Cantenac – Brown (château), AOC Margaux (Médoc, Bordeaux), Troisième Cru (classement de 1855),  vin rouge : sur la commune de Cantenac, le vignoble de Cantenac-Brown couvre 42 hectares sur un sol de graves, typique du Médoc, ces fameux cailloux blancs qui réfléchissent les rayons de soleil vers les grappes pendant le jour et restituent, la nuit, la chaleur emmagasinée pendant la journée.

Le vignoble est constitué à 65 % de Cabernet Sauvignon, 5% de Cabernet Franc et 30% de Merlot.

La production annuelle est estimée à 180 000 bouteilles.

Second vin : Brio de Cantenac-Brown.

En 1754, Jacques Boyd, écuyer du roi résidant à Bordeaux, dans le quartier des chartrons, achète quelques terres sur la paroisse de Cantenac, créant un domaine viticole qui donne naissance à deux propriétés distinctes Boyd-Cantenac et Cantenac-Brown. Ce domaine est acquis en 1806, par James-Lewis Brown, fils d’un négociant en vin anglais, peintre qui apprécie les chevaux et les chiens. Il imagine un château de style Renaissance anglaise (Tudor) dont il ordonne sa construction. Il donne alors des soirées mondaines très  courues et les vins qu’il produit jouissent déjà d’une excellente réputation.
Sous la monarchie de juillet, en 1840, James-Lewis Brown est acculé à la faillite. Il  vend le château en 1843 à un banquier à la tête du domaine en 1855 quand le château  est classé 3ème Grand Cru.
Armand Lalande, un des barons des chartrons, époux de Mathilde Cruse, jete son dévolu en 1860 sur deux des joyaux du médoc : Brown à Cantenac et Léoville Poyferré. C’est lui qui donne son nom définitif de Cantenac-Brown.

150 ans plus tard, en 2006, après avoir appartenu un temps au groupe d’assurance AXA, le château est vendu à la famille d’un homme d’affaire britannique d’origine syrienne, Simon Halabi. Ce dernier donne une nouvelle impulsion à la propriété avec l’ambition de la hisser au plus haut niveau. Sous la direction de José Sanfins, les méthodes changent. La conduite du vignoble est devenue plus respectueuse de  l’environnement. La « lutte raisonnée » est une évidence et les rendements sont parfaitement maîtrisés.