Dassault (château) Saint-Emilion (Bordeaux) Grand Cru classé

Dassault (château),  AOC Saint-Émilion (Bordeaux) Grand Cru classé (classement 2006), vin rouge : les 28 ha du domaine (l’un des plus grands de Saint-Émilion) se rencontre sur le glacis nord de la cité. Ils sont plantés sur des sols calcaires et sableux,   à 85 % de merlot, 10 % de cabernet franc et 5 % de cabernet sauvignon.

La production annuelle est estimée à 88.000 bouteilles.

Second vin : D de Dassault dont la production est d’environ 40 000 bouteilles. C’est dit-on, sur un coup de cœur que Marcel Dassault acheta en 1955 le château Couperie (dont personne paraît-il ne voulait !) et qu’il rebaptisa à son nom. Ce fut d’ailleurs la dernière fois qu’un grand capitaine d’industrie donna son nom à son vin. Il est vrai qu’il cherchait également une maison d’hôte pour accueillir ses clients en visite dans ses usines de Bordeaux-Mérignac. Marcel Dassault visionnaire (groupe aéronautique) transforma après de gigantesques travaux son château (le château Napoléon III, le vignoble et ses installations) en une propriété de tout premier plan qui accéda en 1969 au rang de Grand Cru classé. Il avait choisi à l’époque un tout jeune œnologue promis à un brillant avenir, Michel Rolland. Il avait aussi recruté comme directeur du domaine, un ancien pilote de chasse, le colonel André Vergriette qui resta à la tête du château pendant 23 ans.

En 1994, Laurent Dassault, petit fils de Serge devenait gérant du château. Il pratiqua une politique d’investissement dans des vignobles en Argentine, au Chili.

Alors que son grand père s’était fait soufflé par André Mentzelopoulos château Margaux en 1976, Laurent acquiert en 2002  un voisin, le château La Fleur, Grand Cru Saint-Émilion (6,5 ha).

Le groupe possède également 5 % de Cheval Blanc. Les deux châteaux ont d’ailleurs des vignes mitoyennes.

En 1995, alors qu’on procédait au recrutement de la personne qui allait remplacer le colonel André Vergriette, une jeune femme Laurence Brun se présenta parmi d’autres à ce poste. Elle avoua après signature de son contrat d’embauche qu’elle était la fille du colonel. Elle dirige depuis  château Dassault.

François

  • 1990 – Les grands vins du monde, préfacé par Gérard Depardieu. 
  • 1992 – Grands et petits vins de France, préfacé par Jean Carmet.
  • 1996 – Le guide des grands et petits vins de France, préfacé par Alain Favereau.
  • 2013 – Les vignobles mythiques, aux éditions Belin préfacé par Pierre Lurton (Cheval Blanc et Yquem).
  • 2014 – Prix Amunategui-Curnonsky décerné par l’APCIG (association professionnelle des chroniqueurs de la gastronomie et du vin).
  • 2016 – Cépages & Vins aux éditions Dunod.
  • 2020 – Cépages & Vins, nouvelle édition, éditions Dunod.

Table des matières

Voir aussi

Nos derniers articles

Voir aussi

Autres articles qui pourraient vous intéresser

id venenatis facilisis Aliquam consectetur commodo fringilla leo id, commodo non mattis