Graves (région des graves à Bordeaux) : sur la carte, la région des Graves prolonge le Médoc, englobant Bordeaux et sa banlieue. Elle s’étend sur 65 km, de la Jalle de Blanquefort à Langon, en marge des grands liquoreux, Cérons, Barsac et Sauternes. Le vignoble, qui s’étale le long de la Garonne, couvre les croupes des graves enchâssées entre le fleuve et les Landes. Aucune autre région viticole n’offre une telle diversité de vins : des blancs secs et moelleux, des vins rouges élégants et racés, des vins veloutés, soyeux, parfaitement représentés par le château Haut-Brion, seul Graves classé Premier Cru en 1855.

Les meilleures vignes disparues sous le bitume et le béton

Les Graves furent longtemps sur la défensive. À l’ouest, ils se battaient contre la forêt landaise. Au nord, l’agglomération bordelaise arrachait années après année les meilleures vignes. Seuls les grands domaines historiques, îlots de verdure dans la ville, ont été préservés (Château Haut-Brion et La Mission Haut-Brion, notamment). Au Moyen Âge, tous les vins venaient des graves, c’est-à-dire des alentours immédiats de la cité. Jusqu’au XVIe siècle, le Médoc, région de marécages et de landes, vit ses vins interdits à la vente pour des raisons de qualité. En fait, il était impensable, à l’époque, que des vins puissent quitter la Gironde sans passer par Bordeaux. D’ailleurs, pour les Anglais, Graves signifiait Bordeaux. Le château Haut-Brion, très réputé à Londres au XVIIe siècle, fut le premier vin vendu sous son propre nom, contrairement à l’usage qui voulait que les vins portent le nom de leur paroisse d’origine ou celui de leur propriétaire. Samuel Pepys, écrivain anglais, notait dans son journal : J’ai bu un vin français appelé Ho-Bryan, qui avait bon goût, le plus particulier que j’eusse jamais rencontré. Le XIXe siècle fut néfaste pour les Graves. On leur préférait déjà les Médoc. Ils furent, à l’exception de Château Haut-Brion, les grands exclus de la classification de 1855. Après la Seconde Guerre mondiale, le vignoble va beaucoup évoluer. D’abord par l’instauration en 1959 d’un classement des meilleurs crus puis, en 1987, par la création de l’appellation Pessac-Léognan qui correspond à la partie nord des Graves. Enfin, dans les années quatre-vingts, la révolution des blancs se fit grâce notamment aux nouvelles techniques de vinification.

Las grabas de Bordeus

Littéralement, ce sont les graves de Bordeaux, les seuls vins en France à porter le nom de leur sol : graves ou gravier, en réalité un mélange de cailloux, de sable et de galets, déposés par les crues régulières de la Garonne. Le sous-sol, établi sur des nappes alluviales souvent morcelées en croupes, est composé de sable, d’argile et de calcaire, ce qui explique l’étonnante diversité des vins. Au nord du secteur, la composition des sols (très caillouteux) plaît au cabernet sauvignon et au merlot qui font de grands vins de garde et que l’on assemble avec une petite quantité de cabernet franc. En se rapprochant du Sauternais, les vignes blanches dominent sur des sols plus sablonneux, favorables au sémillon et au sauvignon et, d’une manière très limitée, à la muscadelle. On a beaucoup parlé de la rivalité qui oppose les Graves à leurs grands voisins du Médoc. Si les Graves sont réputés pour être charnus et durables, il leur manque pourtant la finesse, l’aptitude à mieux vieillir et peut-être cette pointe d’élégance des Médoc.

Tableau des crus classés des Graves

Le classement des crus de Graves date de 1959. Contrairement à celui de 1855, il n’établit aucune hiérarchie. Les châteaux (treize crus rouges et neuf crus blancs) ne peuvent mentionner que  cru classé, sans aucune indication de catégorie. Pour mémoire, le classement de 1855 n’avait retenu que le seul château Haut-Brion en le rangeant parmi les Premiers Crus.

  • Château Haut-Brion (Pessac) Premier Cru Classé également en 1855 : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Bouscaut (Cadaujac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Carbonnieux (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Domaine de Chevalier (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Couhins (Villenave-d’Ornon) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château Couhins-Lurton (Villenave-d’Ornon) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château de Fieuzal (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Haut-Bailly (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château la Mission Haut-Brion (Talence) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château la Tour Haut-Brion (Talence) :Cru Classé de Graves rouge
  • Château Latour-Martillac (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Laville Haut-Brion (Talence) : Cru Classé de Graves blanc
  • Château Malartic-Lagraviere (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Olivier (Léognan) : Cru Classé de Graves rouge & blanc
  • Château Pape Clément (Pessac) : Cru Classé de Graves rouge
  • Château Smith Haut Lafitte (Martillac) : Cru Classé de Graves rouge

Les appellations

Actuellement, les Graves regroupent trois appellations principales réparties sur 43 communes et 5 200 ha.

  • Graves (vins rouges et blancs secs)
  • Graves supérieurs (vins demi-secs ou moelleux au sud du secteur)
  • Pessac-Léognan*  (vins rouges et blancs secs)

*Cette dernière appellation est née le 9 septembre 1987. Elle régit tout le nord de la zone.