Ce livre, Wine Explorers est le reflet d’un pari fou, celui que s’est lancé Jean-Baptiste Ancelot : recenser les vignobles, jusqu’aux plus improbables, de notre planète, ceux dont on ne parle jamais. Qui un jour aurait pu imaginer qu’on puisse faire du vin au-delà de la 60e parallèle nord (en Norvège notamment) ou au Kenya situé sur l’équateur terrestre. D’autres pays improbables sont également présents, Taïwan, le Cambodge, le Gabon, l’Ethiopie… (Ils sont classés par ordre alphabétique dans le livre).

Paul Dunleavy (à gauche) et Jean-Baptiste Ancelot. Paul Dunleavy possède en Nouvelle-Zélande, le domaine Te Matu sur l’île de Waiheke (une île de rêve à trente-cinq minutes en ferry d’Auckland) Photo FC

Des terroirs méconnus, des cépages oubliés

Jean-Baptiste Ancelot, 33 ans (MBA en commerce des vins et spiritueux à Bordeaux) a accompli son incroyable périple dans un monde où les frontières de la vigne sont en perpétuelle mutation (changement climatique). En 4 ans, entre 2014 et 2018 ce globe-trotter au moral à toute épreuve s’est arrêté dans 500 domaines. Il a traversé plus de 80 pays. Dans ses carnets, des centaines de vins goûtés et répertoriés. Après un parcours de 370 000 km, souvent hors des sentiers battus et 4 ans de travail, il peut affirmer : nous sommes les premiers à avoir fait tous les pays viticoles du monde. Avec lui, on pénètre dans une troisième dimension du vin, celle qui est en parallèle de l’ancien et du nouveau monde. Sur ses pas, s’ouvrent des terroirs méconnus, des cépages oubliés* et des rencontres avec des vignerons aux destins exceptionnels.

* Emblématiques, ces 2 cépages blancs libanais, le merwah et l’obeidi utilisés jusqu’à présent pour la production de l’arak. Lorsqu’ils sont vinifiés, avec leurs incroyables profils aromatiques, ils se classent parmi ce que le Liban peut produire de mieux.

Ces vignobles de l’impossible !

Si les 20 plus grands pays producteurs de vin ont fini par figer leurs incontournables régions viticoles, Wine Explorers aime à l’opposé, le plus petit, le peu connu voire le plus improbable. Jean-Baptiste Ancelot préfère s’atarder non à Napa Valley en Californie mais plutôt dans certains domaines de l’Utah en pays mormons ou encore Walla Walla dans l’Etat de Washington. En Amérique du sud, la Bolivie, le Chili, l’Argentine sont présents mais aussi le Pérou et la vallée d’Ica avec des vignes qui occupent le piémont de la Cordillère des Andes, au milieu des dunes de sables et du désert… Et, à l’extrême sud, pourquoi pas la Patagonie dont cette Bodega Del Fin del Mundo à Neuquén, en Argentine qui porte si bien son nom. Elle produit des vins depuis 10 ans dans des conditions extrêmes. D’autres parcours vous feront aller de la Suède au Maroc en passant par le Caucase et les îles croates de Korcula et Brna. Arrêt en Arménie à l’ombre du mont Ararat, dans la province d’Armavir, région considérée comme le berceau du vin. N’était-ce pas le lieu idéal pour fonder les vins Karas dont la signification est amphore en arménien, une jarre sacrée en argile servant à la vinification et utilisée ici depuis 6 000 ans

Arménie : à paris, face à l’Arc de triomphe, Diego Lopez Achem directeur commercial présente les vins du domaine Karas (amphore en arménien). Il est situé en Arménie dans la région d’Armavir avec au sud-ouest, la Turquie et à l’est, Erevan capitale de l’Arménie. C’est au pied du mont Ararat (berceau du vin) que la famille argentino-arménienne Eurnekian fondait en 2010 le domaine Karas en plantant cabernet franc, tannat, petit verdot et 2 cépages autochtones (sur les 300 existant avant la guerre), l’areni noir et le khndoghni (Photo FC)

Madagascar viticole

En Afrique, le Cap Vert est à l’honneur mais qui ne serait pas impressionné par le Kenya, pays aux deux domaines viticoles dont Leleshwa winery perdu dans la savane. En mettant le cap vers Afrique du Sud, bifurquez avant en direction de la Namibie d’un côté et du Zimbabwe de l’autre sans oublier à quelques encablures marines, l’improbable Madagascar viticole*. Au-delà de l’Océan indien, il y a la très réputée région d’Adélaïde en Australie méridionale. Mais que diriez-vous de connaitre la Tasmanie, une incroyable terre à vigne sur cette île située le plus au sud du continent.

*A Madagascar, des vignobles (une dizaine de domaines) qui se rencontrent essentiellement entre les villes de Fianarantsoa et Ambalavao, à 500 km au sud d’Antananarivo (Tananarive), la capitale.

Chine : Philippe Mazières présente Silver Heights d’Emma Gao sans doute l’un des vins les plus réputés de Chine. Il est produit dans la province de Ningxia, une toute petite région autonome située au sud de la Mongolie intérieure, au centre de la Chine qui se veut être la Napa Valley chinoise. L’incroyable succès de Silver Heights, vient d’un couple étonnant : une jeune œnologue chinoise, Emma Gao, mariée à Thierry Courtade, ancien maître de chai du château Calon-Ségur (Photo FC)

Que diriez vous de rencontrer un vigneron palestinien ?

Ce livre est ponctué de rencontres exceptionnelles, celle notamment avec Sari Khoury, palestinien, vigneron et architecte réputé. Il a fondé son domaine Philokalia, aux portes de Bethléem. Il s’est mis en tête d’identifier l’ADN des cépages inconnus qu’il cultive et dont le vin est vinifié et élevé dans ses amphores. Philokalia est un message de bonheur dans une région si tourmentée : Love of the Beautiful, the Good.

Palestine : Sari Khoury est le fondateur du domaine Philokalia près de Bethléhem en Palestine dont le nom (Philokalia) signifie : amour du beau, du bon (Love of the Beautiful, the Good), titre d’un recueil écrit par des maîtres spirituels chrétiens orthodoxes. Sari Khoury travaille exclusivement des cépages autochtones de Palestine. Ses vins sont bio et non filtrés et ses bouteilles illustrées par son ami, l’artiste Nasser Soumi*. L’un de ses vins baptisé Grapes of Wrath, Raisins de la colère (nom d’une campagne militaire israélienne menée au Liban) est issu d’une vigne qui lors du percement d’une route vers une colonie fut écrasée par l’armée. Mais elle repoussa entre les rochers des 2 côtés de la route.
* Artiste palestinien, auteur du livre « L’Olivier & la Palestine, une passion charnelle » (Sindbad, 2010) Photo FC

Un petit joyau, une mini-pépite

Retour en France, en Charente, à 20 km d’Angoulème, auprès de Freddy Radepont et Corinne Million. Il était agriculteur, elle était paysanne-boulangère. Ils avaient ouvert le premier bar à lait en Bretagne. Ils ont depuis un an repris le petit vignoble Le Guimbelot à Saint-Sorin, 2,5 ha de chardonnay et de chenin au pays du cognac et du pineau. Sans trop d’expérience, ils se sont mis dans les pas de son ancien propriétaire, Henri Jammet. Les premières vendanges manuelles du couple en solo viennent d’être rentrées. Il reste à réaliser un vin blanc haut de gamme comme il n’en existe pas en Charente et maîtriser tous les maillons de la chaîne de production et de commercialisation. Les premières plantations datent de 1999 avec, pour aide aux travaux dans les vignes, la jument Koquine. Pour eux, 2019 sera un bon millésime et en 2021, les vignes seront estampillées bio avant de passer au vin naturel. Loin de la mondialisation, Le Guimbelot à Saint-Sorin est l’esprit de ce livre : « un petit joyau, une mini-pépite » dixit Jean-Baptiste Ancelot.

Sous l’arc, le triomphe de ces autres grands vins venus du monde entier

Moldavie : Nicolae Chiosa directeur du Château Purcari en Moldavie. C’est le plus ancien et le plus renommé domaine de Moldavie. Il est situé au sud-est de la République de Moldavie, dans le village de Purcari, dans le district de Ștefan Voda. Nicolae Chiosa propose son fameux Negru de Purcari (70 % cabernet sauvignon, 25 % saperavi, 5 % rara neagră) vieilli en fûts de chêne français (Photo FC)
Inde : Sumit Jaiswal est vice-président marketing de Grover Zampa la plus ancienne entreprise vinicole d’Inde et deuxième plus gros producteur. Grover Zampa est à Nandi Hills, à environ 50 km au nord de Bangalore, dans le Karnataka. La France est son premier marché à l’exportation (essentiellement dans les restaurants indiens). Sumit Jaiswal présente ici, face à l’Arc de triomphe, la collection Grover Vijay Amritraj Réserve Blanc (un viognier fermentés en barrique) et Réserve Rouge élaborée à partir d’un assemblage de cabernet sauvignon, syrah et viognier (Photo FC)
Nouvelle Zélande : Paul Dunleavy du domaine Te Motu (île de Waiheke) et sa famille (Erin, Terry et Ant) dont une partie vit à Paris. Le vignoble de Te Motu se situe au cœur de la vallée Onetangi de l’île Waiheke. Il est abrité au nord par une crête protégeant également la célèbre plage d’Onetangi (l’île est un petit paradis) et à l’ouest par l’énorme piton rocheux appelé Stonyridge. Le nom du vignoble ‘Te Motu’ vient du nom maori original de Waiheke : Te MotuAraiRoa (île du long refuge). En 1988 la famille Dunleavy achetait un peu plus de 12 ha avec l’ambition de faire des vins de style bordelais en assemblage cabernet sauvignon et merlot. Il faut dire que le microclimat qui règne ici est idéal pour cela. Réussite totale puisque le deuxième millésime de Te Motu Vineyard (1994) remportait une médaille d’or aux International Wine Awards (Photo FC)
Grèce (Tinos dans les Cyclades) : Stéphane Derenoncourt brandissant une bouteille Clos Stegasta du domaine T-Oinos (jeu de mot, T pour île de Tinos et oeno, vin en grec). Oui, on peut l’affirmer, ici, à Tinos, au cœur des Cyclades, un très grand vin blanc est né. Il est le fruit d’un cépage exceptionnel, l’assyrtiko planté sur 13 ha en 3 zones distinctes sélectionnées par parcelle. Ce terroir battu par les vents est constitué de veines de marbre bleu ou blanc d’où émergent d’énormes blocs granitiques. Le domaine T-Oinos qui fut planté en 2002 par Alexandre Avatangelos a pour co-fondateur, Gérard Margeon, directeur de la sommellerie d’Alain Ducasse et comme consultant, Stéphane Derenoncourt. C’est ce vin Clos Stegasta Assyrtiko Rare 2017 qui fut présenté cette année aux prestigieuses Rencontres Henri Jayer au Château de Gilly-les-Cîteaux, haut lieu de la viticulture cistercienne (Photo FC)
Syrie : Stéphane Derenoncourt œnologue de réputation mondiale établi à Bordeaux aide depuis sa création le Domaine de Bargylus. Il est situé face à la Méditerranée, près de la ville de Lattaquié (à côté de l’antique cité d’Antioche) au nord-ouest de la Syrie. C’est là que les frères Saadé, Karim et Sandro*, ont décidé en 2003 de replanter des vignes (syrah, merlot et cabernet sauvignon, chardonnay et sauvignon). C’est aujourd’hui, dans un pays en guerre, le seul établissement commercial viticole de Syrie qu’ils sont obligés de diriger depuis le Liban voisin (Photo FC)
*Les frères Saadé ont également fondé au Liban le Château Marsyas, un vignoble de 65 ha dans la Plaine de la Bekaa.
Maroc : Nahla Bahnini et Stéphane Derenoncourt (consultant) du Domaine de Baccari. Il est situé sur les premiers contreforts du Moyen-Atlas, dans la région de Meknès, cœur du vignoble marocain. Le Domaine de Baccari qui tire son nom d’une petite fleur du désert, s’étend sur 30 ha à 650 m d’altitude (encépagement : syrah, cabernet sauvignon, cabernet franc, cinsault, grenache et vermentino). Il a fallu 3 ans à Nahla Bahnini, épaulée par Stéphane Derenoncourt pour passer d’une production intensive à une agriculture raisonnée. Notre philosophie dit Nahla pas d’engrais chimiques, pas de pesticides ni d’insecticides, on traite les eaux usagées, dans une optique bio. Notre première vinification a eu lieu en 2013. Ce soir-là, Nahla nous a fait goûter sa cuvée Première de Baccari issue de ses plus vieilles vignes de cabernet franc réhaussées de syrah. C’est un vin élevé en fûts neufs de chêne français pendant 18 mois et une année en bouteille (Photo FC)

Wine Explorers, le livre de Jean-Baptiste Ancelot

Wine Explorers de Jean-Baptiste Ancelot : Le premier tour du monde du vin livre préfacé par Jean Moueix* paru en septembre 2019 (35€). Jean-Baptiste Ancelot 33 ans (il vit au Pays Basque) est un globe-trotter du vin. Il a fondé Wine Explorers financé par des négociants, verriers, tonneliers et autres professionnels de la vigne et du vin. Wine Explorers a également réalisé des études de marchés sur des pays peu connus comme l’Ethiopie ou la République dominicaine (Photo FC)
*Jean Moueix, 33 ans est depuis avril 2019 directeur générale du négoce bordelais Duclot, appartenant à la famille Moueix (via la holding Videlot) spécialisé dans les grands crus, propriétaire entre autres de Petrus.