Teinturier (cépage) teinturier du Cher, teinturier du Bordelais… : variété à raisin noir et à pulpe rouge dont les feuilles rougissent à l’automne. Ce cépage déclina  son terme de teinturier en accrochant au fil des régions où il s’implantait, le nom de celles-ci.  Exclu des vignobles classés en 1937, il n’en resterait aujourd’hui que quelques hectares notamment dans le Languedoc. Mentionné dès le XVIe siècle, le teinturier comme son nom l’indique a la réputation de colorer en rouge dix fois son volume de vin blanc. De cette faculté, il tira son nom de dix-fois coloré, teint, gros noir, néraut, teintevin, teiturin, etc. Sans doute remplaça-t-il avantageusement ces jus de mûres et autres  baies de sureau qu’on avait alors l’habitude d’ajouter pour donner aux vins une meilleure couleur. Le teinturier fut croisé à d’autres cépages* par Louis Bouschet de Bernard pour créer au XIXe siècle les fameux hybrides Bouschet.

*Notamment avec l’aramon pour donner le petit Bouschet, cépage aujourd’hui disparu.