Philipponnat (maison de Champagne Philipponnat) : c’est à Mareuil sur Aÿ, entre les bords de Marne et son église romane, au milieu de ses propres vignobles, que Philipponnat élabore son Champagne. Au départ, un certain April le Philipponnat parti guerroyé en Italie, est au coté du roi François Ier à la bataille de Marignan. A son retour, en 1522, à titre de récompense, il se voit remettre des terres à Aÿ. Depuis,  les Philipponnat au blason frappé d’un damier rouge et or sont vignerons à Aÿ. Ils ne deviendront négociants  et se consacreront à l’élaboration du vin qu’à partir du Second Empire. Mais il faut attendre 1910 pour qu’Auguste et Pierre Philipponnat s’installent à Mareuil sur Aÿ dans les anciennes caves du XVIIe siècle du château et qu’ils donnent naissance à l’approche de la Première Guerre mondiale et en pleine crise phylloxérique à leur maison de Champagne.

1935, acquisition du Clos des Goisses

En 1935, Pierre Philipponnat acquiert le Clos des Goisses, un vignoble de 5,5 ha unique en Champagne, à flanc de coteau, plein sud. Rompant avec la coutume, il en tire un Champagne mono-cru remarquable. Ce Clos des Goisses est jusqu’à nos jours  un véritable vecteur de notoriété pour la marque.
Passant d’abord sous la coupe de la société Marie-Brizard en 1987, Philipponnat rejoint le groupe Boizel Chanoine Champagne (aujourd’hui Lanson-BCC) 10 ans plus tard en 1997. Son président, Bruno Paillard va en 2000 très naturellement confier les rênes de la maison à un des descendants de la maison,  Charles-André Philipponnat, petit-fils d’Auguste.

Un vignoble de 17 ha

Les 17 ha du vignoble Philipponnat essentiellement planté de pinot noir, sont situés au coeur des Premiers et Grands Crus du sud de la Montagne de Reims dans les villages de Mareuil sur Aÿ, Aÿ, Avenay et Mutigny. Là, chaque vigne porte un nom évocateur et chargé de tradition : La Remissonne, 28 verges, la Dure, l’Ecluse, la Croix des Goisses, Buisson Saint-Loup, les Valofroy, etc.
Philipponnat est liée depuis des générations à une trentaine de vignerons occupant quelques uns des meilleurs terroirs calcaires de la Côte des Blancs, de la Vallée de la Marne, de la Montagne de Reims et des Riceys. C’est avec eux qu’il va sélectionner les raisins qui rentreront dans les assemblages.

Clos des Goisses, travail pénible mais sublime Champagne !

Il faut imaginer un vignoble  de 5,5 ha situé sur un coteau abrupt soit 1 km de longueur sur à peine 100m de profondeur. Il est exposé plein sud, au-dessus du village et dominant la Marne . Il se divise en parcelles cernées de murs de soutènement datant de 1887 où l’on accède par des petits escaliers de pierre. Là, le sol est peu profond, assis sur de la craie pure. L’âge moyen du vignoble est maintenu au dessus de 25 ans. Sur ce site unique, une seule possibilité, tout doit se faire à la main car le vignoble est si pentu (jusqu’à 45°) qu’il faut installer des grillages de sécurité pour protéger les vignerons. On travaille donc avec l’aide de petits chenillards et d’un treuil. Dans le Clos des Goisses, à l’inverse de la colline de l’Hermitage ou de la Côte Rôtie, les rangs de vignes sont dans l’axe de la pente, non en terrasse d’où la difficulté pour travailler cette vigne si particulière. D’ailleurs, Goisses en vieux patois champenois ne signifie-t-il pas travail pénible !

Un Champagne qui fait penser à un grand Bourgogne avec des bulles

Ainsi, gorgés de soleil, les raisins atteignent une splendide maturité, gage d’un vin vigoureux, complexe et minéral à l’extrême qui saura vieillir plus de trente ans. Les premières bouteilles ont été produites en 1935. Sur les dernières années, 1994 n’a pas été commercialisé et 1987 n’a pas été élaboré. Nous écartons chaque année en moyenne 50 % des raisins pour ne conserver que la meilleure matière première possible précise Charles Philipponnat. Il ajoute aussi qu’ici, on parle plutôt d’un vin avant d’être un Champagne, un vin vineux, racé, corsé, puissant auquel viennent s’adjoindre des bulles et qui ferait d’avantage penser à un Bourgogne ou à un riesling alsacien. Un vin issu d’un assemblage de pinot noir pour les 2/3 et de chardonnay pour le tiers restant, tiré en moyenne entre 20 000 et 25 000 exemplaires par an.

La gamme Philipponnat

Chez Philipponnat, tous les vins sont peu dosés (sauf évidemment le demi-sec). Il n’est utilisé que des liqueurs de dosage jeunes et non marquées afin d’être sans influence sur le goût. Chaque année, les dosages varient en fonction de l’acidité naturelle des vins de l’année.
Les Bruts

  • Royale Réserve : pure cuvée* (première presse) de Crus du cœur de la Champagne, dont une majorité de 1ers et Grands Crus. Le pinot noir (40 à 50%) provient essentiellement des vignobles Maison d’Ay et Mareuil, le chardonnay (30 à 35%) et le pinot meunier (15 à 25%) des meilleurs vignobles du cœur de la Champagne.
  • Royale réserve non dosé : version sans aucun dosage. Pure cuvée* de Crus du coeur de la Champagne, dont une majorité de 1ers et Grands Crus. Le pinot noir majoritaire (40 à 50%) provient essentiellement des vignobles Maison d’Ay et Mareuil, le chardonnay (30 à 35%) et le pinot meunier (15 à 25%) des meilleurs vignobles du cœur de la Champagne.

Les Bruts Millésimés

  • Réserve Millésimée 2003 : Pure Cuvée de pinot noir (70%) d’Ay et de Mareuil-sur-Ay et de chardonnay (30%) de la Côte des Blancs.

Cuvées 1522 ( en l’honneur d’April le Philipponnat  propriétaire à Aÿ dès 1522) :

  •  1522 Extra Brut Grand Cru 2002 : Pure tête de cuvée de pinot noir (Ay, 60%) et de chardonnay (Oger). C’est un Grand Cru.
  • 1522 Extra-Brut 1er Cru Rosé 2003 : Pure tête de cuvée de pinot noir et de chardonnay, en proportions presque égales, provenant uniquement de 1er et Grands Crus (Ay, Mareuil, Cramant, Avize, Le Mesnil et Vertus). Techniquement un 1er cru, même si l’étiquette ne le dit pas.
  • Sublime Réserve 2002 : ce Champagne demi-sec est  élaboré à partir d’une cuvée du Millésime 2002 de haute qualité : 100% chardonnay de Premiers et Grands crus, dosé en sec (30 g/l), Sublime Réserve 2002 a mûri sur lies en caves entre 6 et 7 ans.
  • Grand Blanc 2004 : Pure Cuvée des meilleurs chardonnay de la Côte des Blancs (principalement Cuis, Cramant, Mesnil-sur-Oger et Vertus) pour 70%, du Clos des Goisses à Mareuil-sur-Ay (15%) et de la Montagne de Reims (Trépail, 15%).

Les Rosés

  • Réserve Rosé : Pure cuvée* de Crus du coeur de la Champagne, dont une majorité de 1ers et Grands Crus. Le pinot noir (50 à 60%) provient essentiellement des vignobles Maison d’Ay et Mareuil, le chardonnay (25 à 30%) et le pinot meunier (15 à 20%) des meilleurs vignobles du cœur de la Champagne.

* Les vins de réserve (de 25% à 40% de l’assemblage), sont gérés en solera pour incorporer de vieux vins sans perdre de fraîcheur.

La Cuvée de Prestige

  •  Clos des Goisses : Champagne toujours millésimé. Il est issu d’un vignoble unique propriété exclusive de Philipponnat, le Clos des Goisses. Une vigne exceptionnelle extrêmement pentue, exposée plein sud, à Mareuil sur Ay ! Philipponnat y élabore le plus puissant de tous les vins de Champagne. Il est très peu dosé (4 gr/l). Ce vin hors norme se caractérise par une ampleur et une longueur extraordinaires, où les caractères du pinot noir prédominent (70% de Pinot Noir et 30% de Chardonnay).

Les Champagne PHILIPPONNAT  sont exclusivement réservés à la grande restauration, aux cavistes, aux épiceries fines et aux grands amateurs. La filiale Philipponnat-Les Domaines Associés distribue en France les vins des Domaines Barons de Rothschild (Lafite).
La maison a réalisé un chiffre d’affaire 2010 de 9 612 659 €.