Malepère depuis 2007, les Côtes-de la Malepère (rouge et rosé) sont devenues AOC sous le nom de Malepère. C’est la plus occidentale des appellations du Languedoc. Elle s’étend sur les pourtours du massif de la Malepère formé à la fin du tertiaire, lors du soulèvement des Pyrénées, dans le triangle Carcassonne, Limoux et Castelnaudary. Il faut imaginer un véritable balcon de l’ouest audois, culminant à 442 m au Mont Naut. Là, la Malepère  offre une magnifique vue panoramique à 360° sur la ville de Carcassonne, la plaine du Lauragais, les collines du Razès et au deuxième plan sur l’ensemble des massifs. montagneux qui l’entourent : la Montagne Noire, les Corbières et plus loin encore, la barrière des Pyrénées.

De mauvaises pierres bonnes pour la vigne

En occitan, on parle de « Male Peyre », de mauvaises pierres…à bâtir, cette roche mère gréseuse extraite du massif qui souffre d’érosion et s’altère. Les quelques 3000 ha de vignes sont exploités sur des coteaux argilo-calcaires et des terrains graveleux. La Malepère constitue une entité écologique exceptionnelle, bien connue des botanistes où se mêlent plantes et arbustes, d’essences variées, méditerranéenne et océanique. Le terroir soumis à la sensibilité océanique alliée au caractère méditerranéen du climat offre des rouges à l’encépagement également mixte. Le merlot est le cépage principal. Il représente 50 % de l’appellation. Il est de bonne adaptation viticole donnant des vins charpentés souples et moelleux, développant des nez de fruits rouges, fruits noirs et de truffe. Il est associé à 6 autres cépages :

  • cabernet franc, cépage tout en finesse, très bouqueté (violette, framboise, cassis, groseille, réglisse, menthe), à la structure tannique délicate et de belle longueur en bouche ;
  • cabernet sauvignon, très colorés, fruités, et de forte puissance tannique, particulièrement adaptés au vieillissement ;
  • grenache, cépage méditerranéen, il s’adapte aux sols maigres et secs. Il donne des vins fruités, très fins et élégants, complément d’assemblage
  • Cinsault, cépage méditerranéen à grosses baies, fin et fruité. Il est essentiellement réservé aux vins rosés ;
  • la syrah, cépage de la vallée du Rhône. Très coloré et aromatique, en Malepère, il est marginal, mais néanmoins intéressant dans les vins rosés.
  • Lledoner pelut, ce cépage cousin du grenache noir, à la feuille duveteuse est très peu répandu dans l’appellation.

L’ère de la production de masse (début du XX° jusqu’aux années 60) est bien révolue. La reconquête de la qualité conduite par les vignerons de la Malepère a été entreprise il y a une quarantaine d’années, s’appuyant sur les résultats observés au Domaine expérimental de Cazes à Alaigne. Les vins de Malepère sont aujourd’hui produits par 200 vignerons qui exploitent le vignoble. 90 % adhèrent aux 4 coopératives. Une quinzaine d’entre eux vinifient en caves particulières.