Ordinaire désigne un vin de table ou tout vin quelconque face à un grand cru. En Bourgogne, la tradition a affublé d’ordinaire, une catégorie de vins très spécifiques destinés à un usage ménager.

Bourgogne ordinaire et Bourgogne Grand Ordinaire, appellations disparues

Les appellations régionales Bourgogne Grand Ordinaire remplacés aujourd’hui par l’appellation Coteaux bourguignons  et Bourgogne Ordinaire (appellation désormais inusitée) ont été instituées en 1937. Elles s’inspiraient d’une dénomination fréquente dans le passé. On parlait de  vins de grand ordinaire  pour la bouteille dominicale, ou de  vins d’ordinaire pour tous les jours. Ils étaient rouges, blancs et rosés, au sein de l’aire d’appellation Bourgogne. La particularité du Bourgogne Grand Ordinaire (comme il était dit familièrement) était de faire quelques fois appel à des cépages peu connus ; les rouges et rosés provenant du pinot noir, du gamay noir à jus blanc, du césar ou du tressot et les blancs du chardonnay, de l’aligoté, du melon de Bourgogne et du sacy. Cette diversité de terroirs et de cépages ne permettait  pas de préciser de façon générale les caractères de ces vins bien bourguignons. Leurs mérites étaient de présenter un bon rapport qualité/prix pour d’honnêtes bouteilles.