Pavie-Macquin (château) Saint-Emilion (Bordeaux) Premier Grand Cru classé (classement 2006) vin rouge : cette propriété familiale de 15 hectares est située sur le plateau culminant de Saint-Emilion à côté de la butte de Mondot et en bordure de la faille de Fongaban. Autour, rien que de prestigieux voisins ! A l’ouest, Troplong Mondot, au sud, Pavie et au nord, Trottevieille. Le vignoble s’étage entre 100 m d’altitude sur la bordure de la butte et 75 m sur le rebord du plateau. Le sol argilo-calcaire, sur rocher calcaire à astéries, permet un drainage naturel et une alimentation hydrique exceptionnellement régulière. Les argiles fortes confèrent au vin puissance et générosité. L’encépagement est dominé à 80 % par le merlot. Viennent s’y associer 18 % de cabernet franc et 2 % de cabernet sauvignon. L’âge moyen du vignoble est de 35 ans.

La production moyenne actuelle tourne autour de 65 000 bouteilles par an.

Second vin : Château les Chênes de Macquin.

Le Château Pavie Macquin doit son nom au grand-père des propriétaires actuels (la Famille Corre Macquin) : Albert Macquin (1852-1911) à qui Saint Emilion doit l’usage du plant greffé, qui devait sauver le vignoble ruiné par le phylloxera.

Une gestion de la vigne inspirée de la biodynamie

Aujourd’hui la gestion du vignoble est assurée par une technique largement inspirée de la méthode biodynamique sous la direction de Nicolas Thienpont (gérant depuis 1994), conseillé dans sa tâche par Stéphane Derenoncourt. Par le travail du sol dans un esprit biodynamique, nous retrouvons une plante qui vit et réagit à son environnement, et révèle ses origines : le terroir de Pavie-Macquin. Nous projetons de créer une grande salle de réception avec une terrasse pour recevoir les amateurs et les professionnels d’ici à 2012, ainsi qu’une cave voûtée qui deviendra la vinothèque et le musée des millésimes de Pavie- Macquin précise Nicolas Thienpont.