Rauzan-Gassies (château) Margaux (Médoc, Bordeaux) Deuxième Cru classé (classement 1855) vin rouge : le domaine, d’une superficie de 28,5 ha s’étend à 28 km au nord-ouest de Bordeaux, sur les communes de Margaux et de Cantenac. On ne peut aborder Rauzan-Gassies sans évoquer son voisin le plus immédiat, Château Rauzan-Segla également Deuxième Cru classé, dont il fit partie intégrante jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Au coeur du vignoble historique de Margaux

Le terroir de Château Rauzan-Gassies est exclusivement assis sur le massif de graves glaciaires de Margaux et Cantenac qui surplombe la Gironde, un terroir de graves profondes, de sables graveleux et de sables; des sols maigres et drainants, ces graves de la bordure de la rivière qui sont le cœur même de Margaux. Ici, le vignoble se partage entre 65 % de cabernet sauvignon, 25 % de merlot, 5 % de cabernet franc et 5% de petit verdot : en tout 300 000 pieds de vigne dont l’âge moyen est de 35 ans. A Rauzan-Gassies, on pratique l’agriculture raisonnée, privilégiant le travail des sols pour le respect de la terre et de la vigne. Chaque parcelle est vinifiée séparément. Les vins sont élevés pendant 12 mois en barriques de chêne (50 % barriques neuves).

La production est d’environ 130 000 bouteilles par an.

Second vin : Le Chevalier de Rauzan-Gassies.

Autre production : Le Rosé de Rauzan-Gassies, un rosé de saignée en appellation Bordeaux.

Propriété depuis 1946 de la famille Quié

Si la maison noble du Chevalier de Gassies est une des plus anciennes de Margaux (arrière-fief moyenâgeux de l’actuel Château Margaux), l’histoire viticole du château Rauzan-Gassies commence au XVIIIe siècle. Il fut fondé par Pierre Desmezures de Rauzan, négociant, mais également fermier de la maison noble de Latour. Il achètera de nombreuses parcelles à des paysans voisins et c’est ainsi qu’en une vingtaine d’années, il crée deux beaux vignobles, celui de Rauzan-Gassies mais également celui de Pichon-Longueville.

En 1946, Rauzan-Gassies était acheté par Paul Quié. Pendant les années 30, ce négociant en vins reconnu dont les affaires prospéraient s’était déjà porté acquéreur des châteaux Bel Orme Tronquoy de Lalande (Haut-Médoc) et Croizet-Bages (Pauillac). En 1968, son fils Jean Michel reprend la direction du domaine. On lui doit la renaissance du vignoble et le renouvèlement des installations techniques. Le château a été fermé au public pendant trois ans et sa restauration a été conçue pour l’accueil du public. Il est assisté depuis 1995 par Jean-Louis Camp, et depuis 2001 par ses enfants, Anne-Françoise et Jean-Philippe Quié. Son fils aîné Paul-Henri est architecte. Il a récemment été, et sera pour quelque temps encore, complètement investi dans la rénovation des bâtiments tant ici à Rauzan-Gassies qu’à Croizet-Bages.