22 678 hectares de vignes AOC. La Marne représente 66% de l’appellation Champagne avec 12 128 récoltants, 119 négociants. Trois cépages : Pinot meunier (36,9% de la surface), Chardonnay (37,1%), Pinot noir (25,9%). D’ailleurs la Marne, septième département français par sa taille  possède la plus grande surface agricole des départements français avec 560 000 ha dont 4 % est  consacré aux vignes.
Au centre, la zone crayeuse bénéficie de sols perméables et faciles à travailler. C’est le domaine des grandes cultures.
A l’Est et à l’Ouest, les terres sont plus argileuses et délicates à cultiver, ce qui explique la présence d’herbages.
En limite de ces zones, le vignoble occupe les reliefs de la falaise tertiaire de l’Ile-de-France. Le vignoble est concentré mais morcelé. En effet, 59 % des récoltants cultivent moins de 1ha et 27 % des récoltants exploitent 68 % du vignoble.

293 millions de bouteilles

C’est le nombre de bouteilles qui ont été expédiées depuis l’ensemble de la zone productrice de Champagne en 2009. Après une progression constante des ventes de Champagne depuis 2000 (+16%), la crise a impacté le marché et fait baisser les ventes de 13% en deux ans. En 2009, 61% des bouteilles vendues étaient destinées au marché français, 24% à l’Union Européenne et 14% aux pays tiers. 15 % des viticulteurs transforment directement tout ou partie de leur production en vin de Champagne. Les autres viticulteurs vendent leurs raisins aux coopératives ou aux maisons de Champagne.

Pour se faire une idée, la valeur vénale moyenne de la vigne (Source : Agreste 2007) est en vignes AOC de 826 380 € / ha.

Un rappel : qui est qui en Champagne ?

Le Récoltant manipulant
Viticulteur qui  transforme en Champagne une majeure partie des raisins qu’il produit.

Le Récoltant coopérateur
Viticulteur qui confie la transformation de la majorité des raisins qu’il produit à la coopérative.

Le Négociant
Etablissement qui vend du champagne issu, pour partie  ou en totalité, de raisins collectés en-dehors de son propre vignoble. Souvent dénommées Maisons de Champagne.

Les trois zones de production de la Marne

Trois grandes zones de production couvrent ce département

I/ La vallée de la Marne en prenant naissance d’un côté, à Tours-sur-Marne, en face l’éperon de Bouzy sur les derniers mamelons qui limitent la plaine de la Champagne Pouilleuse, et de l’autre côté, à Epernay, se développe en direction de Paris sur les deux rives du fleuve, mais principalement sur la rive droite et en exposition sud et sud-est.

Le vignoble profite  des pentes pour s’étaler en suivant les méandres de la Marne, tantôt en se rapprochant tantôt s’en éloignant jusqu’à se blottir au fond de petits cirques.
Parmi tous les crus, faut-il mentionner les deux plus grands, Aÿ et Mareuil. Le Pinot noir, avec sa variété le Pinot vert doré, y donne des vins remarquables. Très corsés, au bouquet délicat, moins frais que ceux de la montagne de Reims, ils apportent aux assemblages le corps et la finesse.
C’est à Hautvilliers, berceau du champagne,  que Dom Pérignon, cellérier de l’abbaye restée célèbre, aurait découvert l’art de la préparation du champagne. Là, le Pinot noir est accompagné du Meunier, comme à Dizy, à Champillon et à Cumières, mais au-delà et sur les deux rives, se placent des crus secondaires en cépages exclusivement en Meunier, et dont les vins moins corsés et plus frais sont recherchés pour équilibrer les cuvées.
La région d’Epernay comprend deux séries de coteaux viticoles complantés en Meunier ; l’une s’étend d’Epernay à Ablois en passant par Pierry, l’autre débutant à Brugny-Vaudancourt se termine à Mancy, formant un arc de cercle aux coteaux abrupts.
Cette pittoresque région produit des vins assez corsés et d’une fraîcheur particulière, les faisant rechercher dans les coupages.

II/ La Montagne de Reims. Entre la Marne et la Vesle se dresse en un vaste promontoire aux bords ondulés, la Montagne de Reims avec ses taillis et ses bois épais, s’étendant d’est en ouest sur près de 30 km de longueur et de 6 à 10 km de largeur.

Les vignobles adossés sur les flancs, ouest et nord du massif, forment un vaste demi-cercle de Louvois  à Villers-Allerand. Tapissant les pentes calcaires coupées de vallons étroits et exposées au sud et sud-est des crus renommés de Bouzy et d’Ambonnay, ils contournent la montagne sur les terroirs de Trépail et de Villers-Marmery pour s’isoler dans les plis et les ondulations du versant nord, bordant la plaine de Reims et enserrant les agglomérations des crus célèbres de Verzenay, de Mailly et de Verzy.
L’encépagement est essentiellement constitué par le Pinot noir sauf à Trépail et à Villers-Marmery où apparaît le Chardonnay.
Les vins de cette région sont corsés, frais et bouquetés, qualités qui s’exaltent au maximum dans les têtes de crus de Bouzy et de Verzenay. Ils donnent au « champagne » sa charpente.
Produits sur 2.000 ha environ, suivant les années, la récolte moyenne varie de 15 à 35 hl à l’hectare.

III/ La Côte des Blancs est un des fleurons du vignoble de la Champagne. Elle étale du nord-est au sud-ouest, perpendiculairement à la vallée de la Marne et à quelques kilomètres d’Epernay, ses pentes et ses croupes qui bordent le plateau de la Brie champenoise sur une longueur de 10 à 15 km.
Comme son nom l’indique, c’est un cépage blanc : le Chardonnay y règne en maître, sauf à l’extrémité sud où le Pinot noir de Vertus lui dispute la place. C’est principalement sur la falaise crayeuse de la Côte des Blancs que les raisins de Chardonnay acquièrent leurs qualités et produisent le fameux « blanc de blancs » qui, allié au « noir » de la  Montagne de Reims et de la Vallée de la Marne, constitueront les remarquables têtes de cuvée des Maisons de champagne.

Les paysages du Champagne au Patrimoine mondial de l’UNESCO ?

La Champagne (et notamment la Marne) a déposé sa candidature en 2011 (avec la Bourgogne d’ailleurs) à l’inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Organisation des Nations Unies (Unesco) en tant que paysage culturel, soit l’intégralité de l’aire d’appellation Champagne. Une candidature mille fois justifiée pour cette terre singulière, historiquement vouée à la vigne où les hommes ont donné naissance à un vin unique, que le monde entier lui envie.

Les paysages du Champagne racontent cette épopée. Vignobles, loges de vignes, vendangeoirs, celliers et caves des vignerons et des maisons témoignent des liens particuliers qui unissent les hommes du Champagne à leur terre. Des paysages, qui génération après génération, ont façonné une véritable civilisation du Champagne fondée sur le terroir, la  technologie et l’organisation professionnelle.