Coteaux du Languedoc, voir Languedoc AOC, vins rouges, rosés, blancs : cette très vaste appellation se voit rattachée depuis 2007 à l’AOC Languedoc, nouvelle entité régionale englobant l’ensemble des appellations du Languedoc et du Roussillon.

Le vignoble des Coteaux du Languedoc ressemble à un vaste amphithéâtre surplombant la Méditerranée. Il s’étend de Narbonne aux confins de la Camargue jusqu’aux portes de Nîmes, tout en s’appuyant aux contreforts de la Montagne Noire et des Cévennes. Sur trois départements, l’Aude, l’Hérault et le Gard, les Coteaux du Languedoc couvrent 15 600 ha en exploitation, englobant 168 communes. Son existence remonte aux colons grecs et étrusques qui y plantèrent les premières vignes. C’était six siècles avant J.-C. avec des vins vantés par Cicéron et Pline le Jeune, qui s’exportaient en amphores dans tout le bassin méditerranéen. Aujourd’hui, le vignoble longtemps voué à la production de vins bon marché s’est tourné définitivement vers la qualité en plantant davantage de cépages nobles, tout en adoptant de nouvelles  techniques de vinification. Surtout, l’appellation a entrepris un énorme travail de hiérarchisation de son immense vignoble pour mettre en avant la typicité de chacun de ses  terroirs. Ainsi, en plus de l’appellation régionale, trois crus sont déjà reconnus comme AOC (voir plus bas).

De grandes zones climatiques

L’appellation est marquée par sa grande diversité géologique avec des terroirs  constitués de calcaire dur des garrigues, de sols schisteux ou de graves apportés par d’anciens bras du Rhône. Le caractère méditerranéen du climat et les spécificités de chaque secteur ont ainsi permis la définition des grandes zones climatiques. Même approche pour les cépages. Si la plupart des rouges et des rosés sont issus du grenache, de la syrah et du mourvèdre (50 % minimum), aux côtés du cinsault et du carignan, chaque zone climatique marque sa différence. Ainsi, à titre d’exemple, syrah, grenache et mourvèdre sont présents à 90 % minimum dans le Pic Saint-Loup et 70 % dans la Clape. Quant aux blancs, la panoplie est bien plus large encore, dominée par le grenache blanc, la clairette et le bourboulenc.

Les vins rouges sont en général puissants et sans doute un peu fermés dans leur jeunesse. Au nez, ils développent des arômes de fruits rouges (framboise et cassis), pour évoluer vers des notes de cuir, de laurier et de parfums de garrigue marqués par le genévrier, le thym et le romarin. Ils se boivent à partir de 2 ans et se gardent jusqu’à 8 ans. Les rosés souples et tout en rondeur se distinguent par des notes intenses d’acacia et de fruits rouges (cerise). Enfin, les blancs d’une belle suavité s’ouvrent par des senteurs d’abricot, de garrigue, d’épices et de miel.

 

Les appellations Coteaux du Languedoc

–  Coteaux du Languedoc (appellation régionale)

3 crus Coteaux du Languedoc :

–  Saint-Chinian

Faugères

–  Clairette du Languedoc

5 appellations sous-régionales

– Pic Saint- Loup

– La Clape,

– Grés de Montpellier

– Pézenas

– Terrasses du Larzac

2 appellations sous-régionales (en cours pour une future reconnaissance)

Terres de Sommières

– Terrasses de Bézier

(Voir le nom de chaque appellation).

10 terroirs (futures appellations communales)

Ces dix terroirs ont la possibilité de mentionner après Coteaux du Languedoc l’une des dénominations géographiques suivantes :

– Cabrières

– La Méjanelle

– Montpeyroux

– Picpoul de Pinet

– Quatourze

– Saint-Christol

– Saint-Drézéry

– Saint-Georges d’Orques

– Saint-Saturnin

Vérargues

(Voir le nom  de chaque terroir).