Pessac-Léognan AOC (appellation Graves, Bordeaux) vins rouge et blanc sec : la date est historique, le 9 septembre 1987, la région des Graves* qui se situe au sud de Bordeaux, le long de la Garonne se scindait en deux, donnant naissance à l’appellation Pessac-Léognan. C’est tout l’ouest et le sud-ouest de Bordeaux qui accaparait cette nouvelle appellation couvrant le très ancien territoire des Graves de Bordeaux, jadis banlieue prévôtale. Ce très beau vignoble qui atteint maintenant 1600 ha (proche des 1700 ha que l’appellation détenait en 1935) s’étend sur les communes de :

  • Cadaujac,
  • Canejan,
  • Gradignan,
  • Léognan,
  • Martillac,
  • Mérignac,
  • Pessac,
  • Saint-Médard-d’Eyrans,
  • Talence,
  • Villenave-d’Ornon.

L’appellation comprend aujourd’hui 75 châteaux et domaines dont tous les crus classés des Graves.

*En 1905 leurs frontières historiques avait été fixées lors de la création du Syndicat Viticole des Graves de Bordeaux. Elles englobaient exactement les mêmes communes que celles qui composent aujourd’hui l’AOC Pessac-Léognan.

Tous les crus classés sur 500 ha

Ainsi menée par le plus célèbre d’entre eux, Château Haut-Brion (classé Grand Cru lors du célèbre classement de 1855), l’appellation Pessac-Léognan regroupe sur un peu plus de 500 ha (40 % de l’appellation) tous les crus classés. C’est un terroir unique de graves profondes mêlés d’argile, de sable, d’alios, de calcaire et autres faluns ; des graves d’une singulière particularité composées d’un mélange de quartz et quartzites ocres, blancs, rouges et roses, des jaspes, des silex, des lydiennes… d’une épaisseur variable de 20 cm à 3 mètres et plus. Tous ces galets et cailloutis de surfaces s’imprègnent ainsi de la chaleur diurne pour la restituer progressivement sur les grappes pendant la nuit contribuant ainsi à une meilleure maturation du raisin. L’ensemble de ces accumulations de graves forment un relief mamelonné de croupes bien dessinées qui facilitent un bon drainage naturel. Il faut dire que le secteur est jalonné de petits cours d’eau affluents de la Garonne (le Peugue, l’Eau Bourde, l’Eau Blanche, le Breyra, le Saucats). Ajoutons que le terroir des Pessac-Léognan possède un climat tempéré, doux, à l’hygrométrie régulière, influencée par l’océan tout proche, tout en bénéficiant de la protection (vers l’ouest) du massif forrestier des Landes.

Cabernet sauvignon et merlot

Dans ce microclimat et sur ce terroir exceptionnels, s’épanouissent les grands cépages bordelais avec le cabernet sauvignon et le merlot pour les rouges*. Le premier développe à merveille sur ces sols pauvres, graveleux sa personnalité puissante et complexe offrant aux vins rouges une robe foncée, une structure puissante avec des tannins fermes, les dotant d’une aptitude incomparable au vieillissement jusqu’à vingt ans et plus. Le second, le merlot, compense, dans les assemblages, la rigueur du cabernet sauvignon grâce à sa rondeur et son fruité apportant au vin une remarquable souplesse. Résultat,  des vins à la couleur profonde et intense, pourpre vif avec au nez, des arômes tout en finesse avec des parfums de baies écrasées, de pulpe, de fruits mûrs, mais aussi de vanille, d’amande grillées et de fumé. Et cela dès leur plus jeune âge. Bien plus tard, à l’âge mûr, le bouquet s’amplifie et se concentre dans l’harmonie.

*Sans oublier les quatre autres cépages autorisés : le cabernet franc, le petit verdot, le malbec et le carmenère.

Sauvignon et sémillon

Pour les blancs (20 % du vignoble) à la base, deux cépages, le sauvignon  (souvent majoritaire) et le sémillon, propres à se satisfaire et à s’épanouir dans les sols pauvres des graves à caractères sableux ou calcaires (à ces deux principaux, s’ajoute également la muscadelle). Le sauvignon apporte structure, fraîcheur et fruité avec souvent ici un rappel du muscat. Le sémillon offre le gras de ses arômes uniques de fruits confits. Des vins qui vont du jaune-paille pour les jeunes à la rousseur de l’ambre pour les vins de 10, 15 et parfois 20 ans. Au nez, le tilleul se mêle au genêt ; pointe aussi de notes mielleuses parmi cette palette de fruits confits. Ils sont charnus et ronds et étonnamment sucrés bien que très secs, ils sont longs en bouche et d’une très grande persistance aromatique.

Les 16 châteaux Crus Classés de Graves

L’appellation Pessac-Léognan comprend la totalité des Crus Classés de Graves, soit 16 Châteaux dont la production couvre vins rouges et/ou blancs secs. Elle représente environ 20 % des volumes produits dans l’Appellation :

  • Château Haut-Brion (Pessac) Premier Cru Classé également en 1855 : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Bouscaut (Cadaujac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Carbonnieux (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Domaine de Chevalier (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Couhins (Villenave-d’Ornon) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château Couhins-Lurton (Villenave-d’Ornon) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château de Fieuzal (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Haut-Bailly (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château la Mission Haut-Brion (Talence) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château la Tour Haut-Brion (Talence) :Cru Classé de Graves rouge
  • Château Latour-Martillac (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Laville Haut-Brion (Talence) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château Malartic-Lagraviere (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Olivier (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Pape Clément (Pessac) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Smith Haut Lafitte (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge

Ainsi, ce classement non hiérarchique des 16 Crus homolo­gués par Décrets du 7 août 1953 et du 16 février 1959, s’applique à 13 vins rouges et 9 vins blancs secs.

10 millions de bouteilles par an

Tout en représentant près d’un tiers de la superficie des Graves et des volumes produits, l’appellation Pessac-Léognan génère plus de la moitié du chiffre d’affaires de l’ensemble des Graves. Sa production en moyenne de 75 000 hl par an (80 % de vins rouges pour 20 % de vins blancs), soit près de 10 millions de bouteilles, dépasse sensiblement celle d’autres appellations communales comme Margaux et Pauillac. Les vins de Pessac-Léognan sont exportés à 70 % pour un chiffre d’affaires supérieur à 75 millions d’€.