Muscat de Saint-Jean-de-Minervois, cette AOC de vin doux naturel (VDN) à partir d’un seul cépage, le muscat blanc à petits grains a une seule commune de production, Saint-Jean-Minervois, dans l’Hérault, à la limite de l’Aude. Son vignoble est adossé à la face sud de la Montagne Noire, au nord d’une ligne Béziers-Carcassonne, avec comme frontière naturelle le canal du Midi.

Né de la pierre et du soleil

Dans un paysage très vallonné et en toile de fond la garrigue, il faut monter jusqu’à un plateau à plus de 200 m d’altitude pour rencontrer les vignes. Il regroupe dans un paysage quasi lunaire, 160 ha consacrés à un seul cépage, le muscat à petits grains (le muscat doré de Frontignan). Ici, la terre écrasée de soleil est aride et caillouteuse. C’est un petit causse calcaire couvert de cailloux d’un blanc éclatant. Parmi tous les muscats du Languedoc, cette appellation est la seule à ne pas être au bord de la mer. Elle produit un vin Jaune paille, avec des reflets verts. Le muscat de Saint-Jean-de-Minervois sent le raisin à peine cueilli. Il développe des arômes très fins et intenses de citronnelle, abricot, coing, mandarine et miel. Long en bouche, il possède une fraîcheur étonnante.

Des conditions de production très strictes

Les vignes sont conduites en gobelet en taille courte. Les vins sont obtenus avec des moûts possédant une richesse naturelle initiale en sucre de 252 g/l, mutés (pendant la fermentation) avec un apport en alcool pur de 5 % au minimum et de 10 % au maximum du volume des moûts, à l’aide d’alcool titrant au moins 95°. Les vins titrent une richesse minimum en alcool acquis de 15° et contenir au moins 125 g/l. Les opérations de mutage doivent être effectuées avant le 31 décembre de l’année de récolte des moûts.

On dénombre 1 cave coopérative et 5 caves particulières. Tous ensembles, ils produisent environ (cela dépend des années) 5000 hl soit 30 hl/h.