Clairette de Die AOC (Rhône), vin blanc effervescent (à ne pas confondre  avec le Coteaux de Die, vin blanc sec et tranquille). Fallait-il ajouter aux Côtes du Rhône cette appellation excentrée de 1 200 ha situés de part et d’autre de la Drôme (affluent du Rhône), sur le territoire de trente et une communes ? La vigne se rencontre entre les premières hautes falaises du Vercors et la dépression rhodanienne,  à environ 700 m d’altitude, ce qui fait de la Clairette de Die l’une des appellations les plus hautes de France.A sa base, deux cépages, la clairette et le muscat. Le vin qui y est élaboré est un blanc effervescent qui se révèle être un agréable apéritif.

L’un des plus anciens vins du monde

C’est, croit-on, l’un des vins les plus anciens vins de France. Pline l’Ancien le mentionne en 73 de notre ère dans son  Histoire naturelle. Ainsi, « pour l’empêcher de bouillir » (fermenter) et de se transformer en véritable vin, ses moûts étaient soutirés de la cuve, mis en des fûts que l’on plongeait dans les torrents glacés de la région jusqu’au solstice d’hiver. Aujourd’hui, la technique est pratiquement la même avec l’utilisation d’appareils réfrigérants doublés d’un système de filtration pour éliminer les levures et bloquer la fermentation. La Clairette de Die, plus ou moins mousseuse et titrant au moins 10,5°, tire ses qualités essentielles du muscat à petits grains qui s’épanouit sur ces terres noires du Diois, composées de marnes schisteuses. La clairette ne semble être là que pour alléger l’arôme trop prononcé du muscat.

Méthode dite champenoise ou méthode traditionnelle dite dioise

Lorsque le vigneron vinifie son vin, il a le choix entre deux méthodes : la méthode dite champenoise de fermentation secondaire en bouteille avec un minimum de 75 % de clairette, ou la méthode traditionnelle dite dioise, qui convient mieux aux arômes de muscat (75 % minimum). Le vin, naturellement chargé en sucre, subit une nouvelle fermentation en dégageant du gaz carbonique. Après élimination du dépôt, le bouchage se fait sans adjonction de liqueur d’expédition. Le résultat donne un vin à fines bulles et  aux parfums exubérants de pêche et de rose qui peut accompagner tout un repas.