Vacqueyras (AOC), Côtes du Rhône méridionales

Les vins de Vacqueyras sont des vins rouges, rosés et blancs. Du nom latin vallea quadreria (vallée des pierres), ce treizième cru des Côtes du Rhône reconnaissable à sa célèbre bouteille armoriée fut érigé en nom propre en 1990. Il se place de facto tout en haut de la hiérarchie rhodanienne (Vacqueyras étant auparavant en appellation Côtes du Rhône-Villages).

Vignobles de l'appellation Vaqueyras (Photo Maison des vignerons)

Vignobles de l’appellation Vaqueyras (Photo Maison des vignerons)

95 % de la production en vins rouges

Vaqueyras produit 95 % de vins rouge sur une surface qui atteint aujourd’hui 1400 ha. Son vignoble a pour plus proches voisins (et grands frères pourrait-on ajouter) Châteauneuf-du-Pape et Gigondas mais à des prix beaucoup plus sages. D’ailleurs pourquoi s’étonner, nombre de propriétaires en Gigondas le sont aussi en Vacqueyras ! L’aire d’appellation est située à l’est d’orange et au nord-est, en limites de Beaumes-de-Venise, autour des deux communes du Vaucluse sur la rive gauche de l’Ouvèze : Vacqueyras, gros village de Provence de 1000 habitants niché au pied des Dentelles de Montmirail, et un peu plus au sud, Sarrians*, 6000 habitants au cœur du Comtat Venaissin, proche de Carpentras et du Mont Ventoux. L’appellation jouit pleinement du climat méditerranéen favorable au bon développement de la vigne avec sécheresse estivale, pluies rares et un mistral fréquent qui permet d’assainir le vignoble.

*75 % de la production de l’appellation Vacqueyras provient de cette commune.

Carte de la vallée du Rhône

Carte de la vallée du Rhône

Un vignoble de terrasses

Vacqueyras, le plateau des Garrigues

Domaine Le Sang des Cailloux en appellation Vacqueyras sur le plateau des Garrigues, face aux Dentelles de Montmirail

La vigne recouvre de larges terrasses bordées de murets (les fameuses restanques) formées par la rivière entre 60 et 100 m d’altitude. Ainsi à Sarrians, le plateau des Garrigues est-il constitué de cailloutis d’origine alluvionnaire (des galets roulés) mis en place sous forme de terrasses par l’Ouvèze, rivière à la réputation tumultueuse (voire les inondations catastrophiques de septembre 1992). Plus haut vers le nord, autour de Vacqueyras, on rencontre des coteaux sableux de pente dont une partie gréseuse et caillouteuse d’éboulis avec à l’est, des marnes calcaires idéales pour la vigne.

L’un des rendements les plus bas de France

Village de Vacqueyras

Le village viticole de Vacqueyras au pied des Dentelles de Montmirail

Avec ses 45000 hl (6 millions de bouteilles) produits chaque année, Vacqueyras est un cru rare, puisqu’ il ne représente que 1,5 % de la production des AOC de la Vallée du Rhône dont 3 % en blanc et 2 % en rosé. Il faut en effet savoir que l’appellation pratique l’un des rendements les plus bas de France avec 36 hl/ha. Les rouges et les rosés sont issus principalement du grenache noir, pilier de l’encépagement (au moins 50 % pour les rouges), suivi de la syrah et du mourvèdre (au moins 20 %). Au total, grenache, syrah et mourvèdre doivent représenter un minimum de 90 % de l’encépagement. Les autres cépages des Côtes du Rhône sont autorisés mais à hauteur de 10 % maximum.

Le retour gagnant du carignan

Depuis 1990, le décret d’appellation autorise la réintrodution du carignan banni autrefois pour ses rendements excessifs mais taillé court sur ces terres de soleil et de galets et bridé par un rendement qui ne dépasse guère les 30 hl/ha, il fait aujourd’hui merveille apportant fruits, épices et rondeur.

Des vins de garde

Une bouteille de Vacqueyras à 95 % rouge

Une bouteille de Vacqueyras à 95 % rouge

Les vins rouges aussi parfumés dit-on que la garrigue sont puissamment charpentés et parés d’une robe profonde jusqu’au grenat pour les vins de garde. Ils sont dotés d’une belle panoplie d’arômes : fruits rouges (cerise, fraise) et noirs (mûre, myrtille, cassis) avec des touches de kirsch accompagnées de notes de fruits confits (pruneau) et même de figue pour certains des millésimes complétées par des nuances épicées, des effluves de cuir et de gibier légèrement fumées avec une étonnante finale qui tire sur des notes de réglisse.

Les blancs (très rares) d’un beau jaune clair, aux reflets verts et brillants sont issus de la clairette, du grenache blanc, du bourboulenc, de la roussanne, de la marsanne et du viognier ne pouvant dépasser chacun 80 % de l’encépagement. Ils ont un nez floral, aux notes d’acacia et de genêt, parfois accompagnées d’un léger fruité d’agrumes.

Cru officiel du Festival d’Avignon

Avec plus de 80 viticulteurs qui commercialisent leurs vins directement, 5 coopératives et 32 maisons de négoces, l’appellation Vacqueyras est une appellation qui a le vent en poupe (un sérieux ménage avait été fait lors de l’accession en cru en 1990). Quel beau parcours depuis la première trace écrite de la présence de vignes à Vacqueyras en 1414 sur le premier cadastre du Comtat Venaissin, Comtat qui fut rattaché à la France en 1791 au moment de la Révolution.

Est-il utile de rappeler que Vacqueyras est cru officiel du festival d’Avignon depuis 17 ans ?

Liste (non exhaustive) des producteurs

Share
Share
Share