La Mission Haut-Brion (château La Mission Haut-Brion) Cru classé de Graves rouge : Si Dieu défendait de boire, aurait-il fait ce vin si bon ? aurait proclamé le Maréchal de Richelieu (1696 1788), troisième duc de Richelieu et membre de l’Académie Française, au sujet de son vin préféré.

Face au château Haut-Brion

La Mission s’étend sur les communes de Talence et Pessac, à quelques kilomètres au sud-ouest de Bordeaux. Il fait partie de l’appellation Pessac-Léognan, au nord de la région viticole des Graves de Bordeaux. Le domaine de 26,60 ha fait face au château Haut-Brion (Premier Crus classés 1855) séparé par la route nationale menant à Arcachon. Il partage avec lui cette vaste terrasse de belles graves*, enserrée entre les ruisseaux du Peugue et du Serpent et dénommée Haut-Brion sur les cartes et chartes anciennes. L’encépagement de La Mission Haut-Brion est exclusivement rouge avec 42,7 % de merlot, 47 % de cabernet sauvignon et 10,3 de cabernet franc. La durée de vieillissement en barriques de chêne se situe entre 18 et 22 mois dans 80 % de bois neuf. Le directeur d’exploitation, Jean-Philippe Delmas est la troisième génération de Delmas à s’occuper de Haut-Brion (propriété également du Domaine Clarence Dillon) ; il est secondé par Pascal Baratié, chef de culture et Jean-Philippe Masclef, œnologue et maître de chai.

*une croupe au sol graveleux (de petits cailloux formés de différentes variétés de quartz) avec un sous-sol argilo-sableux.

  • La production annuelle est estimée à environ 85 000 bouteilles.
  • Second vin : La Chapelle de la Mission Haut-Brion qui depuis 2006 a incorporé la récolte du château voisin, La Tour Haut-Brion. Ce petit frère du grand vin est issu des mêmes vignes mais plus jeunes et élevé dans les mêmes conditions avec une durée de vieillissement de 18 à 22 mois en barriques de chêne dans 20 à 25 % de bois neuf. La production moyenne actuelle est de 48 000 bouteilles.

Autres vins :

  • Château La Mission Haut-Brion Blanc. Il vient d’un domaine de 2.5 ha acheté en 1928 par Frédéric Woltner, le propriétaire d’alors. Avant 2009, ce prestigieux blanc du château s’appelait Laville Haut-Brion. Il est aujourd’hui issu à 85 % de sémillon, 14 % de sauvignon blanc et 1 % de muscadelle. Sa fermentation se fait en barriques. La durée de vieillissement en barriques de chêne se monte de 9 à 12 mois dans 40 à 50 % de bois neuf. On dit qu’il possède les caractéristiques dans sa jeunesse du gewurztraminer. Sa production est d’environ 7500 bouteilles par an.
  • Second vin de la Mission Haut-Brion Blanc : La Clarté de Haut-Brion, le nouveau nom de ce cru depuis le millésime 2009 qui remplace Les Plantiers du Haut-Brion. Ce vin blanc est élaboré par les propriétés des châteaux Haut-Brion et La Mission Haut-Brion. La fermentation s’opère en barriques et la durée de vieillissement en barriques de chêne se prolonge de 9 à 12 mois dans 40 à 50 % de bois neuf. La production est d’environ 15 000 bouteilles par an.

A l’origine, un legs !

A l’origine de la Mission Haut-Brion, un legs que Madame de Lestonnac fait au XVIIe siècle, aux Pères Lazaristes*. Ils prendront possession du domaine tout en continuant à le mettre en valeur. Vers 1755, les vins de la Mission très réputés étaient servis à la table du Duc de Richelieu, Maréchal de France (depuis 1748) alors gouverneur de Guyenne. C’est là qu’il les découvrit et que certains esprits moqueurs appelèrent la Tisane du Maréchal. On lui doit de les avoir introduit à la Cour de Versailles qui s’adonnait alors exclusivement aux Bourgogne et aux Champagne. La Révolution dissoudra l’ordre et déclarera le domaine bien national. En 1821, les Chiapella, famille d’armateurs de la Nouvelle Orléans, reprennent Château la Mission Haut-Brion et développent un marché important dans le Nouveau Monde. Dans les années 1920, la famille Woltner achèvera de donner au domaine ses titres de gloire, notamment en installant pour la première fois des cuves en acier émaillé à revêtement intérieur vitrifié, un procédé qui permet de mieux contrôler la température.

*1682 est la date d’entrée en possession des prêtres de la congrégation de la Mission qui donnera son nom (ajouté à Haut-Brion) au château ? Ces prêtres sont plus connus sous le nom de Lazaristes.

Racheté par son plus proche voisin !

La propriété est enfin rachetée en 1983 par le domaine Clarence Dillon. M. Dillon, américain très francophile, et sa fille, Joan Dillon, duchesse de Mouchy, déjà propriétaires du château Haut-Brion, prennent ainsi possession de La Mission Haut Brion, leur plus proche voisin (il suffit de traverser la Nationale). La Mission Haut-Brion est rénové en profondeur : pour le millésime 1987, un cuvier de haute technologie est inauguré ; en 1996, la chaîne de mise en bouteilles est installée et une nouvelle salle de dégustation ouverte dans l’ancien oratoire des moines. Le travail de la duchesse de Mouchy est maintenant poursuivi par son fils, Robert de Luxembourg. Membre du Conseil d’administration dès 1997, il continue la rénovation du château et de son outil de production : de nouveaux chais, une salle de dégustation aux panneaux de bois sculptés par des ébénistes italiens, un centre d’embouteillage et un espace de stockage sont construits.

Le vin de la diplomatie…

Le vin de la diplomatie et des diplomates ! Ainsi peut-on relever que Thomas Jefferson, alors ambassadeur des Etats-Unis en France vint visiter le domaine en 1787 ; que Talleyrand, ministre des Relations Extérieures de Napoléon en fut le propriétaire de 1801 à 1804 et que c’est un ancien ambassadeur des États-Unis en France et ancien Secrétaire du Trésor de J.-F. Kennedy, Clarence Douglas Dillon (1909-2003) qui se porta acquéreur du domaine. En juin 2011, le Prince Robert de Luxembourg arrière petit fils de Clarence Douglas Dillon recevait au château, le ministre des Affaires Etrangères allemand, qui était accompagné par son homologue français (Alain Juppé) également maire de Bordeaux. On y servit :

  • un château Haut-Brion Blanc 1990, année de la réunification de l’Allemagne,
  • un château Haut-Brion 1989, année de la chute du Mur de Berlin,
  • un Château Haut-Brion 1961, année de naissance du ministre allemand, M. Guido Westerwelle,
  • et enfin pour couronner le tout, un château La Mission Haut-Brion 1995, année de la première élection de M. Juppé à la Mairie de Bordeaux.

Des vins au service d’une grande alliance… gastronomique digne de Talleyrand, sous le signe des relations franco-allemandes !

La Mission, Premier Grand Cru Classé !

La Mission, vin mythique qui n’a pu être classé en 1855, se rattrape par un autre classement, celui de Liv-Ex de mars 2009 qui le place comme premier grand cru classé. Le site Liv-ex (London International Vintners Exchange) est une bourse d’échange en ligne britannique spécialisée dans la spéculation et la vente des vins. Dans le but d’actualiser le célèbre classement de 1855, elle a établi son propre classement à partir des Bordeaux les plus chers en mars 2009.