Choix du vin : pour 72% des français, il est difficile de choisir un vin. Une enquête publiée* en 2007 montre que devant la formidable diversité de l’offre française, il est très difficile de se repérer.

La notion même d’AOC est encore mal assimilée et que dire aujourd’hui, avec les nouvelles appellations européennes (AOP/IGP/VSIG…) !  Il n’y aurait  qu’un français sur deux qui puisse citer correctement le nom d’une AOC.

Pour les vins de pays devenus IGP en 2009 (indication géographique protégée), le constat est pire. Ils sont 19% seulement à pouvoir en citer un. Quant aux cépages, les connaissances sont encore plus restreintes. Un français interrogé sur huit est dans la possibilité de donner le simple nom d’un cépage.

Cette enquête met à jour le véritable parcours du combattant que représente l’achat d’une bouteille de vin en France. D’ailleurs un acheteur sur deux avoue ne pas savoir à laquelle des catégories réglementaires,  le vin acheté appartient. On constate que l’étiquette, faite pour protéger le producteur des usurpations et des imitations,  n’est absolument pas comprise par les consommateurs. Ils vont jusqu’à mettre en doute l’origine France et les labels de qualité.

Pour eux, la segmentation spontanée serait d’un côté les vins exceptionnels et prestigieux et… les autres.

* par Viniflhor, l’Université Montpellier 2 et INRA-Moisa.