Côtes du Vivarais AOC (Rhône), vins rouges, rosés, blancs : les 650 ha de ce rude vignoble ardéchois s’étendent sur le plateau calcaire des Gras, de part et d’autre des somptueuses gorges de l’Ardèche. Plus précisément, ils se concentrent à la limite nord-ouest des Côtes du Rhône, sur la commune d’Orgnac, célèbre par son aven (gouffre de 48 m aux stalagmites géantes), et débordent sur toutes les communes limitrophes de l’Ardèche et du Gard jusqu’aux contreforts cévenols.

Parmi ces communes, trois peuvent joindre leur nom à l’appellation Côtes du Vivarais si le vin atteint les 11° réglementaires :

  • Orgnac
  • Saint-Montan
  • Saint-Remèze

Le vignoble est implanté en grande partie sur des sols calcaires, une terre rude à travailler où les plants à 78 % rouges (syrah et grenache) croissent sur des sols de pierraille blanche. Ce mariage réussi entre ces deux cépages donne des vins solides, des vins de montagne tout à la fois gourmands et rocailleux, aux arômes de fruits noirs, d’épices avec des tanins plutôt robustes et une jolie fraîcheur. Ils sont à boire rapidement à partir de deux ans.

Des trois cépages blancs, clairette, grenache blanc et marsanne, aucun ne doit intervenir à plus de 75 % dans la composition des blancs. Il est à souligner également la belle réussite des rosés, une des fiertés de l’appellation.

La production moyenne de 30 000 hl par an est assurée à 85 % par le secteur coopératif.