Le pinot gris est l’ex tokay d’Alsace. Depuis 2007, la commission européenne a interdit l’usage du terme tokay pour désigner le pinot Gris. Après une longue bataille juridique entre la France et la Hongrie commencée en 1920, on rendait à ce pays, son Tokay. En contre partie la Hongrie s’engageait à bannir de son vignoble les appellations Médoc et Cognac. Cette décision redonnait à la Bourgogne la paternité du pinot gris*, l’ancien pinot beurot ou burot rappelant la couleur grise de la bure des moines cisterciens (ses raisins sont en effet de couleur brun-violacé avec des nuances grises) ; un cépage réputé pour produire des vins très aromatiques, très concentrés, se prêtant bien aux vendanges tardives.

*Pinot gris, en Italie pinot grigio, en Allemagne, rülander ou grauer burgunder.

La légende du pinot gris ex tokay

Cette décision approuvée par les ampélographes rangeait définitivement au chapitre des légendes la belle histoire de ce baron Lazare de Schwendi. Il servait vers 1565 la Maison d’Autriche dans sa lutte contre les Turcs. Profitant de sa mission, il aurait rapporté de Tokay en Hongrie des plants de vigne pour reproduire ce vin fort prisé à partir du furmint, sur ses terres de Bade et d’Alsace. Et c’est ainsi qu’il fut appelé grauer tokayer avant 1870 puis successivement tokay gris, tokay d’Alsace, tokay pinot gris et enfin, depuis le 1er avril 2007, pinot gris.

Aujourd’hui, le pinot gris est l’un des 4 cépages de l’AOC Alsace Grand Cru occupant 15,3 % du vignoble alsacien et donne des vins particulièrement bien constitués et d’une rare complexité dans les Vendanges tardives et Sélections de grains nobles.