Fraudes et douanes (service des Douanes et des Fraudes) : c’est la lutte implacable des douaniers contre les fraudeurs. Elle est d’une terrible efficacité. Pour cela, on voit des douaniers vignerons. Y aurait-il donc quelque part un Château des Douanes ?

Des douaniers vignerons !

Il faut savoir que chaque année, les services des Douanes et des Fraudes prélèvent 250 échantillons de grappes sur des parcelles choisies l’année précédentes. Mais les investigations vont plus loin encore, jusqu’à faire des microvinifications. Pour les techniciens du laboratoire des Fraudes et des Douanes de Bordeaux-Pessac, le but n’est pas de jouer aux vignerons. Ces microvinifications sont en effet essentielles pour aider à la lutte contre les contrefaçons. Les vins qu’ils élaborent ne sont pas bus mais stockés et répertoriés dans une base de données. Les douaniers peuvent ainsi effectuer des contrôles et vérifier si le contenu des bouteilles commercialisées correspond bien à ce qui est écrit sur l’étiquette et si toutes les règles sanitaires et fiscales ont été respectées.

Ils détectent presque tout

Le laboratoire de Bordeaux-Pessac dépend de Service commun des laboratoires (SCL), qui résulte de la fusion des services d’analyse des Fraudes et des Douanes. Le SCL compte aujourd’hui onze laboratoires en France. Celui de Pessac est spécialisée notamment dans les boissons alcooliques (entre autres). Au carrefour de plusieurs sciences comme la chimie, la biologie, la géologie et la physique, ce laboratoire détecte l’ajout d’eau évidemment illégal, ou de sucre (autorisé sous certaines conditions). Il peut jusqu’à reconnaître le millésime et l’origine géographique du vin en s’appuyant sur leurs caractéristiques physiques et chimiques Pour cela, il se fonde sur les teneurs en minéraux et les substances radioactives naturelles ou non. Leurs quantités sont extrêmement faibles par rapport aux limites imposées par l’Union Européenne et ne sont détectables que par des techniques de pointe.

Cette lutte contre la fraude, ces contrôles sérieux sont largement soutenus par le monde  du vin qui voit ainsi l’image de la profession s’améliorer.