Coteaux de l’Aubance AOC (Loire), appellation d’Anjou : vin blanc moelleux ou liquoreux : cette appellation « sœur » des Coteaux du Layon est un vignoble d’environ 200 ha sur la rive gauche de la Loire. Il s’étend au sud d’Angers sur dix communes autour de Brissac-Quincé. Son aire d’appellation correspond précisément à de nombreux petits coteaux bien exposés, aux sols pierreux, chauds et peu profonds, fruits de l’érosion de l’Aubance. Cette minuscule rivière qui coule parallèlement au Layon a creusé son lit dans un vieux plateau de schiste bleu (ardoise) favorisant comme le Layon, les brouillards matinaux et l’apparition de la pourriture noble. Tous ces facteurs concourent à la  bonne précocité du raisin et surtout permettent l’obtention de vendanges surmûries obtenues par tries successives.

Certaines années, ils peuvent atteindre des sommets offrant de très grands liquoreux, de véritables vins d’anthologie !

Les vins de l’Aubance, exclusivement issus du chenin blanc, seraient peut-être plus secs que les Coteaux du Layon. Ils sont marqués par un goût de terroir plus accentué. Ce sont des vins à la robe profonde de couleur jaune or aux reflets verts, évoluant sur le vieil or aux reflets ambrés. Ils sont doués de pureté et  d’une finesse, les poussant vers une grande élégance. Le nez est d’arômes d’orange confite, d’abricot, de mirabelle et de miel. La bouche est moelleuse, relayée par une rafraîchissante acidité. Ils sont d’une superbe persistance.

Mais il faut savoir les attendre, au moins 3 ans. Après, ils se gardent indéfiniment. Enfin, la mention sélection de grains nobles peut figurer sur l’étiquette si le vin est issu d’une vendange avec une richesse naturelle de 294 g de sucre par litre de moût.