Vin de France (ex-Vin de table) SIG (vins Sans Indication Géographique)

Vin de France (ex-vin de table)  : nouvelle catégorie des vins Sans Indication Géographique (SIG) Vin de France.

C’est en quelque sorte le bas de l’échelle dans la hiérarchie des dénominations. Elle remplace la catégorie des Vins de table depuis le 1er août 2009. Les Vins de France offrent par contre une très grande liberté dans leur élaboration. Ils peuvent ainsi être assemblés à partir de raisins d’origines, de régions ou de millésimes différents.

Si le millésime est indiqué sur l’étiquette, 85 % des raisins doivent avoir été récoltés pendant l’année considérée, pareil pour les cépages mentionnés.  Les producteurs de Vin de France ont également la possibilité de marier plusieurs cépages*. Ils sont souvent vendus sous un nom de marque, ce qui permet de les repérer plus facilement. Ils offrent en plus au consommateur l’assurance de retrouver un vin au goût constant. En dehors de opérateurs régionaux, on connaît tous quelques  grands opérateurs nationaux comme Les Grands Chais de France (marques Grand Sud, JP Chenet…) ou le Groupe Castel (Cambras, Vieux Papes, La Villageoise, Champlure…).

* Notons que la France a exclu de la liste certains cépages comme le gewurztraminer, le sylvaner, le riesling, la mondeuse, la jacquère, l’altesse, le gringet, le persan, le savagnin, le poulsard et le trousseau.

Refuge des vins hors normes

Cette catégorie peut aussi, comme ce fut beaucoup le cas en Italie avec certains Vino da Tavola, abriter des vins hors normes qui refusent de se plier aux diktats des appellations. Celui en France qui fut appelé le Lafite du Languedoc, autrement dit le Daumas Gassac, fut vendu comme un simple vin de table lors de sa commercialisation en 1978. Il devint aussi le vin de table le plus cher du monde.

Une procédure d’habilitation pour les vins avec cépage ou millésime

Dans le cadre du nouveau dispositif communautaire, les vins SIG (sans indication géographique) ne font l’objet d’aucune procédure d’agrément, en l’absence de mention du cépage ou du millésime. Pour ces derniers par contre, la procédure d’habilitation des metteurs sur le marché est obligatoire depuis 2009. Ils peuvent se faire habiliter par les services de FranceAgriMer, déclenchant alors la mise en place d’un plan de contrôle, assurance d’une bonne traçabilité de ces vins !

Que dit leur étiquette ?

Voici les principales indications qui doivent figurer sur l’étiquette :

  • la mention Vin de France ;
  • le volume et le numéro de lot (sur l’emballage) ;
  • le titre alcoométrique volumique acquis ;
  • le nom et l’adresse de l’embouteilleur accompagné des termes embouteilleur ou  mis en bouteille par (…) et dans le cas des vins importés, l’identité de l’importateur ;
  • les ingrédients allergènes (la mention des sulfites est seule obligatoire à ce jour) ainsi que le message sanitaire la consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l’enfant ou le logo correspondant.
  • … et certaines mentions facultatives comme l’année de récolte (millésime), le nom d’un ou plusieurs cépages, les mentions indiquant la teneur en sucre sur l’étiquette des vins tranquilles (sec, demi-sec, moelleux, doux). Enfin, pour les vins SIG fraîchement vinifiés, seule la mention Nouveau peut figurer sur l’étiquette. La mention traditionnelle Primeur étant réservée aux AOP/AOC et IGP.

Vin de France (ex-Vin de table), une fulgurante progression !

Si les Vins de France se portent bien, c’est surtout grâce à la création, en 2009, du sous-segment Vin de France avec mention de cépage et millésime. Ainsi, la campagne de vente des Vins de France avec cépage a vu pour la campagne 2010-2011, une progression de 135 % (705 000 hl). A l’export en 2011, les ventes ont bondi de 25% par rapport à 2010, chiffres donnés par l’Anivin (Association nationale interprofessionnelle des Vins de France). Les Vins de France représentent désormais 22% des exportations françaises derrière les AOC (AOP) qui représentent 45% des volumes, suivis des vins d’indication géographique protégée (IGP, ex-Vins de pays), avec 33%. Si les vins de France explose en Chine, leur premier marché reste cependant l’Europe avec 80 % des ventes dont  l’Allemagne comme premier client.