Sainte-Roseline (château Sainte-Roseline) cru classé de Provence, vins rouge, rosé et blanc : lieu exceptionnel à tout point de vue ! C’est à la fois un cru classé des Côtes de Provence depuis 1955 et un site classé. Nul doute qu’il s’agit bien de l’un des sites historiques les plus riches de Provence avec notamment sa chapelle communale, lieu sans doute le plus visité du Var. Le château Sainte-Roseline situé sur la commune d’Arcs-sur-Argens est très exactement à 30 minutes de la baie de Saint-Tropez et de la Croisette de Cannes, des Gorges du Verdon ou d’Aix-en-Provence.

Un domaine de 108 ha

Le domaine compte aujourd’hui 108 ha pour 11 cépages profitant de sols argilo-calcaire et de la présence d’une source en profondeur permettent une alimentation maîtrisée de la vigne. La propriété produit des vins dans les trois couleurs (blanc 10%, rouge 35% et rosé 55%) à partir des cépages suivants :

  • en rouge : syrah, mourvèdre et cabernet sauvignon.
  • en rosé : grenache, syrah, mourvèdre, cinsault et tibouren.
  • en blanc : rolle et sémillon.

Sainte Roseline sous une châsse de verre

Une source est à l’origine du site qui conduisit au milieu du Xe siècle un ermite dénommé Roubaud à s’y retirer. D’un simple oratoire au départ, une abbaye voit le jour au XIIe siècle sous le nom de Celle-Roubaud. Roseline, fille du Marquis de Villeneuve, Seigneur des Arcs, qui fut la Mère Prieure de l’abbaye de 1300 à 1329 marqua fortement la population locale au point qu’on donna son nom au lieu. Elle sera d’ailleurs sanctifiée au XIXe siècle. Son corps repose aujourd’hui sous une châsse de verre dans la chapelle communale. Au XIVe siècle, sous l’impulsion de l’évêque de Fréjus, futur Jean XXII, pape en Avignon, le site devint un des premiers vignobles de Provence.

Une rénovation signée Jean-Michel Wilmotte  

Au XXe siècle, Henri de Rasque de Laval, précédent propriétaire, fut le premier Président du Syndicat des Vignerons du Var et en 1994, Bernard Teillaud reprenait  en mains les destinées de cette propriété. Il eut pour objectif, sous le signe de l’art et du vin, d’en faire un des fleurons de la viticulture méridionale et un haut lieu artistique. Pour mener à bien la rénovation complète de l’abbaye et afin de préserver la noblesse des lieux, il fit appel à l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

Depuis 2007, c’est Aurélie Bertin-Teillaud, fille de Bernard qui a repris la destinée de la propriété en misant  sur la qualité et la recherche pour chacun des vins du domaine.

Les crus classés du château

  • La Chapelle de Sainte Roseline : présentée dans une bouteille spéciale et exclusive, cette cuvée répond à des critères de production très stricts. Élevée 100 % en barriques pour les blancs et les rouges, cette gamme est produite en quantité très limitée. Le rouge n’est disponible que dans les grands millésimes.
  • La Cuvée Prieure : fleuron du Château, cette cuvée élevée 100 % en barriques dans les trois couleurs a été créée en hommage à Sainte Roseline, Mère Prieure de l’abbaye. Elle est issue d’une sélection très stricte des meilleures parcelles classées du château.
  • La Lampe de Méduse : présentée dans une bouteille créée en 1950 par la Baronne Rasque de Laval qui lui a donné son nom en l’honneur des Chevaliers de Méduse qui avaient l’habitude de lamper le vin (boire d’un trait une grande quantité de vin) avant chaque intronisation. Cette gamme, issue de parcelles classées représente le cœur de la production du château.
  • Le Cloître : second vin du château, cette cuvée est issue de jeunes vignes.