Agriculture en biodynamie : parmi les pratiques « bio », la biodynamie se singularise par une prise en considération des influences astrales et du rythme de la nature et par l’utilisation de préparations végétales de type homéopathique visant à rééquilibrer et à revitaliser le végétal plus qu’à le soigner en cas de maladie. Ses principes ont été définis en 1924 par  l’agronome et médecin autrichien Rudolf Steiner. Proposée pour répondre aux préoccupations des agriculteurs qui voyaient déjà leur terre en danger, la biodynamie est une méthode de culture qui va beaucoup plus loin que le fait d’exclure l’emploi de produits chimiques de synthèse.

Elle pourrait se résumer sommairement dans les trois points suivants :

I/la valorisation du sol et de la plante dans son environnement naturel grâce à des préparations issues de matières végétales, animales et minérales.

II/l’application de ces préparations à des moments précis dans le cycle de l’année : c’est la partie dynamique. Elle reconnaît dans la terre, prise au sens large (roche mère, terre labourable, environnement aérien) un organisme à part entière. Ainsi, elle agit comme un médecin qui choisirait, pour soigner ses malades, des traitements spécifiques mettant en œuvre des forces de vie.

III/le travail du sol par des labours et des griffages.

Ainsi, ces soins favorisent-ils :

  • l’amélioration de la qualité de la terre par la présence d’une grande variété de bactéries ;
  • un meilleur enracinement de la plante, avec des racines plus denses, plus allongées ;
  • un meilleur développement des feuilles et des fleurs par l’apport d’énergie nécessaire à une fructification harmonieuse.

Apports de la biodynamie dans la vinification

La culture biodynamique permet aux levures de se développer sur la peau du raisin. Plus il y a de variétés de levures indigènes, plus typé sera le vin. Il n’est donc pas nécessaire d’introduire des levures étrangères qui orientent les arômes et finissent par standardiser les vins. Il en va de même avec l’utilisation des produits œnologiques visant à modifier l’équilibre initial du raisin (chaptalisation, acidification/désacidification, enzymes, colles, azote…), obtenu à partir d’une climatologie et d’un terroir précis. Le vigneron en biodynamie fera tout sont possible pour obtenir des raisins équilibrés, lui permettant d’éviter l’utilisation de tels produits. L’utilisation de l’anhydride sulfureux (SO2) reste controversée. Si l’obtention d’un vin sans SO2 reste un objectif louable, force est de constaté qu’il n’existe pas d’alternative crédible à son utilisation. Le cahier des charges en vinification bio prévoit une baisse d’environ 50 % des doses maximales admises par le règlement européen.

La certification Biodyvin

Le SIVCBD (syndicat international des vignerons en culture bio-dynamique) exige que les vignerons adhérents soient certifié AB pour l’intégralité de leur domaine, et cultivent également l’intégralité de leur propriété en biodynamie. Il fournit un cahier des charges à un organisme indépendant Ecocert qui réalise un contrôle annuel sur chaque domaine. En fonction du rapport de contrôle, le SIVCBD délivre le label Biodyvin.

Le label Demeter

Demeter est un label de certification de produits issus de l’agriculture biodynamique, selon les enseignements de Rudolf Steiner. Les produits Demeter, tout comme les produits avalisés Nature & Progrès, respectent le cahier des charges du règlement européen sur l’agriculture biologique. DEMETER est la marque internationale, déposée depuis 1932. Elle est présente dans plus de 50 pays au monde : du Canada à l’Italie, de l’Allemagne à l’Australie.