Oligo-éléments (vigne) : les oligo-éléments sont des éléments minéraux nécessaires à la vigne et à son équilibre mais en très faible quantité, environ quelques centaines de grammes par hectare et par an. Cependant, l’excès ou le manque d’un oligo-élément peut provoquer des accidents physiologiques préjudiciables à la qualité et à la quantité de la récolte et/ou à la pérennité des ceps. Les oligo-éléments participent en effet à la photosynthèse de la vigne. Il faut cependant savoir que les problèmes liés aux oligo-éléments sont rare et souvent liés  au type de sol ou à de mauvaises conditions météorologiques.

Ainsi, une bonne gestion de l’acidité des sols, un drainage suffisant et les traitements phytosanitaires appropriés évitent ce genre de désagrément. Une carence étant toujours plus facile à rectifier qu’une toxicité !

Les 6 principaux oligo-éléments nécessaires à la vigne

Les principaux oligo-éléments comprennent :

1/le bore. Il joue un rôle important dans la structure des parois cellulaires, la nouaison et la formation des raisins ainsi que dans le métabolisme des protéines et des glucides. Les carences en bore s’observent surtout dans les sols alcalins ou en terrain sablonneux. Les symptômes de carence en bore entraine une fragilité cellulaire, bloque les autres éléments et peut entraîner coulure et millerandage.

2/le cuivre. Il joue un rôle dans la production de chlorophylle. Il peut aussi intervenir dans la suppression de certaines maladies. Les carences en cuivre sont rares en sols minéraux, sauf peut-être dans les sols très sableux. Elle entraine une sensibilité aux déshydratations, aux maladies cryptogamiques et bactérioses.

3/le fer. Il est nécessaire à la formation de chlorophylle, à la respiration végétale et à la formation de certaines protéines. La carence en fer, aussi appelée chlorose ferrique induite par la chaux, se manifeste d’abord sur les nouvelles feuilles. Celles-ci jaunissent entre les nervures, qui, elles, restent vertes sauf dans les cas extrêmes. Souvent, les symptômes ne sont observables que dans une partie du plant. Les facteurs liés aux carences en fer comprennent de fortes concentrations de chaux (et par conséquent des pH élevés), et des déséquilibres extrêmes avec d’autres oligo-éléments comme le molybdène, le cuivre ou le manganèse.

4/le manganèse. Il intervient dans la photosynthèse et la production de chlorophylle. Il contribue à activer les enzymes participant à la distribution des régulateurs de croissance dans le végétal. Les carences en manganèse provoquent le jaunissement des tissus entre les nervures des nouvelles feuilles. Le vert des feuilles pâlit graduellement, sauf près des nervures où il reste foncé. Des cas de toxicité du manganèse peuvent se manifester dans les sols ayant un faible pH. Des taches brunes ou des zones marbrées de jaune apparaissent alors près de la pointe et sur le pourtour des feuilles, les plus vieilles étant habituellement les plus atteintes. Des taches brunes peuvent aussi apparaître sur les nervures, les pétioles et les tiges. Autres conséquences : des grappes boudinées, ramassées, au lieu d’avoir des croissances normales, on peut avoir des arrêts végétatifs.

5/le molybdène. Élément essentiel intervenant dans le cycle de l’azote.

6/zinc. Il est important dans les premiers stades de croissance et dans la formation des raisins. Il joue aussi un rôle dans la production de la chlorophylle et des glucides. Le zinc est relativement immobile à l’intérieur du plant. Les symptômes de carence apparaissent d’abord sur les nouvelles feuilles et prennent la forme de marbrures, d’une chlorose entre les nervures, de rayures ou de bandes de couleur différente. Autres conséquences de cette carence : blocages des auxines de croissance, arrêt végétatif, risque d’accumulation azoté avec sensibilité aux maladies et parasites.

Rôle des oligo-éléments et des macro-éléments

La vigne  utilise ces éléments en beaucoup plus petites quantités que les macro-éléments que sont l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium et le magnésium. Les quantités nécessaires étant tellement petites, il est en général inutile de faire des apports systématiques d’oligo-éléments. Il reste que les carences doivent absolument être corrigées, car les oligo-éléments sont indispensables à la croissance des végétaux. Les concentrations d’oligo-éléments dans le sol sont comme on l’a vu habituellement beaucoup plus faibles que celles des macro-éléments. Le pH du sol, ses teneurs en matière organique, en argile et en minéraux peuvent influencer considérablement la biodisponibilité des oligo-éléments. Par conséquent, l’analyse de sol donne une idée moins précise de la biodisponibilité des oligo-éléments que de celle des macro-éléments. Il faut donc toujours faire preuve de prudence au moment d’appliquer des mélanges de plusieurs oligo-éléments pour éviter d’endommager la vigne et surtout essayer de ne pas combiner ces oligo-éléments avec des bouillies insecticides, fongicides ou herbicides.