Pinot blanc (cépage blanc)

Pinot blanc (cépage blanc) : il fut longtemps appelé pinot-chardonnay. Cette synonymie fut trompeuse notamment en Bourgogne ou, chardonnay et pinot blanc se côtoyaient. Mais ce dernier a dû céder sa place au chardonnay lorsque le système de contrôle d’appellation a été instauré en 1937. Entre eux, aucun rapport ! Le pinot blanc est un pinot à part entière. Ses feuilles sont semblables à celles du pinot noir et du pinot gris ce qui implique une mutation blanche de la famille des pinots (plus particulièrement par décoloration du pinot noir). A maturité, il donne de petites grappes compactes portant des baies verdâtres à saveur neutre.
Aujourd’hui, la majeure partie du pinot blanc cultivé en France* se trouve en Alsace où il est l’une des variétés le plus largement implantées. Ainsi, l’Alsace lui consacre 21,4 % de son vignoble (3331 ha en 2011) sachant qu’en 40 ans sa part a été multipliée par 3,2.

Pinot blanc d’Alsace

En Alsace, il est aussi appelé klevner ou clevner (à ne pas confondre avec le klevener de Heiligenstein qui correspond au cépage savagnin rose). Il s’est parfaitement adapté au vignoble Alsacien. Ses feuilles sont vertes foncé, entières, à trois ou à cinq lobes. Les grappes sont petites à moyennes et les baies sont de petites tailles. Ce cépage assez vigoureux, de production régulière, convient aux sols profonds, assez chauds, pierreux ou non. Il présente une bonne résistance au froid. Il est de débourrement précoce. Le pinot blanc est souvent vinifié avec une autre variété, l’auxerrois, originaire de Laquenexy en Lorraine. Cépages peu exigeants, les deux variétés donnent d’excellents résultats, l’auxerrois présentant moins d’acidité que le Pinot Blanc.
Il donne un vin peu aromatique, souvent floral et nuancé de fruit blanc. Il se caractérise en bouche par une structure légère et tendre soutenue par une acidité rafraîchissante et nerveuse.
*Même si la Champagne conserve 100 ha de pinot blanc vrai  dont 80 ha dans l’Aube. Il peut également entrer dans le Crémant d’Alsace, et est parfois employé dans certains blancs ordinaires de Bourgogne.

Une carrière mondiale

En Allemagne et en Autriche, on le connaît sous le nom de weissburgunder. Cultivé avec le pinot gris (ruländer), il s’étend sur 3000 ha essentiellement dans le Palatinat et le pays de Bade. Les viticulteurs allemands et autrichiens redécouvrent actuellement les vertus de ce cépage.  Parmi ses autres bastions, la Hesse-Rhénane, et en Autriche le Wagram, le Weinviertel et les alentours du Lac de Neusiedl. En Italie, le pinot bianco longtemps confondu avec le chardonnay concentre ses nombreuses DOC, dans le Trentin-Haut-Adige, en Vénétie, dans le Frioul-Vénétie Julienne et en Lombardie.
En Amérique, un cépage blanc de ce nom est cultivé en Argentine, au Brésil, et en Californie, principalement dans la région de Monterey. Le pinot a été longtemps confondu avec le melon de Bourgogne, erreur découverte vers les années 1985.
Il a pour synonyme : pinot bianco, pinot branco, rulandsky bile, rulandské biele, weisser burgunder, Weißburgunder, etc.

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2000 – The Flammarion Guide to World Wines
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

amet, tristique elit. ut libero id dolor. leo. risus justo commodo