Mise sur pointe (Champagne) : en 1813 apparaît en Champagne la mise sur pointe afin d’obtenir le tassement du dépôt dans le col de la bouteille. Il s’agit de planches murales percées de trous où sont piquées les bouteilles (mise en pointe). Celles-ci sont ensuite retirées pour faire l’objet d’une série de rotations, afin d’obtenir le tassement du dépôt dans le col. Par un effet de gravité, une partie de celui-ci descend lentement jusqu’au bouchon. Le dépôt restant demeure collé sur les parois de la bouteille.

Mise sur pointe automatique

Aujourd’hui, cette mise sur pointe se fait automatiquement par une caisse à rotation automatique utilisé pour le remuage des champagnes, le gyro. Il se compose de deux sous-ensembles : la caisse-palette contenant 504 bouteilles empilables sur deux faces perpendiculaires : une position bouteille couchée pour la prise de mousse et une position bouteille sur pointe.